Navigation path

Left navigation

Additional tools

Croissance et emploi: la Commission présente ses recommandations par pays pour 2011

European Commission - IP/11/685   07/06/2011

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

Commission européenne – Communiqué de presse

Croissance et emploi: la Commission présente ses recommandations par pays pour 2011

Bruxelles, le 7 juin 2011 - La Commission a adopté une série de recommandations pour chacun des 27 États membres (plus une pour l'ensemble de la zone euro) afin de les aider à renforcer leurs politiques économiques et sociales, de manière à atteindre les objectifs souhaités en matière de croissance, d'emploi et de finances publiques.

En début d'année, les États membres et la Commission se sont entendus sur 10 priorités d'action, afin de faire face à la crise actuelle tout en ouvrant la voie à une économie plus durable. Les situations variant d'un pays à l'autre, la Commission recommande aujourd'hui des mesures ciblées pour chaque État membre. Cela devrait permettre à chacun de se concentrer sur les leviers stratégiques au cours des 12 à 18 prochains mois, et stimuler ainsi l'économie de toute l'UE.

«L'économie de l'UE traverse une phase critique. La reprise se confirme, mais elle est d'une vigueur très inégale selon les pays, et de nombreuses incertitudes demeurent», a déclaré le président de la Commission, M. José Manuel Barroso. «En mars, les États membres ont pris toute une série d'engagements importants pour les 12 à 18 prochains mois. Tous doivent maintenant faire le nécessaire pour que ces engagements soient mis en œuvre de manière appropriée au niveau national. En présentant aujourd'hui des recommandations par pays ciblées et mesurables, la Commission transmet aux États membres le résultat de son évaluation de leurs programmes nationaux. Nous savons que la réalisation des objectifs que nous nous sommes collectivement fixés peut exiger des choix difficiles. Mais ces efforts, s'ils sont déterminés et partagés par tous, permettront à l'Europe de sortir de la crise et de préserver sa prospérité future.»

Ces séries de recommandations s'inscrivent dans le cadre du semestre européen (inauguré cette année), dont le but est d'amener les États membres et la Commission à coordonner leurs politiques économiques et budgétaires. Une fois que les priorités ont été définies au niveau de l'UE, les États membres ont présenté leur programmes nationaux. La Commission a procédé à leur évaluation approfondie, qui prend la forme de recommandations spécifiques, ciblées et mesurables.

Dans l'ensemble, les États membres se sont efforcés, dans leurs programmes, de respecter les priorités adoptées au niveau de l'UE, et leurs hypothèses macroéconomiques sont globalement réalistes. En revanche, les programmes nationaux manquent souvent d'ambition et de précision. De nombreux États membres doivent se montrer plus ambitieux en matière d'assainissement budgétaire, tout en maintenant les mesures destinées à stimuler la croissance (recherche et innovation, environnement des entreprises et concurrence dans les services). Des efforts accrus sont nécessaires sur les marchés du travail pour accroître le taux d'activité, lutter contre le chômage structurel, réduire le chômage des jeunes et le décrochage scolaire et faire en sorte que les salaires reflètent la productivité.

Contexte

L'adoption des recommandations par pays est l'avant-dernière étape d'un processus de coordination intensive des politiques économiques entre l'UE et les États membres, baptisé semestre européen. Ce processus débute en janvier, lorsque la Commission présente son examen annuel de la croissance, dans lequel elle énonce les priorités de l'UE pour l'année en matière de politique économique. Ces priorités sont adoptées par les chefs d'État ou de gouvernement lors du Conseil européen de mars. En avril-mai, chaque État membre présente son programme de stabilité ou de convergence (relatif aux finances publiques) et un programme national de réforme (contenant des réformes structurelles et des mesures en faveur de la croissance). Les recommandations par pays constituent la réponse de la Commission à ces programmes. Toujours dans le cadre de ce processus, la Commission a évalué les engagements pris par les 23 États membres adhérant au «pacte pour l'euro plus» et les a intégrés à ses recommandations. Celles-ci doivent être mises en œuvre par les États membres dans un délai de 12 à 18 mois. Elles préconisent une application immédiate des mesures propres à accélérer la réalisation des objectifs de la stratégie économique de long terme adoptée par l'UE. Cette stratégie, baptisée Europe 2020, doit permettre d'atteindre d'ici à la fin de la décennie les objectifs ambitieux qu'elle définit pour l'UE et pour les États membres en matière d'emploi, d'innovation, d'éducation, d'énergie et de cohésion sociale.

Ces recommandations constituent l'apport de l'UE à l'élaboration des politiques nationales. Les États membres demeurent responsables de la conception de leurs politiques économiques et de l'élaboration de leur budget national. Toutefois, leur interdépendance, dans l'UE en général et dans la zone euro en particulier, est un fait aujourd'hui largement reconnu. C'est pourquoi ils ont entériné les priorités économiques communes définies pour l'UE et se sont engagés à les mettre en œuvre au niveau national.

L'adoption de ces recommandations par les chefs d'État ou de gouvernement consacrera le caractère collectif de la gouvernance économique de l'UE et le fait que cette dernière ne se résume pas à l'addition de 27 économies distinctes, mais constitue un seul et même espace économique. En menant à son terme ce premier semestre européen, l'UE reconnaît cette interdépendance économique et et indique à chaque État membre l'orientation collective à suivre pour ses futures politiques budgétaires, économiques et sociales.

Chaque série de recommandations s'appuie sur une analyse approfondie de la situation économique de l'État membre concerné, telle qu'elle figure dans les documents de travail également publiés aujourd'hui. Les hypothèses macroéconomiques ont été confrontées aux propres prévisions de printemps de la Commission. Les mesures nationales décrites dans les programmes ont été soigneusement examinées afin de vérifier qu'elles apportaient une réponse adéquate aux problèmes rencontrés dans chaque cas.

Prochaines étapes

Ces recommandations seront débattues puis entérinées par le Conseil européen des 23 et 24 juin, après discussion au sein des Conseils ECFIN et EPSCO. Leur mise en œuvre sera suivie jusqu'à la fin de l'année par la Commission, mais aussi par les États membres, chacun étant soumis à l'examen constant et rigoureux de ses pairs. La Commission évaluera les progrès accomplis au niveau de l'UE lors de son prochain examen annuel de la croissance, en janvier 2012, et fera le point des progrès de chaque État membre dans ses prochaines recommandations par pays, en juin 2012.

Pour de plus amples informations

FAQ MEMO/11/382

MEMO/11/364: Gouvernance économique de l’Union: une avancée majeure

Site web: Europe 2020

Contacts :

Pia Ahrenkilde Hansen (+32 2 295 30 70); +32 4 98 953 070

Simon O'Connor (+32 2 296 73 59); +32 4 607 67 359

Amadeu Altafaj (+32 2 295 26 58); +32 4 989 52 658

Cristina Arigho (+32 2 298 53 99); +32 4 989 82 118


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website