Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Commission européenne – Communiqué de presse

Aide au développement: les Européens soutiennent massivement l'aide au x plus déshérités de la planète

Bruxelles, le 23 novembre 2011 – Selon une nouvelle enquête, les Européens jugent prioritaire l'aide apportée aux plus nécessiteux. 84 % des personnes ayant répondu aux questions d'une nouvelle enquête Eurobaromètre soutiennent le principe d'une aide au développement pour aider les plus démunis dans le monde à sortir de la pauvreté. Dans leur grande majorité (84 %), les citoyens européens sont également favorables à ce que l'aide de l'UE soit fortement axée sur la bonne gouvernance et les droits de l'homme dans les pays en développement, une orientation proposée par le commissaire européen Piebalgs dans sa récente proposition de programme pour le changement.

Les Européens sont disposés à contribuer activement à aider les pauvres. Toujours d'après cette enquête, la moitié des citoyens de l'UE seraient ainsi prêts à débourser davantage pour leurs achats quotidiens (en se procurant des produits du commerce équitable, par exemple), dès lors qu'ils auraient la certitude que cela profiterait aux pays en développement.

Le commissaire européen au développement, Andris Piebalgs, a fait la déclaration suivante: «Les Européens envoient un message clair aux responsables politiques de l'UE et du monde entier: même en ces temps de difficultés économiques, ils restent fermement déterminés à aider les autres à émerger de la pauvreté. Cette générosité doit aller de pair avec une responsabilité politique. Il nous faut faire montre d'une efficacité et d'une transparence accrues en affichant les retombées positives de notre aide et en démontrant que les fonds versés apportent un véritable plus. Le Forum de haut niveau sur l'efficacité de l'aide, qui se tiendra la semaine prochaine à Busan, en Corée du Sud, sera l'occasion idéale de réfléchir à la manière dont nous pouvons renforcer encore l'efficacité de notre aide et je me réjouis de voir que nos citoyens nous soutiennent à cet égard.»

La jeunesse européenne, meilleure alliée des pauvres dans le monde

Les jeunes Européens (âgés de 15 à 24 ans) ont exprimé leur large soutien à la politique de développement, révèle l'enquête Eurobaromètre. Neuf jeunes sur dix estiment en effet qu'il est important d'aider les plus démunis, tandis que 41 % sont d'avis que cette action est «très importante», contre 35 % des personnes interrogées âgées de plus de 40 ans. Les jeunes font également preuve de l'engagement personnel le plus fort vis-à-vis de cette cause, 53 % d'entre eux et 60 % des étudiants étant disposés à payer plus cher certains produits (du commerce équitable, par exemple) pour autant que cela puisse bénéficier aux plus défavorisés dans le monde. Les jeunes sont également les plus déterminés à tenir la promesse d'accroître le niveau de l'aide (69 % d'entre eux contre 62 % en moyenne pour l'ensemble des personnes interrogées).

Autres résultats

  • 62 % des citoyens européens sont favorables à une augmentation de l'aide au développement, de manière à ce qu'elle représente 0,7 % au moins du revenu national brut de l'UE d'ici à 2015.

  • 70 % d'entre eux considèrent que l'Afrique subsaharienne fait partie des régions du monde ayant le plus besoin d'une aide pour lutter contre la pauvreté, suivie du Proche-Orient et de l'Afrique du Nord (33 %).

  • 80 % des personnes interrogées sont pour l'établissement de liens entre le développement et d'autres politiques de l'UE, notamment en matière de migrations, de commerce ou d'accès à l'énergie.

  • 42 % pensent que l'efficacité de l'aide pourra surtout être renforcée par une collaboration plus étroite avec les pays en développement eux-mêmes, tandis que 36 % donnent leur préférence à une coopération améliorée avec d'autres pays donateurs, tels que les États-Unis et l'Australie.

Contexte

L'enquête spéciale Eurobaromètre n° 375 intitulée «Faire la différence dans le monde: les Européens et l'avenir de l'aide au développement» a été réalisée en septembre 2011 dans les 27 États membres de l'UE. Au total, 26 856 Européens de plus de 15 ans ont été interrogés en face-à-face. L'enquête vise à sonder l'opinion du public à l'égard de l'aide au développement et de l'avenir de la coopération au développement dans la perspective de la rencontre de haut niveau sur l'efficacité de l'aide, qui aura lieu à Busan, en Corée du Sud (du 29 novembre au 2 décembre).

Le Forum de haut niveau de Busan sur l'efficacité de l'aide

Le quatrième Forum de haut niveau sur l'efficacité de l'aide de Busan, en Corée du Sud, offrira l'occasion rêvée de poursuivre les efforts visant à renforcer l'efficacité de l'aide et de consolider les partenariats entre les pays en développement, les donateurs et les ONG, mais aussi les économies émergentes et le secteur privé.

Le Forum permettra aussi d'examiner les progrès accomplis au regard des engagements mondiaux pris précédemment à Paris et à Accra, ainsi que de préciser et d'approfondir les engagements visant à garantir la réalisation effective des objectifs du millénaire pour le développement à l'horizon 2015.

Le programme pour le changement

En octobre 2011, la Commission européenne a présenté le programme pour le changement de la politique de l'UE en matière de développement. Les propositions contenues dans ce programme définissent une ligne de conduite plus stratégique de l’UE en vue de la réduction de la pauvreté, notamment au moyen d’une attribution plus ciblée de l'aide au développement..

Les dépenses futures de l’Union européenne devraient se concentrer sur les secteurs essentiels à une croissance pour tous et à long terme et viser les pays qui ont le plus besoin d’une aide extérieure et les situations où une aide peut faire la différence. Afin de mobiliser davantage de ressources, l’UE va examiner des moyens innovants de financer le développement, par exemple en combinant subventions et prêts. La Commission encouragera également l’UE et ses États membres à élaborer ensemble des stratégies et des programmes (la «programmation commune») et à mieux répartir la charge entre eux afin d’augmenter l’efficacité de l’aide.

L’Union européenne en tant que bailleur de fonds

L’Union européenne dans son ensemble (États membres et EuropeAid, fonds gérés par la Commission) est le premier donateur d’aide publique au développement dans le monde et aide la population de plus de 150 pays. En 2010, elle a déboursé 53,8 milliards d’euros (soit plus de 50 % du total de l’aide mondiale). La Commission européenne est chargée de la gestion d’un montant de 11 milliards d’euros d’aide par an, ce qui la place au deuxième rang des bailleurs de fonds dans le monde.

Pour de plus amples informations

MEMO/11/815 – Background: Special Eurobarometer 'Making a difference in the world – Europeans and development aid'

Lien vers l'intégralité de l'enquête Eurobaromètre spéciale:

http://ec.europa.eu/public_opinion/whatsnew2011_fr.htm

Lien vers le programme pour le changement:

http://ec.europa.eu/europeaid/what/development-policies/documents/agenda_for_change_fr.pdf

Site Internet de la DG Développement et coopération – EuropeAid:

http://ec.europa.eu/europeaid/index_fr.htm

Site Internet de M. Andris Piebalgs, commissaire européen au développement:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/piebalgs/index_fr.htm

Personnes à contacter:

Catherine Ray (+32 22969921)

Wojtek Talko (+32 22978551)


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site