Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Après Fukushima: les tests de résistance de l'UE commencent le 1er juin

Commission Européenne - IP/11/640   25/05/2011

Autres langues disponibles: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

IP/11/640

Bruxelles, le 25 mai 2011

Après Fukushima: les tests de résistance de l'UE commencent le 1er juin

À partir du 1er juin 2011, les 143 centrales nucléaires de l'UE seront réévaluées selon des critères définis à l'échelon de l'UE. Il s'agit de tests complets, comme le souhaitait la Commission, portant à la fois sur les risques naturels et humains (conséquences de chutes d'avion et d'attaques terroristes). La Commission européenne et le Groupe des régulateurs européens dans le domaine de la sûreté nucléaire (ENSREG) se sont mis d'accord aujourd'hui sur les critères à prendre en compte et les modalités des contrôles qui seront effectués.

Günther Oettinger, commissaire responsable de l’énergie, a déclaré: «Je suis satisfait que la Commission et les autorités réglementaires des États membres aient pu parvenir à un accord sur des évaluations complètes et ambitieuses des risques et de la sûreté des centrales nucléaires. Nous mettrons tout en œuvre pour appliquer les normes de sûreté les plus élevées aux centrales nucléaires situées à l'intérieur et à proximité de l'Union européenne. Le plus dur commence aujourd'hui: appliquer les critères convenus avec toute la rigueur qui s'impose.»

La Commission européenne et le Groupe des régulateurs européens dans le domaine de la sûreté nucléaire (ENSREG), qui représente les 27 autorités nationales indépendantes responsables de la sûreté nucléaire, sont convenus aujourd'hui du champ d'application et des modalités d'une analyse complète des risques et de la sûreté des centrales nucléaires de l'UE. Les tests de résistance sont des réévaluations des marges de sûreté des centrales nucléaires de l'UE. Afin de garantir que les normes de sûreté les plus élevées du monde sont respectées, l'UE tire les leçons de Fukushima et concentre les tests sur tous les types de catastrophes naturelles, ainsi que sur les conséquences des accidents dus à l'homme, tels que des chutes d'avion, des attaques terroristes ou d'autres actes malveillants.

Tous les aspects liés à la sécurité, telles que les mesures de prévention des attaques terroristes, seront traités séparément, après discussion avec les États membres, compte tenu notamment de l'obligation de confidentialité.

À partir du 1er juin, les centrales nucléaires seront réévaluées dans le cadre d'un processus en trois étapes:

  • pré-évaluation par les exploitants des centrales nucléaires, qui doivent répondre à un questionnaire, en joignant à l'appui de leurs réponses des documents, études et plans;

  • rapport national établi par le régulateur national, dans lequel la crédibilité des réponses des exploitants nucléaires est contrôlée;

  • évaluations par les pairs. Des équipes multinationales évalueront les rapports nationaux. Ces équipes compteront sept membres: un représentant de la Commission européenne et six personnes venant des 27 régulateurs nationaux. La composition exacte de chaque équipe sera décidée plus tard. Les équipes peuvent décider d'inspecter sur place des centrales nucléaires.

La Commission est également en contact étroit avec des pays non membres de l'UE et collabore avec eux à la réévaluation de leurs centrales nucléaires. Il s'agit en particulier de la Suisse, de la Fédération de Russie, de l'Ukraine et de l'Arménie.

Contexte:

À la suite de l'accident nucléaire à Fukushima le 11 mars dernier, la Commission européenne a fait pression en faveur d'une réévaluation de toutes les centrales nucléaires de l'UE. L'objectif est de tirer les leçons de l'événement et d'exclure qu'une pareille catastrophe puisse survenir dans l'UE.

Le Conseil européen des 24 et 25 mars 2011 a souligné la nécessité de tirer pleinement les leçons des événements récents liés à l'accident survenu au Japon, et de fournir au public toutes les informations nécessaires. Rappelant que le bouquet énergétique relève de la compétence des États membres, le Conseil a appelé à travailler en priorité sur les aspects suivants:

  • «Il convient de vérifier la sûreté de toutes les installations nucléaires de l'UE, sur la base d'une évaluation globale et transparente des risques et de la sûreté ("tests de résistance"); le Groupe des régulateurs européens dans le domaine de la sûreté nucléaire (ENSREG) et la Commission sont invités à définir le plus rapidement possible l’étendue et les modalités de ces tests dans un cadre coordonné, à la lumière des enseignements tirés de l’accident qui s’est produit au Japon et avec la participation pleine et entière des États membres, en tirant pleinement parti de l’expertise disponible (notamment celle de l’Association des responsables des autorités de sûreté nucléaire des pays d’Europe de l’Ouest); les évaluations seront menées par des autorités nationales indépendantes et dans le cadre d’une évaluation par les pairs; leurs résultats et toute mesure nécessaire qui sera prise par la suite devraient être communiqués à la Commission et aux membres de l’ENSREG et rendus publics; le Conseil européen évaluera les premières conclusions à la fin de 2011, en se fondant sur un rapport présenté par la Commission».

Pour en savoir plus:

Vous trouverez sous ce lien plus de renseignements sur les tests de résistance:

http://ec.europa.eu/energy/nuclear/safety/stress_tests_en.htm


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site