Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE PT EL HU LV RO

Commission européenne – Communiqué de presse

La Commission se félicite du relèvement des taux de cofinancement au profit des économies européennes en difficulté

Bruxelles, le 1er décembre 2011 – La proposition de la Commission (IP/11/942) visant à augmenter le cofinancement assuré par l’Union européenne au profit des États membres confrontés à des difficultés particulières dans la gestion de leur dette ou de leur déficit et dans le maintien de leur stabilité financière a été approuvée aujourd’hui par le Parlement européen. Cette approbation intervient quatre mois seulement après la soumission de la proposition, qui faisait partie d’un ensemble de mesures adoptées le 1er août par la Commission; ces mesures portaient sur une majoration du cofinancement par l’Union de la politique de cohésion et des politiques de la pêche et du développement rural pour les pays qui avaient bénéficié d’une aide financière en application du mécanisme de soutien des balances des paiements (Hongrie, Lettonie et Roumanie) ou au titre du Fonds européen de stabilité financière (Irlande, Grèce et Portugal). Le Conseil devrait bientôt approuver également le texte, ce qui achèvera le processus d’adoption.

S’exprimant au sujet de l’adoption rapide de cette proposition, le Président de la Commission européenne, M. José Manuel Barroso, a déclaré: «Nous avons aujourd’hui fait un pas important sur le chemin de la reprise économique européenne. Je me réjouis que le Parlement ait agi aussi rapidement et accepté notre proposition. Cette démarche est une expression de la solidarité et du soutien de l’Union à l’égard des États membres qui doivent mettre en place des mesures d’ajustement économique difficiles. Ils ont actuellement peu de possibilités pour investir dans la croissance et l’emploi. Notre proposition injectera dans ces économies des fonds essentiels au développement de la compétitivité et de l’emploi.»

Le relèvement des taux de cofinancement ne correspond pas à un financement nouveau ou supplémentaire pour les six États membres concernés. Il permet toutefois un versement anticipé des fonds disponibles au titre de la politique de cohésion et des politiques du développement rural et de la pêche. Les investissements de l’Union dans les pays les plus touchés par la crise économique pourraient prendre jusqu’à 10 points de pourcentage, de sorte que l’UE couvrirait jusqu’à 95 % des dépenses inhérentes aux programmes si les États membres concernés le demandaient. Grâce à la réduction de l’apport de ces pays au cofinancement des projets européens en cette période cruciale d’assainissement budgétaire, de nombreux projets visant à stimuler la croissance, tels que la mise en place de grappes d’entreprises ou l’investissement dans des infrastructures de transport, verront bel et bien le jour. Il sera ainsi possible de relever le niveau d’exécution, d’augmenter la capacité d’absorption et d’accélérer l’injection de fonds supplémentaires dans l’économie.

Pour plus d’informations:

Mécanismes de soutien financier

Mécanisme de balance des paiements pour les pays ne faisant pas partie de la zone euro

http://ec.europa.eu/economy_finance/eu_borrower/balance_of_payments/index_en.htm

Mécanisme européen de stabilisation financière (MESF) pour les pays de la zone euro

http://ec.europa.eu/economy_finance/eu_borrower/efsm/index_en.htm

Responsables:

Karolina Kottova (+32 2 298 70 19)

Ton Van Lierop (+32 2 296 65 65)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website