Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE FI

Commission européenne - Communiqué de presse

Concentrations: la Commission autorise l’acquisition du groupe papetier finlandais Myllykoski par UPM-Kymmene

Bruxelles, le 13 juillet 2011 – La Commission européenne a autorisé, en vertu du règlement de l'UE sur les concentrations, le projet d'acquisition de Myllykoski Corporation et Rhein Papier GmbH (le «groupe Myllykoski») par UPM-Kymmene Corporation («UPM»). Les deux groupes opèrent dans le secteur du papier et de la pâte à papier. L’enquête approfondie menée par la Commission a confirmé que l’entité issue de la concentration continuerait à faire face à plusieurs concurrents puissants et que les clients auraient encore accès à un nombre suffisant d’autres fournisseurs sur l’ensemble des marchés en cause.

M. Joaquín Almunia, vice-président de la Commission chargé de la concurrence, a déclaré à ce propos: «La Commission est tenue de veiller à ce que la consolidation ne se fasse pas au détriment des consommateurs européens. Il a été nécessaire de procéder à une enquête approfondie pour bien apprécier les marchés en cause et je suis convaincu que la concurrence restera suffisante après l'acquisition.»

La Commission a examiné les effets du projet d’acquisition sur la concurrence au sein des marchés de la fourniture de papier magazine et de papier journal, de l'achat de papier recyclé, de l'acquisition de bois et de la production de pâte à papier. Elle a également analysé plusieurs relations verticales.

Le 4 mars 2011, la Commission a ouvert une enquête approfondie, car l'appréciation préliminaire à laquelle elle avait procédé avait fait naître des doutes quant à la compatibilité de l’opération avec le marché intérieur pour ce qui est du papier magazine et, plus particulièrement, du papier supercalandré (SC), segment dans lequel l'entité issue de l’opération détiendrait des parts de marché importantes. Le papier SC est un papier non couché utilisé pour les catalogues, les imprimés publicitaires et le matériel de marketing direct. Tous les types de papiers sont passés à la calandre en fin de fabrication pour un fini lisse.

À la suite d'une enquête détaillée, la Commission a constaté que les concurrents des parties détenaient d'importantes capacités de réserve qui leur permettraient de réagir aux tentatives du Finlandais UPM d'augmenter les prix. De plus, selon les prévisions, la demande en papier magazine devrait rester stable, voire légèrement baisser, si bien que des capacités suffisantes resteront disponibles sur le marché à l’avenir. Par ailleurs, un nouveau type de papier, connu dans le secteur sous le nom de papier SC-B Équivalent, a récemment été introduit sur le marché et l'enquête de la Commission a fait apparaître que les nouveaux produits dérivés de ce papier sont en concurrence directe avec un type de papier SC, le papier SC-B. Ces nouveaux venus sur le marché exercent déjà une forte pression concurrentielle sur les parties et devraient gagner en importance dans un avenir proche.

La Commission a donc conclu que l’opération ne poserait pas de problème de concurrence. L'opération a été notifiée à la Commission en janvier 2011.

UPM, qui a son siège en Finlande, est une entreprise de dimension mondiale qui conçoit, fabrique et commercialise des produits papetiers. Elle produit également de la pâte à papier, de l'électricité, du film à étiquette, du bois scié et des produits en panneaux de bois. Myllykoski est une entreprise finlandaise à capitaux privés qui conçoit, fabrique et commercialise des produits papetiers. Elle produit également de la pâte à papier.

Papier magazine

Le papier magazine est principalement utilisé pour l’impression de magazines, de catalogues et de matériel de publipostage. Il est obtenu à partir de pâte mécanique, chimique et/ou recyclée, ainsi que de produits chimiques, pigments et charges. Ses différents types et spécificités techniques forment un continuum de qualités et de prix allant généralement du papier couché sans bois (principalement utilisé pour les couvertures de magazines) aux qualités de papier supercalandrées (SC) en passant par le papier couché en bobines (CMR). Les papiers de type CMR et SC sont essentiellement utilisés pour la publication de magazines destinés aux consommateurs, de catalogues, ainsi que de matériel publicitaire ou de marketing direct. Tous deux sont produits à partir de pâte naturelle (contenant du bois). Les qualités inférieures peuvent également contenir de la pâte à papier recyclée. Contrairement aux papiers de type CMR, les papiers SC ne sont pas couchés. Tous les types de papiers sont passés à la calandre en fin de fabrication pour un fini lisse.

Les divers types et sous-types de papier magazine présentent des caractéristiques différentes en termes de blancheur, de brillance, de qualité d’impression, de grammage, de volume massique et de rigidité, lesquelles ont un impact sur la perception de la qualité des produits, ainsi que sur leur prix. Les prix et la qualité augmentent progressivement au fil du continuum.

L’enquête approfondie de la Commission a révélé que les frontières entre les différents types et sous-types de papier magazine étaient de plus en plus floues. Les techniques de production se sont améliorées si bien que les qualités inférieures présentent désormais bon nombre des caractéristiques qui, par le passé, étaient l'apanage des produits de qualité supérieure. Ces produits améliorés comblent les vides qui existaient entre les différents types de papier magazine et offrent un bon rapport qualité-prix pour les consommateurs.

La Commission a examiné de manière détaillée les extrémités du marché du papier magazine (soit le papier couché sans bois à l’extrémité supérieure et le papier journal amélioré à l’extrémité inférieure), ainsi que les différences entre les papiers SC, qui se situent juste au-dessus du papier journal amélioré dans la gamme de qualités, et les papiers couchés en bobines (CMR) adjacents.

La Commission a conclu que le marché du papier magazine pouvait englober tous les types de papiers CMR et SC, y compris le papier SC-B Équivalent, qui est une qualité intermédiaire entre le papier journal amélioré et la qualité inférieure de papier SC. Néanmoins, elle a également examiné la concentration sur une base plus étroite, à savoir le marché des papiers SC.

Règles et procédures en matière de contrôle des concentrations

En 1989, la Commission a été habilitée à apprécier les concentrations et les acquisitions entre entreprises dont le chiffre d'affaires dépasse certains seuils (voir l'article 1er du règlement sur les concentrations). Elle a pour tâche d'empêcher les concentrations qui entraveraient de manière significative une concurrence effective dans l'Espace économique européen (EEE)1 ou une partie substantielle de celui-ci.

La grande majorité des concentrations ne posent pas de problème de concurrence et sont autorisées après un examen de routine. À compter de la date de notification d’une opération, la Commission dispose en général d’un total de 25 jours ouvrables pour décider soit d’autoriser cette opération (phase I), soit d’ouvrir une enquête approfondie (phase II). Trois enquêtes de phase II sont actuellement en cours: Seagate/activité «disques durs» de Samsung (M.6214), Western Digital Ireland/Viviti (M.6203) et Caterpillar/MWM (M.6106).

Une version non confidentielle de la décision de ce jour sera disponible à l’adresse suivante:

http://ec.europa.eu/competition/elojade/isef/case_details.cfm?proc_code=2_M_6101

Personnes de contact:

Amelia Torres (+32 22954629)

Marisa Gonzalez Iglesias (+32 22951925)

1 :

L'UE ainsi que la Norvège, l'Islande et le Liechtenstein.


Side Bar