Navigation path

Left navigation

Additional tools

La mission de la Commission en Hongrie salue l'engagement sur la voie des réformes structurelles et demande des précisions sur la réduction des déficits

European Commission - IP/11/458   11/04/2011

Other available languages: EN DE HU

IP/11/458

Bruxelles, le 11 avril 2011

La mission de la Commission en Hongrie salue l'engagement sur la voie des réformes structurelles et demande des précisions sur la réduction des déficits

Les fonctionnaires de la Commission européenne ont effectué du 4 au 8 avril, en étroite coopération avec le personnel du Fonds monétaire international (FMI), une mission en Hongrie afin de préparer les prévisions économiques du printemps 2011 de la Commission et de dresser le bilan de l'évolution récente de la situation et des initiatives politiques dans ce pays. La Commission et le FMI sont chargés de poursuivre la surveillance après l'arrivée à échéance, en novembre 2010, du soutien de l'UE à la balance des paiements de la Hongrie. Ils se félicitent que le gouvernement ait annoncé des mesures structurelles dans le «plan Széll Kálmán», qui devraient renforcer la viabilité des finances publiques. Ils comptent sur lui pour détailler ces mesures dans le programme de convergence de la Hongrie, qui doit être présenté à l'UE à la mi-avril. Sur cette base, une évaluation déterminera si ces efforts suffiront à maintenir le déficit en dessous de 3 % du PIB dans les années à venir.

«Je me réjouis de voir que la Hongrie a adopté une stratégie pour assainir ses finances publiques et stimuler l'emploi», a déclaré M. Olli Rehn, membre de la Commission responsable des affaires économiques et monétaires. «Il faudra s'assurer que cet effort d'ajustement est de vaste portée, intervient suffisamment tôt, et est étayé par des mesures spécifiques, de façon à corriger durablement le déficit excessif. Je suis sûr que les autorités hongroises seront prêtes à prendre des mesures supplémentaires, si ce n'est déjà le cas. En outre, il faut veiller à créer un environnement stable et fiable pour les investisseurs nationaux et internationaux.»

Les responsables de la mission conduite par la Commission et le FMI ont dressé le bilan de la situation économique de la Hongrie et ont appris avec satisfaction que la croissance, qui a atteint contre toute attente 1,2 % du PIB l'année dernière, devrait plus ou moins doubler cette année. En effet, la demande intérieure devrait contribuer positivement à la croissance tandis que les exportations nettes devraient augmenter, et le chômage commencer à baisser. La balance des opérations courantes reste excédentaire, même si la hausse de la croissance pourrait la faire quelque peu diminuer. Étant donné la situation précaire sur les marchés financiers mondiaux et les besoins de financement extérieur auxquels elle devra faire face au cours des prochaines années, la Hongrie devra absolument mener des politiques prudentes en matière budgétaire et de financement et établir un cadre d'investissement stable et crédible.

La mission a accueilli favorablement le «plan Széll Kálmán», qui prévoit des mesures structurelles en termes de dépenses, notamment sociales et de retraite, mais aussi des économies dans les administrations locales et le secteur des transports. Sur la base des mesures spécifiques qui seront annoncées dans les prochaines semaines, la mission évaluera l'incidence du plan sur le déficit public en 2011 et au-delà, dans le cadre des prévisions de printemps qui seront publiées le 13 mai. Elle poursuivra également cette évaluation dans le cadre de l'analyse du programme de convergence et de la procédure concernant les déficits excessifs. Rappelant les dérapages budgétaires qui ont caractérisé par le passé le secteur des transports et les administrations locales, la mission a salué l'engagement de remédier à ce problème et a souligné l'importance de mettre en œuvre des plans concrets de restructuration.

Le secteur financier, ainsi que les secteurs dans lesquels ont été introduits des prélèvements extraordinaires l'année passée, aideront à honorer les engagements budgétaires à court terme. Cependant, la Commission rappelle que ces prélèvements, sous leur forme actuelle, ne sont pas propices au climat d'investissement et à la croissance du pays. Le nombre de prêts contractés par les ménages et les entreprises est faible, malgré la reprise économique. La Commission souligne qu'il est nécessaire de limiter l'incidence budgétaire des régimes d'aide aux personnes détentrices de prêts en devises étrangères et salue l'annonce faite par les autorités de la consulter sur ces questions. Cette consultation ex-ante devrait permettre d'éviter une infraction au droit de l'Union.

Contexte

À la suite de l'accord trouvé en novembre 2008 par le Conseil sur un concours financier de l'UE à moyen terme de 6,5 Mrd EUR en faveur de la Hongrie, le pays a reçu trois versements sous forme de prêts de soutien à la balance des paiements: deux versements de 2 Mrd EUR, le 9 décembre 2008 et le 26 mars 2009, et un troisième versement de 1,5 Mrd EUR le 6 juillet 2009. L'accès au financement sur le marché s'étant amélioré, la Hongrie n'a pas fait appel aux concours financiers de l'UE et du FMI à l'issue des évaluations de novembre 2009 et de février 2010, et aucune évaluation complète n'a été réalisée depuis. Après l'expiration de l'aide de l'UE le 3 novembre 2010, un programme de suivi établissant un cadre de surveillance a été établi. Il prévoit des échanges d'informations continus et des contrôles réguliers, mais des missions d'évaluation moins fréquentes.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website