Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE NL

IP/11/602

Bruxelles, le 19 mai 2011

Libre circulation des travailleurs: la Commission demande à la Belgique de mettre fin à la discrimination à l’embauche dans la fonction publique locale

En vertu de la législation belge actuelle, les candidats à un poste dans la fonction publique locale sont tenus d’obtenir en Belgique un certificat prouvant leurs connaissances de la langue de la région d’affectation (francophone, germanophone ou néerlandophone) s’ils n’ont pas fait leurs études dans la langue de cette région. À la suite d’une plainte déposée par un citoyen autrichien, la Commission européenne estime que ces dispositions sont discriminatoires, disproportionnées et contraires à la législation de l’Union en matière de libre circulation des travailleurs. C’est pour cette raison que la Commission a demandé à la Belgique de supprimer ces conditions discriminatoires et de mettre sa réglementation en conformité avec le traité et la législation européenne. La libre circulation des travailleurs est un droit fondamental pour tous les citoyens de l’Union et constitue pour les pays un bon moyen de pallier les déficits et les pénuries de compétences. La demande de la Commission se présente sous la forme d’un «avis motivé» notifié en application de la procédure d’infraction de l’Union européenne. La Belgique dispose à présent de deux mois pour informer la Commission des mesures qu’elle a adoptées pour mettre sa législation en conformité avec la législation de l’Union. À défaut, la Commission pourrait décider de traduire la Belgique devant la Cour de justice de l’Union européenne.

La loi belge sur l’emploi des langues en matière administrative prévoit que les candidats à un poste dans la fonction publique locale doivent démontrer leurs compétences dans la langue de la région concernée (francophone, germanophone ou néerlandophone) s’ils n’ont pas fait leurs études dans la langue de cette région. À cette fin, ils doivent obtenir un certificat qui leur est délivré s’ils réussissent les examens organisés par le SELOR (le bureau de sélection de l’administration belge). Aucun autre certificat de connaissances linguistiques n’est accepté.

La Commission considère que ces dispositions sont contraires à la réglementation de l’Union en matière de libre circulation des travailleurs, laquelle est consacrée par l’article 45 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne et, en particulier, par le règlement (CEE) n° 1612/68 relatif à la libre circulation des travailleurs. Selon la jurisprudence de la Cour de justice (arrêt du 6 juin 2000 dans l’affaire C‑281/98), des connaissances linguistiques d’un certain niveau peuvent être exigées pour un emploi et la détention d’un diplôme peut constituer un critère permettant d’évaluer ces connaissances. En revanche, l’impossibilité de prouver ces connaissances par tout autre moyen, et notamment par des qualifications équivalentes obtenues dans d’autres États membres, est disproportionnée et constitue une discrimination fondée sur la nationalité.

Une lettre de mise en demeure a déjà été adressée aux autorités belges le 22 mars 2010.

Pour de plus amples informations

Libre circulation – ressortissants de l’Union européenne:

http://ec.europa.eu/social/main.jsp?catId=457&langId=fr

Pour recevoir gratuitement le bulletin d’information électronique de la Commission européenne sur l’emploi, les affaires sociales et l’égalité des chances, inscrivez-vous sur:

http://ec.europa.eu/social/main.jsp?catId=371&langId=fr

MEMO/11/312 - récapitulation de l’ensemble des infractions


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website