Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne – Communiqué de presse

L’UE aide à stabiliser davantage la Libye en apportant son soutien dans les domaines de l’éducation, de l’administration et de la société civile

Bruxelles, le 15 décembre 2011 – La Commission européenne a aujourd’hui adopté un programme d’aide en faveur de la Libye destiné à soutenir le processus de stabilisation et de transition du pays. Ce programme renforcera la société civile et l’administration publique en fournissant des formations aux experts et en apportant une expertise grâce à des actions de jumelage avec des partenaires européens et arabes. Il permettra également d’améliorer l’éducation dans ce pays en accompagnant la formation des enseignants et en revoyant la manière dont les manuels scolaires traitent les questions de discrimination à l’égard des femmes ou des minorités, par exemple.

Mme Catherine Ashton, haute représentante de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente de la Commission, a déclaré: «Lors de ma visite à Tripoli en novembre, les autorités libyennes et les représentants de la société civile que j’ai rencontrés ont tous exprimé leur gratitude envers l’UE pour le soutien que nous leur avons apporté au cours de la crise. Aujourd’hui, nous sommes ici pour aider la nouvelle Libye à développer ses institutions et sa société civile, qui construiront une démocratie solide et respectueuse des droits de chacun. L’administration publique, l’éducation et les ressources mises au service de la société civile – en particulier les jeunes et les femmes – seront déterminantes pour l’avenir du pays.»

Štefan Füle, commissaire européen chargé de l’élargissement et de la politique européenne de voisinage, a déclaré: «Dès le début de la crise libyenne, l’UE a soutenu le peuple libyen dans sa quête de liberté. La décision prise aujourd’hui contribue à préparer le terrain pour l’émergence d’une société plus ouverte et inclusive pour les Libyens, dotée d’une administration publique qui répond à leurs besoins. Nous amorçons un partenariat renforcé, tant avec la société civile qu’avec les nouvelles autorités, dans des secteurs qui sont essentiels à la transition démocratique.»

Le programme, qui s’élève à un total de 10 millions d’euros, répond à une demande formulée par les autorités libyennes et comprend trois domaines d’intervention:

L’UE financera un instrument de renforcement des capacités de l’administration publique qui contribuera à moderniser, stabiliser et améliorer l’administration publique en Libye. Il s’agira notamment de dispenser des cours de formation sur mesure, en fournissant une expertise de haut niveau sur des questions juridiques, administratives et financières, d’effectuer des évaluations et des études sur les institutions et de mettre sur pied des programmes d’échange et de jumelage avec des homologues de l’UE et/ou des pays arabes.

Un programme dans le domaine de l’éducation permettra de garantir que chaque enfant reçoit un enseignement préscolaire et élémentaire de qualité, dans un environnement propice à son épanouissement, en prêtant une attention particulière aux enfants les plus vulnérables. Les activités comprendront la formation des enseignants, l’élaboration de matériel pédagogique sur les droits de l’enfant et les droits de l’homme ainsi que l’évaluation et la révision des manuels scolaires en ce qui concerne la discrimination à l’égard des femmes et des minorités. Le programme permettra également de renforcer les capacités du ministère de l’éducation en matière de formulation des politiques. Par exemple, un soutien sera accordé en matière de formation, des services de conseil seront fournis et des missions d’études seront réalisées auprès du personnel du ministère.

Le programme relatif à la société civile favorisera l’émergence d’une société civile inclusive et durable et d'une gouvernance locale qui seront le moteur de la stabilisation et de la réforme de transition en Libye. Il s’agira notamment de créer des centres de ressources pour la société civile, de renforcer les capacités des organisations de la société civile (par exemple, grâce à une formation en matière d’activités de sensibilisation et de mobilisation de fonds), d’aider les autorités locales et la société civile à élaborer des plans de développement local communs et d’établir des échanges entre les organisations de la société civile régionales libyennes et européennes.

Faits et chiffres concernant les relations UE-Libye

Depuis le début de la crise libyenne, l’UE a alloué plus de 156 millions d’euros au titre de l’aide humanitaire et a mobilisé ses équipes et ses ressources de protection civile pour venir en aide aux civils tant en Libye qu’aux frontières du pays.

En outre, la Commission européenne a débloqué un peu moins de 30 millions d’euros pour soutenir les priorités immédiates du Conseil national de transition en matière de stabilisation, y compris la nouvelle mesure spéciale susmentionnée, dotée de 10 millions d’euros. Cinquante millions d’euros supplémentaires seront affectés à des programmes de soutien à long terme basés sur des évaluations des besoins qui restent à réaliser.

Comme convenu lors de la conférence internationale de Paris, le 2 septembre 2011, l’UE s’apprête à entreprendre ces évaluations dans les domaines de la communication, de la société civile et de la gestion des frontières, et a déjà dépêché des experts dans ces domaines. Elle réalisera également des évaluations sur la sécurité et la passation des marchés publics.

À la suite de la mise en place d’un bureau de liaison à Benghazi (le 21 mai), chargé de coordonner les activités des États membres et de fournir une aide immédiate au Conseil national de transition et à la société civile, l’UE a ouvert un nouveau bureau à Tripoli, peu après la libération de la ville. Le bureau de Tripoli a depuis acquis un statut supérieur et est devenu la délégation de l’UE en Libye.

À propos du programme:

L’intervention est approuvée pour un montant de 10 millions d’euros et est financée par l’instrument européen de voisinage et de partenariat (IEVP). Les fonds seront alloués aux trois volets du programme comme suit:

  • 3,1 millions d’euros au titre du soutien à la société civile;

  • 4,5 millions d’euros au titre de l’instrument de renforcement des capacités de l’administration publique;

  • 2,4 millions d’euros au titre de l’aide au secteur de l’éducation.

Les actions proposées s'inscrivent dans le droit fil des deux communications conjointes présentées en 2011 par la Commission européenne et la haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité «Une stratégie nouvelle à l’égard d’un voisinage en mutation»1 et «Un partenariat pour la démocratie et une prospérité partagée avec le sud de la Méditerranée»2, l’accent étant mis sur:

la transition démocratique et la mise en place d’institutions (volet «administration publique»);

un partenariat renforcé avec la population (volet «société civile»);

une croissance et un développement économique durables et inclusifs (volet «éducation»).

Pour de plus amples informations:

Relations entre l’UE et la Libye

http://ec.europa.eu/europeaid/where/neighbourhood/country-cooperation/libya/libya_en.htm

Politique européenne de voisinage (PEV):

http://ec.europa.eu/world/enp/index_en.htm

Contacts :

Peter Stano (+32 2 295 74 84)

Anca Paduraru (+32 2 296 64 30)

1 :

COM(2011) 303 du 25 mai 2011.

http://ec.europa.eu/europeaid/where/neighbourhood/documents/communication_conjointe_mai_2011_fr.pdf

2 :

COM(2011) 200 du 8 mars 2011.

http://ec.europa.eu/europeaid/where/neighbourhood/documents/communication_conjointe_mars_2011_fr.pdf


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website