Navigation path

Left navigation

Additional tools

5,8 milliards d’euros pour financer le Programme européen d’observation de la terre

European Commission - IP/11/1477   30/11/2011

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

Commission européenne – Communiqué de presse

5,8 milliards d’euros pour financer le Programme européen d’observation de la terre

Bruxelles, le 30 novembre 2011 – La Commission européenne a proposé aujourd’hui de financer le programme GMES (surveillance mondiale de l’environnement et de la sécurité) de l’observation de la terre pour la période 2014‑2020 en dehors du cadre financier de l’Union européenne; le budget jugé nécessaire a été estimé à 5,8 milliards d’euros.

La Commission propose de créer un fonds GMES spécifique, similaire au modèle choisi pour le Fonds européen de développement, basé sur les contributions financières des 27 États membres de l’UE en fonction de leur revenu national brut (RNB). Un accord intergouvernemental entre les États membres de l’UE réunis au sein du Conseil sera nécessaire pour ce faire. Le programme sera coordonné par la Commission et sa gestion financière pourrait être déléguée à l’Autorité de surveillance du système global de navigation par satellite (GSA).

Antonio Tajani, vice-président de la Commission et commissaire à l’industrie et à l’entrepreneuriat, a déclaré: «Pour relever des défis toujours plus grands au niveau mondial, l’Europe doit avoir son propre système d’observation de la Terre, fiable et bien coordonné. Le programme GMES renforcera de manière significative la recherche spatiale en Europe et, à terme, contribuera à soutenir la reprise économique et à relever les grands défis auxquels les citoyens européens sont confrontés de nos jours».

Plus d’informations sur la surveillance mondiale de l’environnement et de la sécurité (GMES):

http://ec.europa.eu/enterprise/policies/space/gmes/index_fr.htm

Contexte

GMES — L’outil européen qui contribue à la sécurité, à la lutte contre le changement climatique et au renforcement de la compétitivité

Grâce à ses satellites «Sentinelles», GMES fournit des informations qui permettent à la fois de mieux comprendre comment et de quelle façon notre planète risque d’évoluer et de surveiller l’état des terres, du milieu marin et de l’atmosphère. Atténuer les effets du changement climatique, réagir aux situations d’urgence, assurer un meilleur contrôle des frontières, renforcer la sécurité et alerter les citoyens en cas de mauvaise qualité de l’air sont autant d’actions qui dépendent d’informations précises et à jour sur notre Terre. GMES livre les données nécessaires, y compris des cartes pour les opérations d’urgence, et permet un suivi des paramètres du changement climatique, de la température de l’océan et de la mer ou de la composition chimique de l’atmosphère. GMES joue également un rôle important dans le renforcement de la sécurité des citoyens (surveillance des frontières et lutte contre la piraterie et la criminalité organisée).

Selon une analyse coût/bénéfice, GMES devrait dégager des bénéfices d’une valeur au moins deux fois équivalente aux coûts des investissements d’ici à 2020 et quatre fois équivalente aux coûts d’ici à 2030. Ce programme représente un immense potentiel pour la croissance économique et la création d’emplois grâce au développement de services innovants et d’applications commerciales dans le secteur en aval.

La dimension européenne de GMES entraîne des économies d’échelle, facilite les investissements communs dans de grandes infrastructures, favorise la coordination des efforts et des réseaux d’observation, permet l’harmonisation et l’étalonnage comparatif des données et fournit les impulsions nécessaires à l’émergence de centres d’excellence de classe mondiale en Europe.

L’harmonisation et la normalisation des informations géospatiales au niveau de l’Union européenne constituent un défi majeur pour la mise en œuvre d’un large éventail de politiques de l’Union. Dans de nombreux domaines sujets à des préoccupations environnementales, tels que l’atténuation du changement climatique et les politiques d’adaptation, il faut penser à l’échelle mondiale et agir au niveau local. Dotée du GMES, l’UE assure son autonomie dans l’accès à des informations fiables, traçables et durables sur l’environnement et la sécurité, contribue — par l’intermédiaire de l’initiative internationale du réseau GEOSS (Global Earth Observation System of Systems) — à construire des ensembles de données d’observation et d’informations à l’échelle mondiale et accroît son influence dans les négociations et traités internationaux tels que les trois conventions de Rio, le traité post-Kyoto et d’autres accords bilatéraux ou multilatéraux. Le programme GMES est reconnu comme la contribution européenne à la mise en place du réseau mondial des systèmes d’observation de la Terre, élaboré dans le cadre du groupe sur l’observation de la Terre (GEO).

La Commission a indiqué que, compte tenu des limites du budget de l’UE, il a été proposé de financer le programme GMES, au cours de la période 2014-2020, en dehors du cadre financier pluriannuel. Néanmoins, la Commission est toujours déterminée à garantir le succès de GMES et, dans ce contexte, la communication d’aujourd’hui lancera le débat avec le Parlement européen, le Conseil, le Comité économique et social européen et le Comité des régions sur l’avenir du programme GMES.

Contacts :

Carlo Corazza +32 2 295 17 52


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website