Navigation path

Left navigation

Additional tools

IP/11/255

Bruxelles, le 4 mars 2011

La première journée européenne de l'égalité salariale met en lumière l'écart des salaires dans l'UE

Dans l’Union européenne, les femmes gagnent en moyenne 17,5% de moins que les hommes tout au long de leur vie. Ce chiffre frappant sera mis en exergue demain lors de la première journée de l'égalité salariale à l'échelle de l'UE. Cette journée – le 5 mars – attire l'attention sur le nombre de jours supplémentaires que les femmes devront travailler en 2011 pour gagner un montant équivalant au salaire perçu par les hommes en 2010. La Commission européenne s'est engagée à combler l'écart de salaire entre hommes et femmes et a publié en septembre 2010 une stratégie globale pour l'égalité entre les femmes et les hommes (voir IP/10/1149 et MEMO/10/430). Cette année, la journée de l'égalité salariale, qui a pour but de sensibiliser à l'écart des salaires, précède la journée internationale de la femme, qui aura lieu le 8 mars.

«97 millions de femmes en Europe travaillent depuis le 1er janvier, mais ne seront effectivement payées qu'à partir de cette semaine», a déclaré Mme Viviane Reding, vice-présidente de la Commission européenne et commissaire en charge de la justice. «La journée européenne de l'égalité salariale nous rappelle l'ampleur du travail qu'il reste à accomplir pour combler l'écart salarial entre hommes et femmes. Avec les États membres et les partenaires sociaux, nous nous efforcerons de réduire considérablement l'écart salarial entre les sexes dans l'UE, si bien qu'un jour, nous n'aurons plus besoin d'une journée de l'égalité salariale pour rappeler les différences de salaire entre hommes et femmes.»

L'égalité de rémunération pour un travail égal est l’un des principes fondateurs de l'Union européenne. Le traité de Rome le consacrait déjà en 1957. Or l'écart salarial entre hommes et femmes ne s'est réduit que progressivement. D'après les chiffres les plus récents, pour l'année 2008, cet écart varie de 5% en Italie à 30 % en Estonie. Ces chiffres dénotent les inégalités complexes et persistantes qui caractérisent le marché du travail.

Pour remédier à cet écart salarial, la Commission

  • soutiendra des initiatives visant à l'égalité salariale sur le lieu de travail, comme les labels, les chartes et les prix en faveur de l'égalité, tels qu'ils ont été définis dans une récente étude de l'UE sur les initiatives non législatives proposées aux entreprises pour promouvoir l'égalité entre hommes et femmes sur le lieu de travail;

  • favorisera l'élaboration d'outils pour aider les employeurs à corriger les écarts de rémunération injustifiés entre hommes et femmes, comme le Logib tool, qui est utilisé en Allemagne et au Luxembourg et qui permet aux entreprises de déceler les écarts de salaire entre hommes et femmes au sein de leur organisation;

  • explorera les moyens d'améliorer la transparence salariale, ainsi que l'incidence sur l'égalité de rémunération d'aménagements atypiques du temps de travail, tels que le travail à temps partiel et les contrats à durée déterminée;

  • s'efforcera d'encourager les hommes et les femmes à se lancer dans des professions non traditionnelles; elle aidera tant les hommes que les femmes à trouver plus facilement un équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle.

Contexte

Grâce à la législation de l'UE et à la législation nationale en matière d'égalité des rémunérations, les cas de discrimination directe – différences de salaire entre hommes et femmes pour le même travail – ont diminué. Cependant, l'écart salarial a des incidences bien plus larges: il témoigne d'une discrimination et d'une inégalité persistantes sur le marché du travail dans son ensemble.

L'effet des inégalités salariales entre hommes et femmes sur les revenus gagnés tout au long de la vie signifie que les femmes percevront aussi une pension de retraite moins élevée. Ainsi, les femmes âgées sont davantage confrontées au risque de vivre dans la pauvreté: dans la classe d'âge des 65 ans et plus, 22% des femmes sont menacées de pauvreté, contre 16% des hommes.

Les activités de sensibilisation sont essentielles pour informer employeurs, travailleurs et parties prenantes des raisons de l'écart de rémunération persistant entre hommes et femmes et de la manière dont nous pouvons le réduire. Voilà pourquoi la Commission poursuit une campagne d'information à l'échelle de l'Union et mène des actions dans l'ensemble des 27 États membres de l'UE. Une calculatrice en ligne de l'écart salarial entre hommes et femmes permet aux employeurs et aux travailleurs de se rendre compte de cet écart.

Une enquête Eurobaromètre sur l'égalité hommes-femmes, qui a été publiée l'année dernière, a révélé que 62 % des Européens estiment que des inégalités entre les sexes subsistent dans de nombreux secteurs de la société. 82 % des personnes interrogées ont déclaré qu'il fallait remédier d'urgence à l'écart salarial entre hommes et femmes, et 61 % pensent que les décisions prises au niveau de l'UE ont un rôle important à jouer dans la promotion de l'égalité entre les sexes.

Le 1er mars, la vice-présidente Viviane Reding a rencontré les PDG et membres de conseils d'administration de plusieurs grandes entreprises européennes afin d'examiner les moyens d'accroître le nombre de femmes au sein des conseils d'administration (voir IP/11/242 et MEMO/11/124).

Pour de plus amples informations

  • L’égalité entre les femmes et les hommes dans l’UE

http://ec.europa.eu/social/main.jsp?langId=fr&catId=418

  • Campagne sur l'écart de rémunération entre les femmes et les hommes:

http://ec.europa.eu/social/main.jsp?langId=fr&catId=681.

  • Page d'accueil du site de Viviane Reding, vice-présidente de la Commission et commissaire chargée de la justice, des droits fondamentaux et de la citoyenneté:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/reding/index_fr.htm

Annexe


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website