Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Autres langues disponibles: EN DE CS HU SK SL BG RO

IP/11/472

Bruxelles, le 13 avril 2011

La Commission se félicite du feu vert du Conseil à la Stratégie de l’Union européenne pour la région Danube

Réunis à Luxembourg, les ministres des vingt-sept États membres de l’Union européenne ont approuvé aujourd’hui la Stratégie de l’Union pour la région Danube, stratégie adoptée par la Commission européenne en décembre dernier (IP/10/1687) et dont les préparatifs d’application sont déjà en cours. Quelque deux cents actions prioritaires contribueront à l’exploitation de l’énorme potentiel économique de la région et à l’amélioration de son environnement.

Au terme de la réunion de Luxembourg, le commissaire à la politique régionale, M. Johannes Hahn, a déclaré: «L’adoption de la Stratégie par le Conseil est une étape importante. Il appartient désormais aux pays et aux régions du Danube ainsi qu’aux parties prenantes présentes sur le terrain de travailler à la phase pratique, qui devrait débuter dès que possible. D’ici à 2020, la région Danube devrait offrir à ses habitants une meilleure qualité de vie, plus de débouchés économiques et d’entreprises innovantes créatrices d’emplois, un environnement amélioré et des échanges culturels accrus. Le succès de la région Danube contribuera à la prospérité de l’ensemble de l’Europe.»

La région Danube, qui couvre un cinquième du territoire de l’UE et compte 100 millions d’habitants, joue un rôle essentiel dans le bien-être de l’Union dans son ensemble. Elle fait face à de multiples défis qui ignorent les frontières: inondations, réseaux de transport et d’acheminement d’énergie, protection de l’environnement et sécurité sont des questions qui requièrent toutes une démarche commune.

La Stratégie concerne principalement quatorze pays, dont huit États membres (Allemagne, Autriche, Hongrie, République tchèque, République slovaque, Slovénie, Bulgarie et Roumanie) et six pays tiers (Croatie, Serbie, Bosnie‑Herzégovine, Monténégro, Ukraine et Moldavie). Des organisations représentant la société civile et des entreprises privées sont également engagées dans divers actions et projets ainsi que dans la réalisation d’objectifs précis.

La Stratégie se fonde sur une nouvelle méthode de travail, qui s’inspire d’une démarche «macrorégionale», dans la ligne de la stratégie de l’Union pour la région de la mer Baltique. La méthode est nouvelle en ce sens qu’elle incite les parties à coopérer à la détermination des objectifs et à l’harmonisation des financements et à travailler conjointement à la concrétisation de leurs buts, la Commission jouant un rôle moteur dans la coordination.

La stratégie s’articule autour de quatre piliers:

  • désenclaver la région Danube (amélioration de la mobilité, soutien en faveur de l’énergie durable et mise en valeur de la culture et du tourisme): les projets prévus dans ce contexte incluent le retrait d’épaves et autres débris qui jonchent le lit du fleuve, l’aménagement de terminaux multimodaux dans les ports fluviaux pour relier les voies fluviales aux réseaux de transport routier et ferroviaire, l’achèvement de l’axe autoroutier «Magistrale» reliant Paris à Budapest en passant par Stuttgart, Ulm, Munich, Vienne et Bratislava, le projet 4Biomass pour mettre en avant les énergies renouvelables, la conception de forfaits touristiques transnationaux proposant des voyages train-bicyclette-bateau sur le Danube, etc.;

  • protéger l’environnement dans la région Danube (reconquête de la qualité de l’eau, gestion des risques environnementaux et préservation de la biodiversité): ces projets comprennent la mise en place de bandes riveraines le long du fleuve pour retenir les nutriments, le projet de coopération «Danube bleu» concernant le traitement des eaux usées urbaines, la réduction des résidus pharmaceutiques dans l’eau, la restauration de zones humides pour lutter contre les inondations, la mise en place d’un réseau d’aires protégées, etc.;

  • développer la prospérité dans la région Danube (amélioration de la capacité de recherche, de l’éducation et des technologies de l’information, aide à la compétitivité des entreprises et investissements dans les compétences). Les projets concernés prendront la forme de centres de recherche communs, de programmes conjoints pour l’enseignement et la formation professionnels, de programmes visant à favoriser l’utilisation des services d’e-gouvernement et d’e-santé pour les citoyens, d’initiatives de soutien aux communautés roms, etc.;

  • renforcer la région Danube (accroissement de la capacité institutionnelle et amélioration de la coopération dans la lutte contre la criminalité organisée). Exemples de projets: formation et échange de bonnes pratiques, notamment en matière de gestion des finances publiques, mise sur pied de la plate-forme civile «Danube Civil Society Forum» et élaboration de directives communes de planification de l’espace.

La Stratégie est le résultat d’un large processus de consultation publique lancé en février 2010. Il s’agissait de s’adresser à toutes les parties prenantes et de rassembler leurs idées pour s’assurer que les objectifs étaient réalistes et répondaient aux besoins réels des habitants de la région.

Un plan d'action établit les priorités, définit les projets et fixe certains délais. En février, M.  Hahn a indiqué quels seraient les pays et les régions chargés de coordonner les divers domaines d’action prioritaires (IP/11/124). Ces coordonnateurs préparent actuellement l’application de la Stratégie. Celle-ci sera suivie de près par la Commission, qui publiera un premier rapport fin 2012.

Pour de plus amples informations:

http://ec.europa.eu/regional_policy/cooperation/danube/


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site