Navigation path

Left navigation

Additional tools

Pour favoriser l’emploi, la Commission propose d’investir plus dans l’éducation, la jeunesse et la créativité

European Commission - IP/11/857   11/07/2011

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

Commission européenne – Communiqué de presse

Pour favoriser l’emploi, la Commission propose d’investir plus dans l’éducation, la jeunesse et la créativité

Bruxelles, le 11 juillet 2011 – Dans le contexte de sa stratégie pour l’emploi, la Commission européenne entend doubler ou presque le nombre de jeunes, d’enseignants et de chercheurs qui obtiennent une bourse de l’Union pour étudier ou se former à l’étranger; ils sont actuellement quelque 400 000 chaque année. La commissaire européenne à l’éducation, à la culture, au multilinguisme et à la jeunesse, Mme Androulla Vassiliou, a déclaré aujourd’hui lors d’une conférence de presse que c’était l’un des objectifs premiers que la Commission avait à l’esprit en prévoyant une hausse considérable des fonds de l’Union destinés à l’éducation, à la jeunesse et à la créativité dans ses propositions budgétaires pour 2014-2020. Pour répondre aux besoins du marché du travail de demain et lutter contre la pauvreté, il est indispensable d’améliorer l’éducation et la formation et d’aider les citoyens à acquérir les bonnes compétences. Créer davantage d’emplois nécessite aussi d’investir dans les secteurs de la création, qui sont à l’origine de 4,5 % du PIB de l’Union et de 3,8 % des emplois.

Mme Vassiliou, s’exprimant à l’occasion de la parution d’un rapport sur la politique contre l’illettrisme (voir IP/11/846), a déclaré: «Ce budget est une excellente nouvelle pour les acteurs de l’éducation, de la création et de l’innovation, particuliers et organisations confondus. Investir dans ces domaines est l’une des meilleures mesures que l’on puisse prendre en faveur de l’économie et de l’emploi de l’Europe de demain. Nous voudrions que plus de gens profitent de l’occasion qui leur est offerte d’étudier, de travailler ou de faire du bénévolat à l’étranger, parce que cette expérience est d’une valeur inestimable pour le développement de leurs compétences comme pour leurs perspectives d’emploi. Nous accordons la priorité aux mesures qui apportent une valeur ajoutée et contribuent à la concrétisation des objectifs de la stratégie "Europe 2020" pour une croissance intelligente, durable et inclusive.»

La Commission propose, notamment, un nouveau programme pour l’éducation, la formation et la jeunesse doté de 15,2 milliards d’euros (+ 73 %) sur sept ans. Ce programme permettrait de financer un plus grand nombre de bourses d’études et de formation et d’aider à la modernisation des systèmes éducatifs, à l’intensification de la coopération transnationale entre établissements d’enseignement et à la mise en chantier de réformes dans le secteur. Il s’agit, à l’intérieur du budget proposé, de l’augmentation la plus forte; elle atteste la volonté d’investir prioritairement dans la connaissance pour l’Europe de demain.

Autre programme proposé: «Europe créative», englobant les actuels programmes Culture, MEDIA et MEDIA Mundus, qui soutiendra les secteurs de la culture et de la création et qui sera doté de 1,6 milliard d’euros (+ 37 %). Sa priorité sera d’aider les organisations et les entreprises de ces deux secteurs qui exercent leurs activités par-delà les frontières et œuvrent grandement à la diversité culturelle et linguistique.

L’Institut européen d’innovation et de technologie et les Actions Marie Curie, conçus pour aider les chercheurs à acquérir des compétences, à se former et à progresser dans leur carrière, seront partie intégrante de la nouvelle stratégie de l’Union en matière de recherche et d’innovation, «Horizon 2020», que la Commission propose de doter de 80 milliards d’euros (+ 46 %). Il s’agira de stimuler la compétitivité de l’Europe sur la scène internationale et de contribuer à la création d’emplois et d’idées porteurs d’avenir.

Prochaines étapes

La Commission présentera le détail des nouveaux programmes proposés en automne.

Contexte

Éducation, formation et jeunesse

À l’heure actuelle, l’Union finance chaque année des bourses d’études, de formation ou de bénévolat à l’étranger pour près de 400 000 jeunes, étudiants, enseignants et chercheurs, mais la demande est énorme, et une candidature sur deux est refusée par manque de moyens. Le nouveau programme permettrait à l’Union de fournir une aide de ce type à pas moins de 800 000 personnes par an. Cet investissement serait par ailleurs un vecteur de modernisation des universités, des instituts de formation et des écoles.

Grâce au programme l’Union pourrait consacrer plus de moyens à la coopération entre les établissements d’enseignement et le monde du travail et aider les États membres dans l’élaboration et l’application de politiques et de réformes de l’éducation efficaces, ainsi que dans leur information mutuelle dans le domaine de l’innovation. La Commission propose également de mettre en place, avec la Banque européenne d’investissement, un programme d’octroi de prêts garantis à des candidats au master, lesquels pourraient ainsi suivre un cycle d’études complet à l’étranger. Ce programme, «Erasmus Master», comblerait le manque actuel de moyens financiers.

Le programme pour l’éducation, la formation et la jeunesse comportera aussi un volet consacré aux sports dont les priorités seront la lutte contre les problèmes transnationaux du dopage, de la violence et du racisme dans le sport, la facilitation de la double carrière des sportifs et l’aide aux associations sportives locales.

Europe créative

Le programme «Europe créative» contribuera à la préservation du patrimoine culturel et à une meilleure diffusion des œuvres culturelles à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Union. La Commission proposera également un instrument financier (la gestion serait assurée par la Banque européenne d’investissement) et qui permettrait aux secteurs de la culture et de la création de se financer par emprunts et fonds propres. Le programme contribuera grandement à l’intensification de la coopération transnationale, à la valorisation de l’apprentissage collégial et à la professionnalisation de ces secteurs.

Les aides de l’Union au secteur de la création ont un effet mobilisateur important en ce sens qu’elles attirent davantage d’investissements publics et privés. De la sorte, elles améliorent la compétitivité – surtout celle des petites entreprises –, favorisent la création d’emplois et contribuent à l’innovation et au développement local et régional.

Une meilleure utilisation du budget

Les programmes actuels de l’Union en faveur de l’éducation et de la jeunesse ont imprimé un élan considérable à la mobilité. Ainsi, grâce au programme Erasmus, 2,5 millions d’étudiants ont bénéficié d’une aide de l’Union pour étudier ou effectuer un stage en entreprise hors de leur pays.

Les budgets des nouveaux programmes seraient complétés par d’importants moyens financiers en faveur de l’éducation, de la formation et de la culture au titre de la stratégie «Horizon 2020» et des Fonds structurels. À titre d’exemple, le budget actuel (2007-2013) consacre près de 72,5 milliards d’euros à l’éducation et à la formation dans les diverses régions de l’Europe, et le montant des moyens pour l’après-2013 devrait être similaire.

Responsables:

Dennis Abbott (+32 2 295 92 58)

Dina Avraam (+32 2 295 96 67)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website