Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT EL

IP/11/489

Bruxelles, le 19 avril 2011

Des recherches financées par l'UE à l'origine d'une découverte capitale dans la lutte contre le paludisme

À quelques jours de la journée mondiale de lutte contre le paludisme (le 25 avril), des chercheurs financés par l'UE ont découvert que des médicaments dont la fonction initiale est de lutter contre le cancer pouvaient également tuer le parasite à l'origine de la malaria. Ils estiment que cette découverte pourrait permettre de mettre en œuvre de nouvelles stratégies de lutte contre cette grave maladie qui, d'après les statistiques de l'Organisation mondiale de la santé, a infecté 225 millions de personnes et en a tué près de 800 000 dans le monde en 2009. La recherche d'un traitement se heurte, pour le moment, à la capacité du parasite à développer rapidement une résistance aux médicaments. Les recherches, menées dans le cadre quatre projets financés par l'UE (Antimal, Biomalpar, Malsig et Evimalar), ont été effectuées par des laboratoires du Royaume-Uni, de France et de Suisse, avec des partenaires belges, allemands, danois, grecs, espagnols, italiens, néerlandais, portugais et suédois, ainsi que de nombreux pays en développement touchés par le paludisme.

Mme Máire Geoghegan-Quinn, commissaire européenne chargée de la recherche, de l'innovation et de la science, a déclaré à ce propos: «Cette découverte pourrait permettre de développer un traitement efficace contre le paludisme susceptible de sauver des millions de vies et d'en changer des millions d'autres. Elle est une nouvelle preuve de la valeur ajoutée qu'apportent tant les recherches financées par l'UE que l'innovation en général et la collaboration avec les chercheurs des pays en développement en particulier. L'objectif ultime, l'éradication complète du paludisme, ne sera atteint que par une vaste coopération internationale, seul moyen de lutte efficace contre un fléau d'une telle ampleur.»

Des médicaments anticancéreux pour tuer le parasite à l'origine du paludisme

Le paludisme, ou malaria, est causé par un parasite nommé plasmodium, qui se transmet par les piqûres de moustiques infectés. Dans le corps humain, les parasites se reproduisent dans le foie puis infectent les globules rouges et s'y multiplient. Des recherches communes menées par des laboratoires financés par l'UE, à savoir l'Unité conjointe Inserm-EPFL à Lausanne (France/Suisse), le Wellcome Trust Centre for Molecular parasitology de l'Université de Glasgow (Écosse), et l'Université de Berne (Suisse) ont montré que pour proliférer, le parasite du paludisme avait besoin d'une voie de signalisation présente dans les cellules du foie et dans les globules rouges de l'hôte. Ils ont démontré que le parasite détournait à ses fins les kinases (un type d'enzyme) actives dans les cellules humaines. Lorsque l'équipe de chercheurs a utilisé des inhibiteurs de kinases, médicaments utilisés dans le cadre de chimiothérapies, pour traiter des globules rouges infectés, le parasite a été stoppé.

De nouvelles perspectives de lutte contre la maladie

Jusqu'à maintenant, la lutte contre le paludisme a été entravée par la capacité du parasite de développer une résistance aux médicaments en mutant et d'échapper au système immunitaire en se cachant dans les globules rouges et le foie de l'hôte, où il prolifère. Le fait de savoir que ce parasite a besoin de détourner des enzymes de la cellule où il réside ouvre de nouvelles perspectives de lutte contre la maladie. L'idée est, plutôt que de cibler le parasite lui-même, de bloquer les kinases de la cellule afin qu'il ne puisse plus exploiter son environnement cellulaire. Il est ainsi privé de l'un des principaux moyens par lesquels il développe une résistance aux médicaments.

Plusieurs médicaments inhibiteurs de kinases sont déjà utilisés cliniquement dans des chimiothérapies destinées à traiter des cancers, et beaucoup d'autres ont passé les étapes 1 et 2 des essais cliniques. Ces médicaments ont des effets toxiques, mais alors qu'ils sont utilisés pendant des périodes prolongées pour le traitement du cancer, ils n'auraient besoin d'être employés que pendant des périodes plus courtes pour le traitement du paludisme, ce qui réduirait le problème de la toxicité. Les chercheurs proposent donc que les propriétés antipaludiques de ces médicaments soient immédiatement évaluées, ce qui permettrait de réduire considérablement le temps et les coûts nécessaires pour mettre en œuvre cette nouvelle stratégie de lutte contre le paludisme.

Les prochaines étapes consisteront notamment à mobiliser les partenaires publics et privés afin de vérifier l'efficacité des inhibiteurs de kinases pour le traitement du paludisme et d'ajuster la dose au moyen d'essais cliniques, après quoi les nouveaux traitements pourront être autorisés et mis à disposition des patients atteints du paludisme dans le monde entier.

Contexte

Depuis 2002, l'UE a investi près de 180 millions d'euros dans la recherche sur le paludisme via ses programmes-cadre de recherche (6e PC, 2002-2006, et 7e PC, 2007-2013).

Elle contribue aussi au Partenariat des pays européens et en développement sur les essais cliniques (EDCTP), dont l'objectif est d'accélérer le développement et l'amélioration des médicaments, des vaccins et des microbicides permettant de lutter contre le VIH/SIDA, le paludisme et la tuberculose. Établie en 2003, cette coopération fructueuse entre l'Europe et l'Afrique est centrée sur les essais cliniques et le renforcement des capacités en Afrique subsaharienne. À ce jour, 10 essais cliniques sur la malaria, d'un coût total de 69 millions d'euros, ont été financés dans le cadre de l'EDCTP, dont 35 millions d'euros ont été fournis par l'UE.

Liens

Article sur les recherches:

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21371233

À propos du paludisme:

http://ec.europa.eu/research/health/infectious-diseases/poverty-diseases/malaria_fr.html

http://ecdc.europa.eu/en/healthtopics/malaria/Pages/index.aspx

http://ec.europa.eu/health/communicable_diseases/policy/index_fr.htm

http://www.who.int/malaria/world_malaria_report_2010/worldmalariareport2010.pdf

http://www.edctp.org

En annexe: des informations détaillées sur les projets de recherche ayant participé à la découverte

Annex – Details on research projects involved in the discovery

Main contact person: Christian Doerig, Inserm-EPFL Joint Laboratory, Global Health Institute, Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, christian.doerig@epfl.ch, Tel +41 21 693 0983

ANTIMAL - Development of new drugs for the treatment of malaria

http://www.antimal.eu/

See video at http://www.comed-project.org/index.php?id=5

Start date: 01/12/2005

Duration: 66 months

EU contribution: 17.75 million euro

Contact: Stephen Ward, Liverpool School of tropical medicine molecular and biochemical parasitology, saward@liverpool.ac.uk, +44 (0) 151 705 3286

Participants:

LIVERPOOL SCHOOL OF TROPICAL MEDICINE
MOLECULAR AND BIOCHEMICAL PARASITOLOGY, LSTM

UNITED KINGDOM

PHILIPPS-UNIVERSITAT MARBURG

GERMANY

MERCK SERONO S.A.

SWITZERLAND

UNIVERSITY OF CAPE TOWN

SOUTH AFRICA

AFRICAN INSTITUTE OF BIOMEDICAL SCIENCE AND TECHNOLOGY

ZIMBABWE

CENTRE NATIONAL DE RECHERCHE ET DE FORMATION SUR LE PALUDISME

BURKINA FASO

UNIVERSITY OF LIVERPOOL

UNITED KINGDOM

COUNCIL FOR SCIENTIFIC AND INDUSTRIAL RESEARCH

SOUTH AFRICA

INSTITUTE OF PRIMATE RESEARCH

KENYA

KENYA MEDICAL RESEARCH INSTITUTE/WELLCOME TRUST RESEARCH PROGRAMME

KENYA

CONSIGLIO NAZIONALE DELLE RICERCHE, INSTITUTE OF MOLECULAR SCIENCE AND TECHNOLOGIES

ITALY

UNIVERSITA DEGLI STUDI DI MILANO

ITALY

CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

FRANCE

UNIVERSITE LOUIS PASTEUR

FRANCE

KIADIS B. V.

NETHERLANDS

NATIONAL TECHNICAL UNIVERSITY OF UKRAIINE, KPI

UKRAINE

LUDWIG-MAXIMILIANS UNIVERSITY MUNICH

GERMANY

GHENT UNIVERSITY

BELGIUM

JUSTUS-LIEBIG UNIVERSITY GIESSEN

GERMANY

NEED PHARMACEUTICALS

ITALY

PALUMED S A

FRANCE

COSMOS LIMITED

KENYA

4SC AG

GERMANY

LICA PHARMACEUTICALS A/S

DENMARK

AFRICAN CENTRE FOR CLINICAL TRIALS

KENYA

UNIVERSITY OF NAIROBI

KENYA

MEDICAL RESEARCH UNIT, ALBERT SCHWEITZER HOSPITAL

GABON

UNIVERSITA DEGLI STUDI DI SIENA

ITALY

SWISS TROPICAL INSTITUTE

SWITZERLAND

CONSEJO SUPERIOR DE INVESTIGACIONES CIENTIFICAS

SPAIN

UNIVERSITY OF DUNDEE

UNITED KINGDOM

FOUNDATION BIOMEDICAL PRIMATE RESEARCH CENTER

NETHERLANDS

UNIVERSITATSKLINIKUM HEIDELBURG

GERMANY

ST GEORGES HOSPITAL MEDICAL SCHOOL

UNITED KINGDOM

INSTITUT NATIONAL DE LA SANTE ET DE LA RECHERCHE MEDICALE

FRANCE

UNIVERSITY OF YORK

UNITED KINGDOM

LONDON SCHOOL OF HYGIENE AND TROPICAL MEDICINE

UNITED KINGDOM

BIOMALPAR - Biology and pathology of the malaria parasite

www.biomalpar.org

Start date: 01/04/2004

Duration: 66 months

EU contribution: 16 million euro

Contact: Arthur SCHERF, Institut Pasteur, ascherf@pasteur.fr,

Tel: + 33 1 45 68 86 16

Participants:

INSTITUT PASTEUR

FRANCE

UNIVERSITY OF YAOUNDE I

CAMEROON

INTERNATIONAL CENTRE FOR GENETIC ENGINEERING AND BIOTECHNOLOGY

INDIA

COLLEGE OF MEDICINE, UNIVERSITY OF IBADAN

NIGERIA

UNIVERSITY OF GENEVA

SWITZERLAND

INSTITUTE OF ENDEMIC DISEASES UNIVERSITY OF KHARTOUM

SUDAN

MALARIA RESEARCH AND TRAINING CENTER, DEAP, FMPOS, U. OF BAMAKO, MALI

MALI

MAKERERE UNIVERSITY KAMPALA

UGANDA

FOUNDATION FOR RESEARCH & TECHNOLOGY HELLAS - INSTITUTE OF MOLECULAR BIOLOGY & BIOTECHNOLOGY

GREECE

GENOME RESEARCH LIMITED

UNITED KINGDOM

IMPERIAL COLLEGE OF SCIENCE, TECHNOLOGY AND MEDICINE

UNITED KINGDOM

UNIVERSITÀ "LA SAPIENZA"

ITALY

STOCKHOLM UNIVERSITY

SWEDEN

KAROLINSKA LNSTITUTET

SWEDEN

UNIVERSTÄTSTKLINIKUM HEIDELBERG

GERMANY

CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE-DR13

FRANCE

CHANCELLOR, MASTERS AND SCHOLARS OF THE UNIVERSITY OF OXFORD

UNITED KINGDOM

FOUNDATION BIOMEDICAL PRIMATE RESEARCH CENTER

NETHERLANDS

STICHTING KATHOLIEKE UNIVERSITEIT

NETHERLANDS

LEIDEN UNIVERSITY MEDICAL CENTER, DIVISION 5

NETHERLANDS

UNIVERSITE MONTPELLIER II

FRANCE

EUROPEAN MOLECULAR BIOLOGY LABORATORY

GERMANY

ISTITUTO SUPERIORE DI SANITÀ

ITALY

MEDICAL RESEARCH COUNCIL

UNITED KINGDOM

MALSIG - Signalling in life cycle stages of malaria parasites

http://www.malsig.lille.inserm.fr/

Starting date: 01/02/2009

Duration: 36 months

Contact: Christian Doerig, Inserm-EPFL Joint Laboratory, Global Health Institute, Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, christian.doerig@epfl.ch, Tel +41 21 693 0983

Participants:

INSTITUT NATIONAL DE LA SANTE ET DE LA RECHERCHE MEDICALE (INSERM) - Coordinating

FRANCE

GENOME RESEARCH LIMITED

UNITED KINGDOM

STICHTING KATHOLIEKE UNIVERSITEIT

NETHERLANDS

STICHTING BIOMEDICAL PRIMATE RESEARCH CENTER

NETHERLANDS

NATIONAL INSTITUTE OF IMMUNOLOGY SOCIETY

INDIA

UNIVERSITY OF GLASGOW

UNITED KINGDOM

JAWAHARLAL NEHRU UNIVERSITY

INDIA

INTERNATIONAL CENTRE FOR GENETIC ENGINEERING AND BIOTECHNOLOGY

ITALY

JULIUS-MAXIMILIANS UNIVERSITAET WUERZBURG

GERMANY

MEDICAL RESEARCH COUNCIL

UNITED KINGDOM

INSTITUT PASTEUR

FRANCE

UNIVERSITAETSKLINIKUM HEIDELBERG

GERMANY

ISTITUTO SUPERIORE DI SANITA

ITALY

INDIAN INSTITUTE OF SCIENCE

INDIA

ST GEORGE'S HOSPITAL MEDICAL SCHOOL

UNITED KINGDOM

BERNHARD-NOCHT-INSTITUT FUER TROPENMEDIZIN

GERMANY

LONDON SCHOOL OF HYGIENE AND TROPICAL MEDICINE

UNITED KINGDOM

EVIMALAR - Towards the establishment of a permanent European virtual institute dedicated to malaria research

http://www.evimalar.org/

Starting date: 01/10/2009

Duration: 60 months

EU contribution: 12 million euro

Contact: Andy P. Waters, Institute of Infection, Immunity and Inflammation, College of Medical Veterinary & Life Sciences, University of Glasgow, Andy.Waters@glasgow.ac.uk
tel: +44 (0)141 330 8720

Participants

UNIVERSITY OF GLASGOW (Coordinating)

UNITED KINGDOM

UNIVERSITE DE YAOUNDE I

CAMEROON

UNIVERSITY OF KHARTOUM

SUDAN

PHILIPPS UNIVERSITAET MARBURG

GERMANY

FOUNDATION FOR RESEARCH AND TECHNOLOGY HELLAS

GREECE

COLLEGE OF MEDICINE, UNIVERSITY OF IBADAN

NIGERIA

UNIVERSITA DEGLI STUDI DI ROMA LA SAPIENZA

ITALY

MAKERERE UNIVERSITY

UGANDA

UNIVERSITY OF MELBOURNE

AUSTRALIA

GENOME RESEARCH LIMITED

UNITED KINGDOM

STICHTING KATHOLIEKE UNIVERSITEIT

NETHERLANDS

STICHTING BIOMEDICAL PRIMATE RESEARCH CENTER

NETHERLANDS

MEDICAL RESEARCH COUNCIL

UNITED KINGDOM

SMITTSKYDDSINSTITUTET

SWEDEN

INTERNATIONAL CENTRE FOR GENETIC ENGINEERING AND BIOTECHNOLOGY

ITALY

EUROPEAN MOLECULAR BIOLOGY LABORATORY

GERMANY

INSTITUT DE RECHERCHE POUR LE DEVELOPPEMENT

FRANCE

KØBENHAVNS UNIVERSITET

DENMARK

UNIVERSITE DE GENEVE

SWITZERLAND

ACADEMISCH ZIEKENHUIS LEIDEN - LEIDS UNIVERSITAIR MEDISCH CENTRUM

NETHERLANDS

BERNHARD-NOCHT-INSTITUT FUER TROPENMEDIZIN

GERMANY

THE CHANCELLOR, MASTERS AND SCHOLARS OF THE UNIVERSITY OF OXFORD

UNITED KINGDOM

UNIVERSITA DEGLI STUDI DI TORINO

ITALY

INSTITUT PASTEUR

FRANCE

STOCKHOLMS UNIVERSITET

SWEDEN

CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

FRANCE

INSTITUTO DE MEDICINA MOLECULAR

PORTUGAL

UNIVERSITAETSKLINIKUM HEIDELBERG

GERMANY

MAX PLANCK GESELLSCHAFT ZUR FOERDERUNG DER WISSENSCHAFTEN E.V.

GERMANY

IMPERIAL COLLEGE OF SCIENCE, TECHNOLOGY AND MEDICINE

UNITED KINGDOM

ISTITUTO SUPERIORE DI SANITA

ITALY

INSTITUT NATIONAL DE LA SANTE ET DE LA RECHERCHE MEDICALE (INSERM)

FRANCE

LONDON SCHOOL OF HYGIENE AND TROPICAL MEDICINE

UNITED KINGDOM

LIVERPOOL SCHOOL OF TROPICAL MEDICINE

UNITED KINGDOM

University of Buea (UoB)

Cameroon

Centre de Recerca en Salut de Barcelona (CRESIB)

SPAIN

University of Pretoria (UP)

SouTH AFRICA

Karolinska Institute (KI)

Sweden

Affiliate institutions

University Federico II, Naples

ITALY

Université Montpellier II

FRANCE

University of Bordeaux

FRANCE

London School of Hygeine and Tropical Medicine

United KingDOM

National Institute for Medical Research

UNITED kingdom

Radboud University

NETHERLANDS

University of Perugia

ITALY

Strasbourg University

FRANCE

Stockholm University

SWEDEN

University of Glasgow

UNITED KINGDOM

University of Rome 'La Sapienza'

ITALY

Malaria Research Training Center

MALI

KEMRI - Wellcome Trust

KENIA

European Molecular Biology Laboratory

GERMANY

Pasteur

FRANCE

Foundation for Research and Technology-Hellas. Institute of Molecular Biology & Biotechnology

GREECE

Swiss Tropical and Public Health Institute

Switzerland


Side Bar