Navigation path

Left navigation

Additional tools

IP/11/643

Bruxelles, le 25 mai 2011

Une politique européenne de voisinage nouvelle et ambitieuse

Mme Catherine Ashton, haute représentante de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente de la Commission (HR/VP) et M. Štefan Füle, membre de la Commission chargé de l'élargissement et de la politique européenne de voisinage, ont inauguré ce jour une politique européenne de voisinage (PEV) nouvelle et ambitieuse, confirmant ainsi la détermination de l'UE et son engagement accru à l'égard de ses voisins.

La proposition adressée aujourd'hui par le Service européen pour l'action extérieure et la Commission européenne aux États membres et au Parlement européen définit les principales priorités et orientations d'une stratégie PEV revitalisée cherchant à renforcer les liens individuels et régionaux entre l'UE et les pays de son voisinage au moyen d'une approche qui prône «plus de fonds pour plus de réformes», en mettant davantage de fonds à la disposition des pays en échange de l'obligation accrue de rendre mutuellement des comptes.

Outre les 5,7 milliards d'euros déjà alloués pour la période 2011-2013, des fonds supplémentaires de 1,24 milliard d'euros ont été transférés à partir d'autres ressources existantes et seront dégagés en faveur de la PEV.

Qui plus est, le Conseil européen a accepté la proposition de la HR/VP d'accroître de 1 milliard d'euros le montant des prêts octroyés par la BEI (Banque européenne d'investissement) aux pays du sud de la Méditerranée sur la même période. La BERD (Banque européenne pour la reconstruction et le développement) a soutenu la demande de la HR/VP d'étendre les opérations des deux banques dans la région du Proche‑Orient et de l'Afrique du Nord, en commençant par l'Égypte. Ces banques estiment que le volume annuel combiné de leurs prêts pourrait avoisiner les 2,5 milliards d'euros d'ici 2013.

«Une grande partie des pays de notre voisinage étant engagés dans un processus de changement démocratique, l'examen réalisé revêt plus d'importance que jamais. Il est vital que l'UE fasse une offre globale à ses voisins et tisse des liens durables avec son voisinage», a déclaré Catherine Ashton.

«C'est une nouvelle approche que nous inaugurons aujourd'hui. Un partenariat entre des peuples visant à promouvoir et à soutenir l'approfondissement de la démocratie et le développement de la prospérité économique dans notre voisinage. Il en va de notre intérêt à tous. Nous mettrons des fonds à la disposition des pays de notre voisinage pour soutenir les réformes politiques et économiques qu'ils entendent mener, au rythme qu'ils auront choisi. Notre soutien est fondé sur le partenariat et non sur l'imposition de notre volonté. Notre relation repose sur le principe de la responsabilité mutuelle, qui est à double sens, chaque partie devant rendre compte à l'autre de son état d'avancement au regard des objectifs fixés.

Dans un contexte de crise économique difficile, où l'UE est néanmoins tenue d'agir, notre proposition avait également besoin d'être financièrement innovante, raison pour laquelle j'ai pris l'initiative de garantir l'apport d'un financement additionnel de la Banque européenne d'investissement (BEI) et de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD)», a-t-elle ajouté.

Štefan Füle a, quant à lui, insisté sur les points suivants: «Un certain nombre de nos voisins, tant à l'est qu'au sud, s'engagent actuellement dans un processus de transformation dont ils entendent émerger sous la forme de sociétés plus démocratiques et plus prospères. L'UE se doit d'y répondre avec détermination et ambition, en proposant une nouvelle approche de la PEV, en tirant les bonnes leçons du passé et en relevant les défis d'un voisinage en rapide mutation.

Cette nouvelle approche suppose un niveau de différenciation beaucoup plus élevé afin de permettre à chaque pays partenaire d'approfondir ses liens avec l'UE dans la mesure de ses propres aspirations, de ses besoins spécifiques et des capacités dont il dispose. Il ne s'agit pas d'une approche universelle. L'augmentation du soutien de l'UE à ses voisins dépendra des progrès accomplis en ce qui concerne l'établissement et la consolidation de la démocratie, ainsi que le respect de l'État de droit. L'aide de l'UE sera d'autant plus importante que les réformes internes d'un pays progresseront efficacement et rapidement.

Nous sommes prêts à soutenir ces objectifs plus ambitieux avec des ressources accrues et de meilleures incitations. Nous avons aussi pour objectif d'assouplir et d'accélérer les procédures d'octroi de notre aide pour faire face aux besoins d'un voisinage en rapide mutation. J'espère que l'ensemble des institutions de l'UE et des États membres pourront se rallier à nos propositions et contribueront à la bonne mise en œuvre de cette nouvelle approche, dans l'intérêt commun de l'UE et de ses voisins».

La PEV renouvelée s'appuie sur les réalisations de la politique de voisinage de l'UE depuis son lancement en 2004 et répond à l'aspiration des pays partenaires à davantage de liberté et à une meilleure existence. Elle offre de nouveaux types de soutien à des franges plus nombreuses de la société et introduit davantage d'incitations à la poursuite des réformes.

La communication de ce jour est le point culminant d'un processus approfondi d'examen et de consultation des gouvernements et des organisations de la société civile, tant au sein de l'UE que dans les 16 pays partenaires de la PEV au sud et à l'est de l'Europe.

Elle renforce le «partenariat pour la démocratie et une prospérité partagée avec le sud de la Méditerranée» adopté en mars 2011, en apportant une réponse immédiate aux bouleversements et aux aspirations démocratiques observables actuellement en Afrique du Nord, tout en s'appuyant sur le partenariat oriental lancé en 2009.

Pour de plus amples informations, voir le MEMO/11/342


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website