Navigation path

Left navigation

Additional tools

IP/11/148

Bruxelles, le 14 février 2011

Stratégie numérique: les Européens utilisent davantage leur téléphone portable à l’étranger, mais le coût des services reste dissuasif, selon une enquête de l'Union européenne

Près des trois-quarts des Européens s'inquiètent de ce que peut leur coûter l'utilisation de leur téléphone portable lorsqu'ils voyagent dans l'Union, selon une étude publiée aujourd’hui par la Commission européenne. 72 % des voyageurs limitent encore leurs appels en itinérance pour des raisons de prix, même si la plupart savent que les tarifs ont baissé depuis 2006. Parmi ceux qui utilisent l'internet mobile sur leur téléphone à l'étranger, 19 % seulement estiment justes les frais facturés à cette occasion, par exemple pour la navigation ou la consultation de leur messagerie électronique. Les résultats de cette enquête, ainsi que ceux de la consultation publique sur l'avenir du règlement de l'UE en matière d'itinérance, qui a pris fin le 11 février (IP/10/1679), seront exploités lors du réexamen de la réglementation actuelle de l'UE sur l'itinérance auquel doit procéder la Commission européenne d'ici juin 2011. L'objectif visé dans le cadre de la stratégie numérique pour l'Europe (voir IP/10/581, MEMO/10/199 et MEMO/10/200) est de faire en sorte que la différence entre les tarifs en itinérance et les tarifs nationaux soit devenue quasi nulle d'ici à 2015.

Neelie Kroes, vice-présidente de la Commission européenne chargée de la stratégie numérique, a déclaré: «Les opérateurs de télécommunications doivent être à l'écoute de leurs clients. Les consommateurs estiment qu'il reste encore une grande marge de progression, notamment en ce qui concerne l'internet mobile. Comme je l'ai promis dans la stratégie numérique pour l'Europe, j'ai l'intention d'assurer aux citoyens et aux entreprises d'Europe de meilleures solutions d'itinérance.»

Une utilisation accrue de l'itinérance

D'après l'enquête, la proportion de personnes utilisant leur téléphone portable lorsqu'elles voyagent dans l'Union est plus importante aujourd'hui qu'il y a quatre ans, lorsque l'UE a instauré les premières règles relatives à l'itinérance. Malgré une diminution des déplacements estimée à 13 % entre 2006 et 2010, le volume total des appels reçus à l'étranger et des SMS envoyés de l'étranger au sein de l'Union a augmenté sur cette période. D'après les déclarations des sondés, ils auraient émis 32 % d'appels de plus, reçu 31 % d'appels de plus et envoyé 43 % de textos de plus qu'en 2006.

Des comportements hétérogènes

L'enquête montre aussi que les habitudes varient au sein de la population européenne. À titre d'exemple:

  • Les hommes passent plus volontiers des appels vocaux (57 %), tandis que les femmes ont tendance à préférer les SMS (56 %).

  • Les services vocaux sont privilégiés par 88 % des Chypriotes, contre 44 % seulement des Britanniques.

  • 81 % des Irlandais utilisent surtout les SMS, contre 24 % seulement des Portugais.

  • 32% des Bulgares n'utilisent pas du tout leur téléphone portable à l'étranger.

  • Les jeunes recourent beaucoup plus souvent aux services d'itinérance qu'en 2006 (appels envoyés: +43 %; appels reçus: +42 %; envoi de SMS: +51 %).

  • 30% des retraités et 15% des 25-39 ans n'utilisent pas du tout leur portable à l'étranger.

Le coût de l'itinérance pour les appels et les données préoccupe néanmoins les utilisateurs

Parmi ceux qui se déplacent fréquemment, 61 % ont constaté que les prix des services d'itinérance avaient baissé suite à l'intervention de l'UE. Toutefois, le comportement des consommateurs n'a pas toujours évolué dans le bon sens:

  • Environ 1 utilisateur de portable sur 5 a réduit sa consommation de services d'itinérance au cours des quatre dernières années pour des raisons de prix.

  • 72% des utilisateurs continuent de limiter leurs appels vocaux lorsqu'ils sont à l'étranger, également pour des raisons de prix.

  • 81 % des Suédois, 72 % des Italiens et 57 % des Grecs utilisent moins les services d'itinérance vocale pour cette même raison.

L'enquête montre aussi que les services d'itinérance de données (navigation sur des sites internet ou téléchargement) commencent à se répandre et sont déjà utilisés par 10% des sondés.

  • 17 % des Lituaniens et 15 % des Espagnols déclarent que ces services sont ceux qu'ils utilisent le plus à l'étranger, ce qui n'est le cas que pour 2 % des Hongrois et 4 % des Allemands.

  • Les jeunes sont plus enclins à recourir à ces services; 15 % des 15-24 ans se servent de leur portable pour naviguer sur internet lorsqu'ils sont à l'étranger, contre 6 % des plus de 55 ans.

  • Le prix de ces services n'est pourtant jugé raisonnable que par 19% des sondés.

Contexte:

Eurobaromètre a effectué ce sondage spécial sur l'itinérance auprès de plus de 26 500 personnes dans les 27 États membres de l'UE en août et septembre 2010. L'échantillon primaire est constitué de citoyens de l'UE qui possèdent un téléphone portable et ont fait des déplacements dans l'UE au cours de ces cinq années.

Sur proposition de la Commission européenne, le Conseil des ministres de l'UE et le Parlement européen ont plafonné une première fois les tarifs d'itinérance en 2007 (IP/07/870), afin que les utilisateurs de réseaux de téléphonie mobile soient soumis à une tarification similaire dans l'ensemble de l'UE pour les services d'itinérance. En juillet 2009, ils ont adopté des règles révisées qui prévoient une nouvelle réduction des tarifs d'itinérance, de sorte qu'en juillet 2011 les prix maximaux seront de 35 centimes par minute, par défaut, pour les appels émis et de 11 centimes par minute pour les appels reçus en itinérance (voir IP/09/1064 et MEMO/09/309). Depuis le 1er juillet 2010, une limite de 50 euros hors TVA s'applique automatiquement aux services de données en itinérance (sauf si l'utilisateur a opté pour une limite plus élevée ou plus basse), et les opérateurs doivent envoyer un avertissement aux utilisateurs lorsque leur consommation atteint 80 % du plafond prévu (IP/10/843). Les règles de 2009 en matière d'itinérance s'appliqueront jusqu'à la fin juin 2012.

En vue de mettre en place un marché unique concurrentiel pour les services d'itinérance, la Commission procédera d'ici le 30 juin 2011 à un bilan complet de ces règles afin d'établir si leurs objectifs ont été atteints et si la concurrence fonctionne pour ces services.

Pour de plus amples informations:

Le rapport intégral d'Eurobaromètre peut être consulté à l'adresse suivante:

http://ec.europa.eu/information_society/activities/roaming/what_is/report/index_en.htm

Site web de Mme Kroes:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/kroes/

Site web consacré à la stratégie numérique:

http://ec.europa.eu/information_society/digital-agenda/index_en.htm

Voir aussi SPEECH/11/99


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website