Navigation path

Left navigation

Additional tools

IP/11/556

Bruxelles, le 11 mai 2011

Stratégie numérique: plus de la moitié des internautes de l'UE ont recours à une langue étrangère pour naviguer sur l'internet

Si 90 % des internautes de l'UE préfèrent accéder à des sites web dans leur propre langue, 55 % emploient au moins occasionnellement une langue étrangère lorsqu'ils sont en ligne, selon un sondage paneuropéen publié aujourd'hui par Eurobaromètre. Mais 44 % des internautes européens ont l'impression de passer à côté d'informations intéressantes parce que les pages web concernées sont dans une langue qu'ils ne comprennent pas, et 18 % seulement achètent des produits en ligne dans une langue étrangère. Ces résultats confirment la nécessité d'investir dans des outils de traduction en ligne, afin que les internautes de l'UE ne soient pas privés d'informations ou de produits en ligne par manque de compétences linguistiques. La Commission européenne gère actuellement 30 projets de recherche différents portant sur les langues et les contenus numériques; ces projets bénéficient de 67 millions d'euros de fonds européens, et les nouveaux projets soumis cette année recevront 50 millions d'euros supplémentaires. L'un des objectifs de la stratégie numérique pour l'Europe est de faciliter à tous l'accès aux contenus web (voir IP/10/581, MEMO/10/199 et MEMO/10/200).

Mme Neelie Kroes, vice-présidente de la Commission responsable de la stratégie numérique, a déclaré à ce sujet: «Si nous voulons vraiment que tous les Européens entrent de plain-pied dans l'ère numérique, nous devons leur permettre d'accéder aux contenus web qui les intéressent. C'est pourquoi nous travaillons actuellement à la mise au point de nouvelles technologies pour ceux qui ne maîtrisent pas les langues étrangères.»

L'étude montre que, malgré l'abondance de contenus de qualité en ligne, le manque de compétences linguistiques fait que tout le monde n'y a pas également accès. En moyenne, dans les vingt-trois États membres étudiés, un internaute sur deux lit des contenus en ligne dans une langue étrangère. Mais ce chiffre masque d'importants écarts: entre 90 % et 93 % des Grecs, Slovènes, Chypriotes, Luxembourgeois et Maltais se disent prêts à surfer dans une autre langue, contre seulement 9 % des Britanniques, 11 % des Irlandais, 23 % des Tchèques et 25 % des Italiens.

L'anglais reste la principale langue de communication sur l'internet

L'enquête confirme que l'anglais est la langue étrangère la plus couramment utilisée pour lire ou regarder des images sur l'internet: près de la moitié (48 %) des internautes de l'UE utiliseraient l'anglais au moins occasionnellement, alors que pour l'espagnol, l'allemand et le français, le pourcentage oscille entre 4 % à 6 %. Là encore, les pratiques sont très variables d'un État membre à l'autre: 90 % des Chypriotes, 97 % des Maltais et 85 % des Grecs et des Suédois se tournent vers des sites web en anglais si l'information n'est pas immédiatement disponible dans leur langue, contre seulement 35 % des Italiens, 45 % des Lettons, 47 % des Roumains et 50 % des Français. Les Luxembourgeois, en revanche, préfèrent le français (67 %) et l'allemand (63 %) à l'anglais (55 %). Au Royaume-Uni et en Irlande, où peu d'internautes ont déclaré employer une seconde langue, c'est le français qui arrive en première position lorsqu'il s'agit de lire ou de regarder des contenus en langue étrangère (9 % et 7 %, respectivement).

Les situations où l'on emploie une autre langue

Les internautes qui ont recours à une autre langue le font le plus souvent pour chercher des informations (81 %); mais 62 % le font aussi dans le cadre de leurs relations sociales, la plupart du temps pour communiquer en ligne avec des amis ou à des fins professionnelles (52 %).

Pas moins de 44 % des sondés considèrent qu'ils passent à côté d'informations intéressantes parce que les pages web concernées sont dans une langue qu'ils ne comprennent pas: tel est le cas pour 60 % des Grecs, 58 % des Espagnols et 56 % des Portugais.

Achats en ligne

L'achat en ligne est un domaine dans lequel les gens préfèrent utiliser leur propre langue: 18 % seulement des internautes européens font souvent ou presque toujours leurs achats en ligne dans une autre langue; 42 % déclarent ne l'avoir jamais fait. Les hommes (61 %) y sont plus enclins que les femmes (51 %).

Les internautes souhaitent plus de diversité et d'ouverture

Près de 9 sondés sur 10 (88 %) estiment que tous les sites web produits dans leur pays devraient en utiliser les langues nationales officielles, mais plus de 8 sur 10 (81 %) pensent que ces sites devraient aussi être disponibles dans d'autres langues.

Les efforts entrepris en matière de recherche-développement

La Commission gère actuellement 30 projets de recherche et d'innovation en faveur de technologies du langage susceptibles d'aider les internautes à accéder aux informations disponibles dans d'autres langues. Le projet iTRANSLATE4, par exemple, débouchera sur le premier portail internet à offrir des traductions en ligne gratuites entre plus de 50 langues d'Europe et d'ailleurs et à permettre aux utilisateurs de comparer simultanément les différentes traductions proposées par les systèmes les plus utilisés (comme Google, Bing, Systran, Trident ou Linguatec). L'UE y participe à hauteur de 2 millions d’euros.

Le perfectionnement de ces technologies linguistiques passe par une vaste collaboration et par un dialogue continu entre le secteur privé, les chercheurs, le secteur public et les citoyens. Le projet META-NET, qui a reçu 6 millions d’euros de l'UE, vise à construire une alliance des technologies pour une Europe multilingue; cette alliance compte déjà plus de 200 membres.

Contexte

Ce tout premier sondage Eurobaromètre sur les préférences linguistiques des internautes («User language preferences online») a été réalisé en janvier 2011. L'échantillon compte 500 internautes dans chaque État membre; 13 500 personnes au total ont donc été interrogées.

Les technologies du langage s'emploient dans toutes sortes d'applications: les systèmes de traduction automatique, différents types de systèmes de dialogue, les moteurs de recherche avancés, les systèmes de recherche et de synthèse d'informations, etc. Elles peuvent permettre à chacun d'accéder en ligne aux contenus de son choix et de les exploiter; elles peuvent aussi réduire les coûts des entreprises en rationalisant certains processus et faciliter la mise en place du marché numérique européen.

Enquête Eurobaromètre sur les préférences linguistiques des internautes («User language preferences online»):

http://ec.europa.eu/public_opinion/flash/fl_313_en.pdf

Projets de recherche sur les langues:

http://ec.europa.eu/public_opinion/index_fr.htm

http://cordis.europa.eu/fp7/ict/language-technologies/home_en.html

Site web de la stratégie numérique (en anglais):

http://ec.europa.eu/information_society/digital-agenda/index_en.htm

Site web de Mme Neelie Kroes (en anglais et néerlandais):

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/kroes/

Pour suivre Mme Kroes sur Twitter (en anglais): http://twitter.com/neeliekroeseu


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website