Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Communiqué de presse

La Commission passe les derniers marchés et fait de Galileo une réalité

Bruxelles, le 22 juin 2011. Les deux derniers des six contrats relatifs à la mise en œuvre de Galileo, le programme européen de radionavigation mondiale par satellite, seront signés à 16 heures au prestigieux salon de l’aéronautique et de l’espace du Bourget, à Paris, par l’Agence spatiale européenne, au nom de la Commission européenne. La valeur cumulée de ces deux marchés s’élève à 355 millions d’euros. Le contrat signé avec Thales Alenia Space (FR), d’un montant de 281 millions d’euros, garantira que les informations de navigation sont formatées pour être diffusées par satellite. Celui signé avec Astrium (Royaume-Uni), d’un montant de 73,5 millions d’euros, porte sur la gestion des satellites, y compris la maintenance et le bon positionnement des satellites en orbite. La signature de ces contrats est primordiale pour que Galileo puisse déployer et fournir trois services initiaux en 2014:

1. le service ouvert gratuit, qui est un signal de base accessible à tous;

2. le service public réglementé, qui comporte deux signaux cryptés dont l’accès est contrôlé et réservé à des utilisateurs spécifiques, tels que les organismes gouvernementaux;

3. le service de recherche et de sauvetage, destiné aux activités de recherche et de sauvetage humanitaire.

Antonio Tajani, vice-président de la Commission européenne et commissaire européen à l’industrie et à l’entrepreneuriat, a déclaré: «L’attribution de ces marchés à des entreprises de France et du Royaume-Uni montre bien que Galileo est au cœur d’une véritable collaboration européenne transfrontalière. La signature des contrats marque la fin d’un processus rigoureux de passation de marchés et le début d’un nouveau chapitre pour Galileo: un processus rigoureux, car j’insiste personnellement sur la réduction des coûts, autant que possible, dans l’ensemble du programme Galileo, et un nouveau chapitre pour Galileo, car nous sommes réellement en passe de créer l’infrastructure qui permettra de fournir des services essentiels aux citoyens en 2014. Nous attendons tous avec enthousiasme que les deux premiers satellites Galileo opérationnels soient lancés le 20 octobre prochain depuis le centre spatial situé en Guyane française.»

Contexte

Le marché visant à fournir des services essentiels à la pleine capacité opérationnelle de Galileo est divisé en six contrats. En janvier 2010, trois de ces contrats ont été attribués en vue de garantir des services de soutien pour l’ingénierie du système, ainsi que la fourniture de satellites et de lanceurs (voir IP/10/7). En octobre 2010, un quatrième contrat a été signé à Bruxelles avec SpaceOpal pour la gestion des infrastructures spatiales et terrestres (IP/10/1382).

Grâce à ses services, Galileo favorisera l’essor de nombreux secteurs économiques européens; en effet, les réseaux électriques, les sociétés de gestion de flottes, les transactions financières, les transports maritimes, les opérations de sauvetage et les missions de maintien de la paix bénéficieront tous du service ouvert gratuit, du service public réglementé et du service de recherche et de sauvetage.

Galileo permettra aussi à l’Europe de maîtriser en toute indépendance une technologie de plus en plus vitale, y compris dans des domaines tels que la distribution d’électricité et les réseaux de télécommunications. En 20 ans, Galileo devrait rapporter 60 milliards d’euros à l’économie européenne, sous forme de revenus supplémentaires pour l’industrie et d’avantages publics et sociaux, sans compter les gains en matière d’indépendance.

En 2014-2015, Galileo offrira trois services initiaux grâce à une première constellation de 18 satellites: un service ouvert, un service public réglementé et un service de recherche et de sauvetage. D’autres services seront mis en place par la suite, dont un service commercial combinant deux signaux cryptés pour augmenter le débit de données et authentifier les données avec davantage de précision.

EGNOS (système européen de navigation par recouvrement géostationnaire) est le système régional européen d’amélioration des signaux GPS. Il s’agit du précurseur de Galileo. Le service ouvert d’EGNOS est opérationnel depuis octobre 2009 et la Commission a récemment lancé le service EGNOS de «sauvegarde de la vie» destiné à l’aviation (voir IP/11/247).

Contacts:

Carlo Corazza (+32 22951752)

Andrea Maresi (+32 22990403)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website