Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne – Communiqué de presse

L’UE annonce le renforcement de sa coopération avec la Fondation Anna Lindh grâce à un nouveau programme conjoint destiné à redynamiser la société civile arabe

Bruxelles, le 22 novembre 2011 – M. Štefan Füle, membre de la Commission européenne chargé de l’élargissement et de la politique européenne de voisinage, a présenté ce jour les modalités de mise en place d’un partenariat de travail approfondi et plus étroit avec la Fondation Anna Lindh (FAL). Cette initiative a pour objectif de redynamiser les sociétés civiles des pays du sud de la Méditerranée et de renforcer leurs capacités dans le cadre de la transition démocratique. Le commissaire lance, conjointement avec la Fondation, un nouveau programme de trois ans qui coïncidera avec le mandat opérationnel actuel entre l’UE et la FAL. L’UE est déjà le principal donateur de la Fondation, à laquelle elle a octroyé près de 20 millions d’euros depuis sa création en 2005.

Le commissaire s’est exprimé lors d’une réunion organisée à Bruxelles, qui a rassemblé plus de 100 participants, dont des membres du «Groupe des Sages» de 2003 (les pères fondateurs de la FAL), des acteurs majeurs de la société civile des pays du partenariat euro‑méditerranéen, des membres du conseil consultatif de la fondation ainsi que des représentants politiques et diplomatiques des pays d'Europe, d'Afrique du Nord et du Proche‑Orient. Cette réunion avait pour objectif de faire le bilan des stratégies et des activités de la Fondation et d’examiner de nouvelles orientations. Dans son discours d’ouverture, le commissaire a insisté sur la nécessité de renforcer la coopération avec les partenaires de l’UE qui font face à l’évolution des besoins résultant des soulèvements arabes.

«Alors que l’Union européenne est confrontée aux nouvelles réalités politiques qui prévalent dans la région, nous avons plus que jamais besoin de partenaires comme la Fondation car nous nous efforçons d’aider les sociétés en mutation dans le combat légitime qu’elles mènent en faveur des réformes et de la démocratie. Les objectifs que nous nous sommes fixés pour la région sont similaires à ceux établis par la Fondation. Pour les réaliser, nous devons mettre en œuvre des actions homogènes, claires et cohérentes avec nos partenaires.

Ces six dernières années, nous avons accordé un soutien politique et financier aux travaux de la Fondation Anna Lindh et les populations de la région en ont recueilli les fruits. Je suis heureux de vous annoncer aujourd’hui que nous avons maintenant l’intention de renforcer cette aide grâce au lancement d’un nouveau programme d’une durée de trois ans, qui sera géré par la Fondation et qui aura pour objectif de mobiliser et de redynamiser les sociétés civiles des pays du Sud de la Méditerranée ainsi que de renforcer leurs capacités pour qu’elles puissent participer à la transition démocratique.»

Ce nouveau programme s’ajoute au programme triennal, établi pour la période 2012‑2014, et le complète. Il sera avant tout axé sur des initiatives en faveur de la Tunisie, de la Libye et de l’Égypte. Ces mesures pourront être étendues à d’autres pays de la région au cours de la mise en œuvre.

Le nouveau programme prévoit notamment des activités destinées à aider les acteurs de la société civile à participer à l’édification de nouvelles sociétés, plus démocratiques, comme les actions de formation et les programmes d’échange régionaux. Des mécanismes d’interprétation et d’analyse de l’évolution des tendances interculturelles et sociales seront également mis en place dans le cadre des systèmes d’alerte rapide. L’initiative, qui devrait être lancée au début de 2012, se concentrera tout particulièrement sur les médias, la culture et l'éducation.

Contexte

La Fondation Anna Lindh est la première institution commune aux pays membres du partenariat euro‑méditerranéen. Son objectif consiste à rapprocher les populations des deux rives de la Méditerranée en vue d’améliorer le respect mutuel entre les cultures et de soutenir la société civile déployant des efforts pour forger un avenir commun dans la région.

Depuis sa création en 2005, la FAL a lancé et soutenu des actions dans différents domaines ayant une incidence sur la perception mutuelle des populations de cultures et de croyances différentes. Elle a mis en place un réseau d’envergure régionale rassemblant plus de 4 000 organisations de la société civile et ONG (voir http://www.annalindhreport.org). La FAL a pour objectif de contribuer, par son action et sa réflexion, à l'élaboration d'une stratégie interculturelle pour la région euro‑méditerranéenne en formulant des recommandations destinées aux pouvoirs décisionnaires et aux institutions et en défendant des valeurs communes.

Forger le respect mutuel

Le principal champ d’action de la FAL vise à dépasser les incompréhensions et les préjugés qui influent sur les relations entre les sociétés de la région et en leur sein même. Cette mission est devenue essentielle au cours de la décennie écoulée. La FAL contribue à l’édification d’un espace de prospérité, de coexistence et de paix en rétablissant la confiance par le dialogue et en comblant les écarts qui se sont creusés sur le plan de la perception mutuelle ainsi qu’en encourageant la diversité et la coexistence.

La FAL facilite et soutient l'action de la société civile de la région euro‑méditerranéenne dans des domaines prioritaires susceptibles d'avoir une incidence sur la capacité des individus ou des groupes à partager des valeurs et à vivre ensemble. Son programme concerne principalement des activités dans des domaines considérés comme essentiels pour le dialogue humain et social, à savoir: éducation et jeunesse; culture et arts; villes et migration; valeurs, religion et spiritualité; paix et coexistence; médias et opinion publique.

Consciente de la nécessité d’une évaluation scientifique et sociale des défis que représente le dialogue interculturel au sein de l'Union pour la Méditerranée, la FAL se charge aussi du suivi de l'évolution des valeurs et des tendances interculturelles dans la région et a publié, en septembre 2010, son tout premier rapport à ce sujet (Tendances interculturelles EUROMED 2010 – Le rapport Anna Lindh http://www.annalindhreport.org).

Faciliter les actions sur le terrain

La Fondation élabore, dans chacun de ses domaines prioritaires, des programmes de grande envergure en coopération avec des partenaires internationaux et finance des projets qui rassemblent des membres de ses 43 réseaux de sociétés civiles au moyen d’appels à propositions ouverts. En outre, elle facilite l’élaboration d’actions et de projets communs entre ses membres, à l’échelon tant national que régional, et soutient des activités locales visant à favoriser le dialogue interculturel entre les peuples au plan local. La FAL lance des initiatives régionales auxquelles participent ses réseaux sur le modèle des «1 001 actions pour le dialogue» (2008) et du programme «Restaurer la confiance, reconstruire des ponts» (2009); le premier forum Anna Lindh a également permis de réunir plus de 700 personnes à Barcelone en 2010.

L’Alliance des civilisations des Nations unies, la Ligue des États arabes, le Conseil de l’Europe, l’UNESCO, l’ALECSO, l’ISESCO, l’EMUNI et l’Assemblée parlementaire euro‑méditerranéenne sont, de longue date, les partenaires régionaux et internationaux de la FAL.

Financement accordé à la Fondation Anna Lindh par la CE:

2005-2008: 5 millions d’euros

2008-2011: 7 millions d’euros

2011-2014: 7 millions d’euros

Pour de plus amples renseignements:

http://www.euromedalex.org

Personnes à contacter:

Peter Stano (+32 22957484)

Anca Paduraru (+32 22966430)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website