Navigation path

Left navigation

Additional tools

IP/11/242

Bruxelles, le 1er mars 2011

Rencontre entre Viviane Reding, commissaire chargée de la justice, et des dirigeants d’entreprises européennes pour accroître la présence des femmes dans les conseils d’administration

L’Europe des entreprises reste un univers masculin: dans les conseils d’administration des grandes entreprises européennes, à peine un membre sur dix est une femme, et dans 97 % des cas, le PDG est un homme. Des études révèlent que les entreprises comptant davantage de femmes aux postes de direction obtiennent de meilleurs résultats que celles qui réservent ces fonctions aux hommes. Leur bénéfice d’exploitation est plus élevé et elles parviennent mieux à attirer les talents et à comprendre leurs clients. L'utilisation optimale des compétences féminines au sein de la main‑d'œuvre européenne est non seulement profitable aux entreprises, mais a des répercussions favorables sur l’économie et la société dans son ensemble. Si 60 % des diplômés de l’université sont des femmes, celles‑ci demeurent sous‑représentées aux postes de décision économique. Lors d’un sommet spécialement consacré à cette question à Bruxelles, aujourd’hui, la commissaire européenne Viviane Reding rencontrera des PDG et des membres de conseils d’administration d'entreprises cotées en bourse de dix pays européens (voir l’annexe). La vice‑présidente de la Commission présidera ce rassemblement de dirigeants d’entreprises, aux côtés de Gertrude Tumpel-Gugerell, membre du directoire de la Banque centrale européenne. Elles examineront, avec les participants, les moyens d’accroître la présence des femmes dans les fonctions de direction et chercheront à déterminer si l’autorégulation ou la réglementation sont la voie à suivre pour obtenir rapidement des changements significatifs. Au cours de l’après‑midi, les services de la DG Justice entendront brièvement les partenaires sociaux sur cette même question (voir l’annexe).

La rencontre d’aujourd’hui entre la Commission, les dirigeants d’entreprises et les partenaires sociaux est un premier pas sur la voie de la parité hommes‑femmes dans les conseils d'administration et aux postes de direction des grandes entreprises européennes. À l’origine, cette question a été soulevée en septembre 2010, lorsque la Commission européenne a, sur proposition de la vice‑présidente Reding, déclaré dans sa stratégie pour l’égalité entre les femmes et les hommes (voir IP/10/1149) qu’elle entendait «réfléchir à des initiatives ciblées visant à améliorer l’équilibre entre les femmes et les hommes dans la prise de décision». Sur la base de nouveaux chiffres publiés aujourd’hui, la Commission aura un échange de vues avec les entreprises et les partenaires sociaux pour examiner les mesures qu’ils ont prises et entendent prendre dans un proche avenir pour tendre vers la parité hommes‑femmes dans les conseils d’administration. La Commission suivra de près les progrès accomplis au cours des douze prochains mois, au terme desquels elle évaluera la nécessité d’éventuelles mesures complémentaires.

«Je tiens à adresser un message clair à l’Europe des entreprises: les femmes en affaires, c’est du sérieux!», a déclaré Viviane Reding, vice‑présidente de la Commission, chargée de la justice. «L’ensemble des talents de notre société doivent être exploités pour permettre à l’économie européenne de décoller. C’est pourquoi le dialogue entre la Commission et les partenaires sociaux revêt tant d’importance. Je suis persuadée que l’autorégulation peut faire la différence, pour autant qu’elle soit crédible et effective dans toute l’Europe. Je reviendrai toutefois à cette question l'an prochain. Si l’autorégulation échoue, je suis disposée à prendre d’autres mesures au niveau de l’Union européenne».

Le nouveau rapport sur la parité hommes‑femmes aux postes de direction des entreprises indique qu’en moyenne, les femmes représentent 12 % des membres des conseils d’administration des plus grandes entreprises cotées en bourse dans l’Union européenne, mais qu’elles sont 3 % seulement à être PDG (voir l’annexe). Les chiffres varient d’un pays à l’autre: en Suède et en Finlande, les conseils d’administration comptent 26 % de femmes, contre 2 % à Malte.

Si la progression vers un équilibre raisonnable (au moins 40 % de chaque sexe) est lente en Europe, certains pays connaissent de réelles avancées. La Finlande, la Suède, les Pays‑Bas et le Danemark ont adopté des codes de gouvernance d’entreprise et/ou des chartes reposant sur une adhésion volontaire, qui ont eu pour effet de renforcer la présence des femmes dans les conseils d'administration. Une législation instaurant des quotas est déjà en vigueur en Norvège et est en voie de mise en œuvre en France et en Espagne, tandis que les Pays‑Bas, l’Italie et la Belgique en débattent actuellement.

Contexte

Une plus grande égalité dans la prise de décision est l’un des objectifs de la Charte des femmes (voir IP/10/237) que le président José Manuel Barroso et la vice‑présidente Viviane Reding ont lancée en mars 2010. La Commission a donné suite à ces engagements en adoptant, en septembre 2010, la stratégie pour l’égalité entre les femmes et les hommes pour les cinq prochaines années (voir IP/10/1149 et MEMO/10/430), qui envisage des initiatives ciblées pour renforcer la participation des femmes au plus haut niveau du processus décisionnel économique.

L’intérêt d’atteindre la parité hommes‑femmes dans les conseils d’administration et les fonctions de direction est bien réel, au niveau tant de l’économie et que des entreprises. Si, à l'heure actuelle, davantage de femmes que d’hommes décrochent un diplôme universitaire (59 % contre 41 %), elles restent à la traîne dans leur carrière par rapport aux hommes. Ce réservoir insuffisamment utilisé de travailleurs qualifiés représente un potentiel sous‑exploité pour l’économie. Par ailleurs, les entreprises peuvent tirer profit d’une présence plus importante de femmes à leur plus haut niveau. En effet, des études révèlent l’existence de plusieurs liens étroits entre la parité hommes‑femmes et les résultats obtenus dans les domaines de la créativité, de l’innovation, de l’information financière, de l’audit et du contrôle interne. Les entreprises comptant beaucoup de femmes peuvent également attirer davantage de clientes et de talents féminins.

Le rapport sur l'égalité entre les hommes et les femmes en 2010 souligne que si les tendances sont globalement positives, les progrès restent lents. L’écart entre les taux d’emploi des femmes et des hommes dans l’Union s’est réduit en 2009-2010, passant de 13,3 à 12,9 points de pourcentage, le taux féminin étant actuellement de 62,5 %. Cependant, le taux de chômage a augmenté en raison de la crise, tant chez les hommes que chez les femmes, lesquelles sont toujours beaucoup plus susceptibles de travailler à temps partiel.

En dehors du marché du travail, les femmes assument toujours l’essentiel des responsabilités familiales. La présence des mères sur ce marché est inférieure, de 11,5 points de pourcentage, à celles des femmes sans enfants, tandis que la proportion de pères y est supérieure, de 8,5 points de pourcentage, à celle des hommes sans enfants. Le défi qui consiste à concilier travail, famille et vie privée est l’une des nombreuses causes des écarts salariaux entre les hommes et les femmes: dans l’Union, les rémunérations des femmes sont inférieures de 17,5 % en moyenne à celles des hommes, et cet écart ne s’est aucunement réduit ces dernières années.

Pour de plus amples informations

ANNEX

Business Leaders Summit on Women Quota / Participants

In the Chair:

Viviane Reding, EU Justice Commissioner and Vice-President of the European Commission and Gertrude Tumpel-Gugerell, Member of the Exective Board of the European Central Bank

Name of the Company

CEO / Chairman

Sector

Country

Wolters Kluwer

Adri BAAN (Chairman supervisory board)

Media

Netherlands

Guerlain

Laurent BOILLOT

(CEO)

Cosmetics

France

ZON Multimedia

Rodrigo COSTA

(CEO)

Communication

Portugal

Ageas

Jozef DE MEY

(Chairman supervisory board)

Insurance

Belgium

Dexia

Jean-Luc DEHAENE

(Chairman board of directors)

Banking

Belgium

Kongsberg Automotive Holding

Ulla-Britt FRÄJDIN-HELLQVIST

(Chairman board of directors)

Manufacture

Norway

Strabag SE

Alfred GUSENBAUER

(Chairman supervisory board)

Construction industry

Austria

BASF

Jürgen HAMBRECHT

(CEO)

Chemical

Germany

Groupe Delhaize

Georges JACOBS DE HAGEN

(Chairman board of directors)

Food Retailer

Belgium

OMV (Österreichischen Mineralölverwaltung)

Österreichischen Post AG

Telekom Austria AG

Peter MICHAELIS

(Chairman of the three supervisory boards)

Energy

Postal Services

Telecommunication

Austria

Statoil

Svein RENNEMO

(Chairman board of directors)

Energy

Norway

NovoNordisk

Sten SCHEIBYE

(Chairman board of directors)

Pharmaceutical

Denmark

Luxempart S.A.

François TESCH

(CEO)

Financial

Luxembourg

Allami Nyomda Plc

Gabor ZSAMBOKI

(CEO)

Printing

Hungary

List of participants of the mini-hearing on women quota

Network / Organisation

BUSINESSEUROPE

European Trade Union Confederation (ETUC )

European Centre of Employers and Enterprises (CEEP)

European Association of Craft, Small and Medium-sized Enterprises (UEAPME)

European Women's Lawyers' Association

European Professional Women's Network

European Women's Lobby

Women and men on the boards of the largest listed companies (2010)

Source: European Commission, Database on women and men in decision-making.

Share of women and men in decision-making positions (2010)

Employment rates of women and men (25-49) depending on whether they have children under 12 (EU 27, 2009)

Sex distribution of tertiary education graduates for EU (2009)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website