Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne – Communiqué de presse

Politique maritime: une nouvelle stratégie pour la croissance et l’emploi dans la zone Atlantique

Bruxelles, le 25 novembre 2011 – Ce lundi 28 novembre, à Lisbonne, Mme Maria Damanaki, membre de la Commission chargé des affaires maritimes et de la pêche, présentera une nouvelle stratégie maritime pour la croissance et l’emploi dans la zone de l’océan Atlantique, qui vient d’être adoptée par la Commission européenne. Cette stratégie recense les défis à relever et les chances à saisir dans la région et fait le point sur les initiatives existantes qui peuvent soutenir la croissance et la création d’emplois. Elle sera mise en œuvre en 2013 par l’intermédiaire d’un plan d’action. La Commission invite les parties prenantes à participer à la conception de projets concrets qui seraient susceptibles de bénéficier d’un financement de l’UE. La Commission facilitera le développement de ce plan d’action au moyen d’une série d’ateliers et de groupes de discussion – dénommée «forum de l’Atlantique» – qui sera ouverte à un large éventail de participants. La nouvelle stratégie a été élaborée dans le cadre de la politique maritime intégrée de l’UE et s’inspire de stratégies similaires adoptées pour les régions de la mer Baltique, de l’Arctique et de la Méditerranée. La commissaire Damanaki présentera cette stratégie lors de la conférence à haut niveau et des journées des parties prenantes sur l’Atlantique qui se tiendront à Lisbonne les 28 et 29 novembre et seront l’occasion d’un premier échange de vues.

Mme Damanaki a déclaré à cet égard: «L’Europe a besoin d’urgence de nouvelles pistes pour une croissance à long terme qui soit intelligente, durable et inclusive, dans une nouvelle économie de "l’or bleu" à faible intensité de carbone. Les industries maritimes émergentes ont toutes les chances de devenir un des piliers de la stratégie Europe 2020 pour la croissance et pour l’emploi. La plateforme de collaboration que nous offrons par l’intermédiaire de notre politique maritime intégrée peut contribuer à doter la région Atlantique d’une réputation mondiale d’excellence maritime.»

La Commission invite toutes les parties prenantes – les autorités nationales, régionales et locales, le secteur, la société civile et les groupes de réflexion – à faire profiter le plan d’action de leur savoir-faire et de leurs idées par le biais du «forum de l’Atlantique». Celui-ci comportera une série d’ateliers centrés sur les défis et les possibilités décrits dans la stratégie, ainsi qu’une plateforme de discussion en ligne. Le forum sera lancé en 2012 et fermé en 2013, une fois qu’il aura apporté sa contribution au plan d’action. La stratégie ne prévoit pas de financements supplémentaires en vue de sa mise en œuvre: les actions correspondantes seront financées par des fonds de l’UE existants et à venir.

Un grand potentiel pour la «croissance bleue»

L’océan Atlantique représente un potentiel important pour les énergies éolienne, houlomotrice et marémotrice. On estime que d’ici à 2020, environ 20 % de la capacité éolienne en mer de l’Europe pourrait être implantée dans la région atlantique. Par ailleurs, l’exploitation minière des fonds marins pourrait contribuer à satisfaire une partie de la demande de matières premières de l’UE. Quant à l’aquaculture offshore, c’est un secteur prometteur; par ailleurs, un tiers du volume total de poisson capturé par la flotte de pêche de l’UE est débarqué dans les ports de l’Atlantique.

Mais la plupart de ces possibilités n’en sont encore qu’à leurs balbutiements et doivent être soutenues pour devenir des secteurs productifs autonomes. C’est là qu’entrent en scène les autorités publiques et les autres parties prenantes de la région et c’est aussi là que l’UE peut contribuer à mettre en place des synergies au niveau transnational. Beaucoup a déjà été fait, mais ces actions doivent encore être rationalisées et renforcées par une utilisation efficace des fonds de l’UE, actuels et à venir.

À titre d’exemple, l’aménagement de l’espace maritime peut favoriser l’aquaculture, car il offre aux investisseurs une plus grande sécurité juridique et permet d’éviter les conflits relatifs à l’espace maritime. La connaissance du milieu marin et le réseau européen d’observation et de données du milieu marin (EMODNET) peuvent fournir des données sur le milieu marin qui sont indispensables pour prendre des décisions en connaissance de cause. Enfin, l’amélioration de l’intégration de la surveillance maritime peut aider à réagir plus rapidement aux menaces et aux urgences, depuis les catastrophes naturelles jusqu’à la piraterie, et contribuer ainsi à faire de l’océan Atlantique une région plus sûre.

Les nouvelles industries ne peuvent toutefois pas se développer sans une main-d’œuvre qualifiée. C’est pourquoi il y a lieu de soutenir les partenariats entre institutions d’enseignement et industries maritimes, et d’apporter aux travailleurs l’assistance nécessaire pour qu’ils puissent bénéficier de formations de reconversion leur permettant de quitter les secteurs en déclin, comme la pêche, au profit des secteurs émergents. En ce qui concerne le tourisme, la région atlantique a beaucoup à offrir aux vacanciers: sa culture, sa gastronomie et ses beautés naturelles sont autant d’actifs qu’il faut continuer à exploiter.

Contexte

Les secteurs entrant dans le champ d’application de la stratégie sont constitués des côtes, des eaux territoriales et des eaux relevant de la juridiction de cinq États membres de l’UE (l’Espagne, la France, l’Irlande, le Portugal et le Royaume-Uni), et de leurs territoires d’outre-mer (Açores, Canaries, Guadeloupe, Guyane française, Madère, Martinique, Saint-Barthélemy et Saint-Martin), ainsi que des eaux internationales. La stratégie ne s’applique pas à la mer du Nord, ni à l’océan Arctique; ce dernier fait l’objet d’une stratégie distincte.

Le développement de la stratégie pour l’Atlantique s’inscrit dans le cadre de la politique maritime intégrée pour l’Union européenne, qui vise à coordonner toutes les politiques de l’UE présentant une dimension maritime afin de garantir la durabilité environnementale et la qualité des conditions de vie dans les régions côtières, tout en promouvant le potentiel de croissance des industries maritimes. Des stratégies ont déjà été adoptées pour la mer Baltique, l’océan Arctique et la mer Méditerranée.

Pour plus d’informations:

Pages du site de la politique maritime intégrée sur l’océan Atlantique

Conférence de Lisbonne sur l’Atlantique

Contacts:

Oliver Drewes (+32 2 299 24 21)

Lone Mikkelsen (+32 2 296 05 67)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website