Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

IP/11/448

Bruxelles, le 6 avril 2011

Journée mondiale de la santé: la lutte contre la résistance aux antimicrobiens doit se poursuivre à l'échelle mondiale

Cette année, la Journée mondiale de la santé met l'accent sur la menace grandissante que représente l'existence de bactéries potentiellement mortelles qui deviennent résistantes aux médicaments antimicrobiens, en particulier aux antibiotiques. La Commission se joint à l'Organisation mondiale de la santé pour demander d'accentuer les efforts déployés pour lutter contre la résistance aux antimicrobiens, qui constitue une menace mondiale pour la santé. Dans la seule Union, on estime que chaque année, les infections résistantes aux médicaments sont responsables de plus de 25 000 décès et entraînent pour le secteur de la santé un coût supplémentaire de 1,5 milliard €1.

Dans une déclaration conjointe, le commissaire responsable de la santé et de la politique des consommateurs, John Dalli, la commissaire chargée de la recherche, de l'innovation et de la science, Máire Geoghegan-Quinn et le commissaire responsable du développement, Andris Piebalgs, se sont exprimés en ces termes: «A l'occasion de la Journée mondiale de la santé nous souhaitons attirer l'attention sur le problème grandissant que constitue la résistance aux antimicrobiens. Les antibiotiques ont révolutionné la médecine en nous permettant de traiter des infections auparavant mortelles et de sauver de nombreuses vies. Ces avancées se trouvent toutefois actuellement menacées car l'utilisation excessive et inadéquate des agents antimicrobiens a entraîné une forte augmentation des infections et des organismes résistants, provoquant des décès et des souffrances inutiles ainsi que des coûts pour le secteur de la santé qui devraient être évités. Dans le droit fil de la stratégie communautaire de lutte contre la résistance antimicrobienne de 2001, la Commission a mis en place une série d'initiatives pour s'attaquer à ce problème. La réussite de plusieurs traitements nouveaux, notamment en matière de transplantation d'organes, de thérapies anticancéreuse et de soins des prématurés, dépend en partie de la recherche de solutions efficaces au problème de la résistance antimicrobienne. Aussi, dans le contexte du septième programme-cadre de recherche, l'Union européenne finance-t-elle des travaux relatifs à la prévention et au contrôle, qui visent notamment à identifier de nouveaux organismes résistants, à mettre au point de nouveaux médicaments, à fournir des tests de diagnostic plus rapides et à analyser les effets des pratiques de prescription des cliniciens.

Des efforts supplémentaires doivent être déployés et la Commission élabore actuellement une nouvelle stratégie. La santé est également un droit pour toutes les populations du monde. Bénéficiant d'un budget annuel de 700 millions €, elle constitue un domaine d'action clé pour la Commission. Nous aidons les pays en développement à renforcer leurs systèmes de santé et à atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement, notamment au moyen de l'initiative pour les OMD, dotée d'un budget d'un milliard €, dont le coup d'envoi a été donné cette année.»

Nouvelle stratégie

En novembre 2011, à l'occasion de la journée de sensibilisation à l'usage des antibiotiques, la Commission envisage de présenter une nouvelle stratégie abordant toutes les sources de résistance aux antimicrobiens et leurs effets potentiels. Celle-ci couvrira la santé publique, la sécurité des aliments, la sécurité des consommateurs, la santé et le bien-être des animaux ainsi que l'usage non thérapeutique des substances antimicrobiennes.

Recherche et innovation

À l'occasion de la Journée mondiale de la santé, une brochure présentant les projets de recherche sur la résistance antimicrobienne financés par l'UE entre 2007 et 2010 est disponible.

La lutte contre la résistance aux antimicrobiens suppose des investissements dans la recherche et l'innovation. L'Union européenne a donné la priorité à la recherche dans ce domaine, en apportant depuis 1999 une aide d'un montant total d'environ 300 millions € en faveur de nombreux projets de recherche. Au nombre des priorités figurent la mise au point de nouveaux médicaments et de nouvelles thérapies, la définition de l'usage optimal des médicaments antimicrobiens existants, le développement d'outils diagnostiques, le contrôle de la propagation de la résistance et la recherche fondamentale sur les organismes pathogènes. Les projets financés par l'UE ont permis de mieux comprendre les mécanismes de résistance et d'identifier de nouvelles substances antimicrobiennes susceptibles de déboucher sur de futurs médicaments. Les connaissances produites par ces recherches non seulement contribuent à améliorer la santé humaine mais stimulent également l'innovation et la compétitivité en Europe.

Coopération internationale

La résistance aux antimicrobiens constituant une menace mondiale pour la santé, la Commission européenne participe au niveau international à plusieurs actions: elle prend part activement aux initiatives internationales concernant la médecine vétérinaire et la sécurité alimentaire et a en outre, avec les États-Unis d'Amérique, institué en 2010, une task force transatlantique sur la résistance aux antimicrobiens (TAFTAR). Celle-ci présentera, d'ici la fin de 2011, des recommandations en vue de renforcer la coopération entre l'Union européenne et les États-Unis dans le domaine des médicaments vétérinaires et à usage humain afin de lutter contre cette menace.

La Commission aide également l'Organisation mondiale de la santé, et notamment son bureau régional pour l'Europe, à développer les capacités et les efforts de lutte contre la résistance aux antimicrobiens au niveau international.

Santé et développement

Au cours des dix dernières années, la politique de santé a acquis une place de choix dans l’agenda international et l’aide sanitaire a quadruplé pour dépasser les 16 milliards €. Néanmoins, l’absence de progrès en ce qui concerne les objectifs du Millénaire pour le développement liés à la santé dans les pays les plus pauvres et les défis croissants de la mondialisation nécessitent une ambition, une voix et une action fermes de l’Union concernant la santé dans le monde.

L'UE apporte un soutien en faveur de la santé dans plus de 80 pays du monde. Le budget annuel substantiel consacré par la Commission européenne à la santé s'élève aux alentours de 682 millions €, dont environ 220 millions sont affectés à des programmes de vaccination et 100 millions au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

Contexte

La Journée mondiale de la Santé est célébrée le 7 avril pour commémorer la création de l'Organisation mondiale de la santé. Chaque année, cette organisation choisit un grand problème de santé et encourage les personnes de tous âges et de tous horizons à organiser des manifestations qui illustrent l'importance de ce problème pour la santé et le bien-être.

Le thème de cette année est la résistance aux antimicrobiens. Les agents antimicrobiens sont utilisés pour éliminer les micro-organismes, dont les bactéries, les champignons, les parasites et les virus. Ils sont employés essentiellement pour traiter les infections, désinfecter, assurer des conditions d'hygiène ou conserver des produits. La résistance se produit lorsque les micro-organismes développent des mécanismes qui rendent inactifs les agents antimicrobiens. Les micro-organismes qui deviennent résistants à plusieurs catégories d'agents antimicrobiens sont qualifiés de «multirésistants». La propagation des bactéries résistantes peut se faire par de nombreux canaux (notamment la transmission entre les hommes, entre les animaux, de l'animal à l'homme et de l'environnement aux animaux et aux hommes via la chaîne alimentaire). Les infections résistantes peuvent être mortelles et se propager, ce qui entraîne des coûts considérables pour les individus et la société. Ce phénomène est facilité et accéléré par l'utilisation excessive et inadéquate des agents antimicrobiens.

La Journée européenne de sensibilisation à l'usage des antibiotiques, instituée en 2009, a lieu chaque année le 18 novembre. Elle est coordonnée par le centre européen de prévention et de contrôle des maladies et vise à sensibiliser l'opinion publique aux risques découlant d'un recours inconsidéré aux antibiotiques et à la nécessité d'une utilisation responsable de ceux-ci.

Informations concernant la résistance aux antimicrobiens

http://ec.europa.eu/health/antimicrobial_resistance/policy/index_en.htm

http://www.ecdc.europa.eu/en/healthtopics/antimicrobial_resistance/Pages/index.aspx

http://ec.europa.eu/research/health/infectious-diseases/antimicrobial-drug-resistance/index_en.html

http://ec.europa.eu/food/food/biosafety/salmonella/antimicrobial_resistance.pdf

Action au niveau international

http://ecdc.europa.eu/en/activities/diseaseprogrammes/tatfar/pages/index.aspx

http://ec.europa.eu/europeaid/what/development-policies/index_en.htm

http://ec.europa.eu/europeaid/where/worldwide/health/details_en.htm

http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/site/en/com/2002/com2002_0129en01.pdf

Informations sur la Journée mondiale de la santé

http://www.who.int/world-health-day/2011/en/index.html

Informations sur la recherche dans l'UE

http://ec.europa.eu/research/health/infectious-diseases/index_en.html

Brochure – recherche sur la résistance antimicrobienne financée par l'UE entre 2007 et 2010

http://ec.europa.eu/research/health/infectious-diseases/antimicrobial-drug-resistance/pdf/eu-research-on-antimicrobial-resistance_en.pdf

1 :

http://www.ema.europa.eu/docs/en_GB/document_library/Report/2009/11/WC500008770.pdf


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website