Navigation path

Left navigation

Additional tools

Salmonellose: un rapport confirme que les mesures prises par l’UE ont permis de réduire de près de la moitié en cinq ans le nombre de cas constatés chez l’être humain

European Commission - IP/11/340   22/03/2011

Other available languages: EN DE

IP/11/340

Bruxelles, le 22 mars 2011

Salmonellose: un rapport confirme que les mesures prises par l’UE ont permis de réduire de près de la moitié en cinq ans le nombre de cas constatés chez l’être humain

Selon le rapport de synthèse 2009 de l’UE sur les zoonoses, publié aujourd’hui par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), le nombre de cas de salmonellose humaine a presque diminué de moitié sur une période de cinq ans (de 196 000 en 2004 à 108 000 en 2009) à la faveur de mesures introduites par l’Union européenne. L’histoire de cette réussite, décrite par le rapport, remonte à 2003 avec l’adoption par le Parlement européen et le Conseil d’un règlement donnant le signal de départ à des programmes renforcés de lutte contre les salmonelles dans l’ensemble des États membres. Dans les cheptels de volailles (poules pondeuses, poulets de chair ou dindes, par exemple), des objectifs de réduction des salmonelles ont été fixés, les États membres ont mis en place des programmes de contrôle, et des restrictions aux échanges de produits provenant de cheptels infectés ont été imposées.

John Dalli, commissaire à la santé et à la politique des consommateurs, a déclaré: «L’Union européenne a fait de grands progrès dans sa lutte contre les salmonelles et la baisse continue du nombre de cas atteste de l’efficacité des mesures globales mises en place par les États membres pour s'opposer à cette maladie. À aucun moment, la Commission n’a relâché sa surveillance ni cessé de réagir face à ce défi et le récent rapport de l’EFSA/ECDC est la preuve manifeste que la situation s’est améliorée et a évolué favorablement.» Et de conclure: «Les consommateurs européens peuvent en être certains: la lutte contre les agents zoonotiques sera poursuivie sans relâche, dans la perspective d’en réduire toujours plus l’incidence».

Qu’est-ce que la salmonellose?

La salmonellose humaine se caractérise en général par une forte poussée de fièvre, des douleurs abdominales, des nausées et quelquefois des vomissements. Les symptômes sont en général modérés et la plupart des infections se guérissent d’elles-mêmes après quelques jours. Toutefois, chez certains patients, l’infection peut être plus virulente et la déshydratation qui lui est associée peut mettre la vie en danger. En 2010, l’EFSA a estimé que le coût global de la salmonellose humaine dans l’UE se situe entre 0,2 et 3 milliards d’euros par an1.

Les salmonelles se retrouvent couramment dans le système digestif de plusieurs espèces d’animaux, et de nombreux aliments d’origine animale ou végétale peuvent donc être des sources d’infection. La transmission intervient souvent lors de l’introduction des organismes dans des zones de préparation de repas et de leur prolifération dans la nourriture, par exemple en raison de températures de stockage ou de procédés de cuisson inadaptés, ou encore d'une contamination croisée des aliments. L’organisme peut également être transmis au contact direct d’animaux ou d’êtres humains infectés ou d’environnements contaminés par des matières fécales.

Jusqu’à présent, c’est par les œufs et la viande de volaille que l’être humain a été le plus souvent infecté.

Contexte:

En 2003, le règlement (CE) n° 2160/2003 du Parlement européen et du Conseil sur le contrôle des salmonelles et d’autres agents zoonotiques spécifiques2 a marqué le point de départ d’un vaste programme de lutte contre les zoonoses à l’échelle de l’UE, dans lequel les salmonelles étaient une priorité. Des objectifs de réduction, des programmes nationaux de lutte et des restrictions aux échanges de produits provenant de cheptels infectés ont été progressivement mis en place pour:

  • les poules reproductrices,

  • les poules pondeuses,

  • les poulets de chair,

  • les dindes.

Toutes les données relatives au dépistage des salmonelles chez les animaux ou les êtres humains ou dans la nourriture sont transmises par les États membres à l’ECDC et à l’EFSA. Le rapport de synthèse publié aujourd’hui, qui présente les données pour 2009, montre une évolution favorable évidente pour ce qui est des cas humains, des foyers humains et des cheptels de volaille.

Pour de plus amples informations, veuillez consulter les pages suivantes:

http://ec.europa.eu/food/food/biosafety/salmonella/index_en.htm

http://www.efsa.europa.eu/

1 :

http://www.efsa.europa.eu/en/efsajournal/doc/1546.pdf.

2 :

JO L 325 du 12.12.2003, p. 1.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website