Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE NL EL LT PL SK SL BG

IP/11/587

Bruxelles, le 19 mai 2011

Sécurité des infrastructures routières: la Commission demande à onze États membres de prendre des mesures

La Commission européenne a invité aujourd'hui l'Autriche, la Belgique, la Bulgarie, la France, la Grèce, l'Irlande, la Lituanie, le Luxembourg, la Pologne, la Slovaquie et la Slovénie à arrêter des procédures adéquates pour renforcer la sécurité du réseau routier transeuropéen, comme le leur impose le droit de l'Union européenne. Ces procédures prévoient notamment des évaluations des incidences sur la sécurité routière, des audits de sécurité routière et des classifications en matière de sécurité du réseau. La demande de la Commission prend la forme d’un avis motivé, en application des procédures de l'UE en matière d'infractions. Si les États membres précités n'informent pas la Commission des mesures prises pour se conformer au droit de l'Union dans un délai de deux mois, celle-ci pourra saisir la Cour de justice.

Les règles de l’UE

Conformément à la directive 2008/96/CE1, des évaluations des incidences sur la sécurité routière doivent être effectuées pour démontrer les implications que les différentes alternatives de planification d’un projet d’infrastructure peuvent avoir pour la sécurité routière; ces évaluations devraient, en tant que telles, jouer un rôle important lorsqu’il s’agit de sélectionner les itinéraires. À titre de mesure complémentaire, des audits de sécurité routière sont prévus pour inventorier, de manière détaillée, les aspects dangereux d'un projet d'infrastructure routière. Enfin, la directive définit des règles et des procédures relatives à la gestion de la sécurité une fois la construction d'une voie terminée. Ces trois étapes visent à renforcer la sécurité des infrastructures routières sur le réseau routier transeuropéen.

Pourquoi agir aujourd’hui?

La Commission a décidé de prendre des mesures à l’encontre des onze États membres concernés parce qu'ils n'ont pas pleinement transposé en droit interne la directive adoptée en 2008, alors qu'ils y étaient tenus avant le 19 décembre 2010.

Conséquences pratiques de l'absence de mise en œuvre

L'absence de procédures adéquates pour l'évaluation des incidences sur la sécurité routière et les audits de sécurité routière pourrait compromettre la sécurité des infrastructures routières sur le réseau routier transeuropéen; il existe donc un risque potentiel pour les conducteurs et les passagers qui utilisent les routes concernées.

For EU infringement procedures, see MEMO/11/312

1 :

Directive 2008/96/CE du Parlement européen et du Conseil du 19 novembre 2008 concernant la gestion de la sécurité des infrastructures routières (JO L 319 du 29.11.2008, p. 59).


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website