Navigation path

Left navigation

Additional tools

Les présidents de la Commission, du Parlement et du Conseil européen réunissent des dirigeants religieux pour débattre des droits et libertés démocratiques

European Commission - IP/11/658   30/05/2011

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

Commission européenne – Communiqué de presse

Les présidents de la Commission, du Parlement et du Conseil européen réunissent des dirigeants religieux pour débattre des droits et libertés démocratiques

Bruxelles, le 30 mai 2001 ‑ Près d'une vingtaine de hauts représentants des religions chrétienne, juive et musulmane, ainsi que des communautés bouddhistes, se sont réunis aujourd'hui à Bruxelles, sur l'invitation du président José Manuel Barroso et sous la coprésidence de M. Jerzy Buzek, président du Parlement européen, et de M. Herman van Rompuy, président du Conseil européen. Ensemble, ils ont envisagé les moyens de promouvoir efficacement les droits et libertés en vue d'établir un partenariat pour la démocratie et d'œuvrer pour une prospérité partagée entre l'Europe et ses voisins.

Il s'agissait de la septième édition de la rencontre annuelle instituée en 2005 par le président Barroso. Elle s'est tenue pour la deuxième fois dans le contexte du traité de Lisbonne, dont l'article 17 prévoit que l'Union maintient un «dialogue ouvert, transparent et régulier» avec les religions, les Églises et les communautés de conviction. La rencontre de ce jour témoigne une fois de plus de l'importance que les institutions européennes accordent à ce dialogue.

Comme l'a déclaré José Manuel Barroso, président de la Commission européenne: «Nous avons le devoir et l'ambition de promouvoir la démocratie, le pluralisme, la primauté du droit, les droits de l'homme et la justice sociale, non seulement en Europe mais aussi dans notre voisinage. Je suis convaincu que ces défis ne peuvent être relevés sans la contribution active des communautés religieuses. Le débat d'aujourd'hui a été l'occasion de réaffirmer notre volonté commune de promouvoir les droits et libertés démocratiques, et notamment la liberté de religion ou de conviction.

Jerzy Buzek, président du Parlement européen, a quant à lui ajouté: «Les communautés religieuses sont extrêmement importantes pour le tissu social dans les pays de l'Union. Cela vaut également pour la dynamique de changement à l'œuvre dans notre voisinage. Le Parlement européen a toujours souligné que la liberté de religion ou de conviction est l'un des droits humains les plus fondamentaux. Pour être pleinement efficace, dans le cadre de sa politique de voisinage, l'Union doit coopérer sur le terrain avec les groupes religieux pour résoudre des questions touchant à l'éducation, aux soins de santé, mais aussi à la reconstruction des sociétés sortant d'une période de conflit.»

Pour sa part, Herman Van Rompuy, président du Conseil européen, a déclaré: «N'oublions pas l'histoire. Elle est en marche en Afrique du Nord et dans le monde arabe. Et longue est cette marche vers la liberté et la justice, qui sont précisément des valeurs ancrées dans les traités européens. Le moment serait donc mal choisi pour nous, Européens, de montrer moins d'ouverture et de tolérance, ou de faire preuve de plus d'égoïsme ou de matérialisme, voire de racisme. Les valeurs que nous défendons ne peuvent survivre sans une dynamique spirituelle, religieuse ou éthique. C'est sur ce plan que vous pouvez jouer un rôle déterminant. Personne ne détient le monopole des grandes valeurs humaines qui donnent un sens à nos vies et à nos sociétés. Sans cet élan et sans cette aspiration, tout peut s'effondrer. Nous devons en être conscients.»

Les événements extraordinaires qui se déroulent dans notre voisinage très proche depuis le début de l’année nous rappellent les vagues de démocratisation qui ont touché l’Europe centrale et orientale à la fin des années 80 et au début des années 90. Nous partageons avec nos voisins un avenir commun. En avril déjà, la Commission et la haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité ont lancé un partenariat ambitieux pour la démocratie et une prospérité partagée avec le sud de la Méditerranée. L'Union est de loin le premier donateur et l'investisseur dans les pays de son voisinage, mais elle est surtout déterminée à promouvoir et à préserver les droits et libertés démocratiques, tant sur le continent européen qu'ailleurs. La démocratie est fondamentale pour la paix et la prospérité en Europe et l'Union est résolue à en partager les bénéfices avec tous ses partenaires, en particulier ses voisins.

Les discussions se sont tenues dans un esprit de franchise et d'ouverture. Les dignitaires religieux de treize États membres de l'UE (Royaume-Uni, Allemagne, Suède, Hongrie, France, Belgique, Autriche, Italie, Roumanie, Grèce, Chypre, Pologne et Pays-Bas) et de pays tiers (Russie et Bosnie-Herzégovine) ont salué l'engagement résolu et renouvelé de l'Union envers ses voisins les plus proches. Ils ont exprimé leur volonté de travailler aux côtés des institutions européennes pour promouvoir la démocratie, les droits de l'homme et les libertés fondamentales qui sont indispensables à l'édification de sociétés pluralistes et démocratiques.

Le vice-président du Parlement européen, László Tökes, la vice-présidente de la Commission européenne, Viviane Reding, et les commissaires John Dalli, Štefan Füle et Cecilia Malmström ont également participé à cette rencontre.

Liste des participants: voir MEMO/11/359

«Un partenariat pour la démocratie et une prospérité partagée»

Plus d'informations à propos du dialogue entre l'UE et les religions, Églises et communautés de conviction

Personnes de contact:

Pia Ahrenkilde Hansen (+32 2 295 30 70)

Jens Mester (+32 2 296 39 73)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website