Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Le renforcement de la coopération et de la mobilité au cœur du renouvellement de la stratégie migratoire de l'UE

Commission Européenne - IP/11/1369   18/11/2011

Autres langues disponibles: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

Commission européenne – Communiqué de presse

Le renforcement de la coopération et de la mobilité au cœur du renouvellement de la stratégie migratoire de l'UE

Bruxelles, le 18   novembre   2011 – L'Union européenne doit dynamiser ses relations avec les pays tiers pour mieux récolter les bénéfices mutuels que la migration peut apporter. Bien que les questions migratoires soient une des premières priorités politiques de l'Union, le Printemps arabe et les événements survenus en 2011 dans le sud de la Méditerranée ont souligné davantage encore la nécessité qu'elle adopte une politique migratoire cohérente et globale. C'est pourquoi la Commission européenne propose aujourd'hui de consolider le dialogue et la coopération opérationnelle avec les pays tiers partenaires dans le domaine de la migration et de la mobilité, en approfondissant les propositions contenues dans la communication du 8 mars concernant un partenariat et une prospérité partagée avec le sud de la Méditerranée. Cette nouvelle stratégie est décrite dans le document présentant la nouvelle approche globale de la question des migrations et de la mobilité, qui s'articule autour de la mobilité des ressortissants de pays tiers et met l'accent sur la durabilité des partenariats et leur ouverture sur l'avenir. La mobilité des ressortissants de pays tiers qui franchissent les frontières extérieures de l'UE est importante car elle concerne un large éventail de personnes, telles que les voyageurs effectuant de courts séjours, les touristes, les étudiants, les chercheurs, les femmes et hommes d'affaires ou les personnes qui rendent visite à des membres de leur famille, et elle est liée à la politique des visas.

« Nous définissons un cadre d'action stratégique clair et cohérent en matière de migration et de développement. C'est seulement en renforçant son dialogue et sa coopération avec les pays partenaires que l'UE sera mieux armée pour encadrer le phénomène migratoire sur son territoire et dans le contexte international. La nouvelle approche globale de la question des migrations et de la mobilité (AGMM) constitue le cadre stratégique ad hoc pour conférer une valeur ajoutée à l'action de l'Union et des États membres dans ce domaine » , a déclaré Cecilia Malmström, commissaire chargée des affaires intérieures.

La priorité sera désormais accordée à deux grands cadres opérationnels.

Tout d'abord, des partenariats pour la mobilité seront proposés au voisinage immédiat de l'UE et à la Tunisie, au Maroc et à l'Égypte dans un premier temps. Ces partenariats représentent un cadre concret pour le dialogue et la coopération entre l'Union et les pays tiers. Ils visent essentiellement à faciliter et à mieux organiser la migration légale, à définir des mesures efficaces et humaines pour lutter contre la migration irrégulière et à prévoir des étapes concrètes pour renforcer les bénéfices des migrations en termes de développement . La conclusion d'accords de réadmission et d'assouplissement du régime des visas doit s'inscrire dans le cadre de ces partenariats.

Pour d'autres pays, la Commission propose de mettre en place des programmes communs pour les migrations et la mobilité , qui donneront lieu à une coopération approfondie, fondée sur un certain nombre de recommandations, objectifs et engagements communs pour le dialogue et la coopération.

Des centres de ressources en matière de migrations et de mobilité seront créés pour fournir des ressources et une assistance aux citoyens et aux pays partenaires de l'Union dans le domaine de l'adéquation des qualifications et du rapprochement de l'offre et de la demande de main-d'œuvre. Par ailleurs, le portail en ligne de l'UE sur l'immigration, qui a été mis en service aujourd'hui, aidera les candidats migrants à faire des choix plus éclairés quant aux possibilités de migration ou de mobilité vers l'Union.

Un rapport sur l'approche globale devra maintenant être rédigé tous les deux ans, à partir de juin 2013, afin de permettre un suivi de la mise en œuvre de cette approche et de garantir sa progression.

Contexte

La nouvelle approche globale de la question des migrations et de la mobilité (AGMM) se caractérisera notamment par les éléments suivants:

  • elle sera davantage intégrée dans la politique extérieure de l'UE et la coopération au développement; elle fera l'objet d'une mise en œuvre conjointe par la Commission européenne, le Service européen d'action extérieure, y compris les délégations de l'UE, et les États membres;

  • elle sera mieux alignée sur les objectifs internes de l'Union, notamment sur la stratégie «Europe 2020», mais aussi sur les politiques en matière d'emploi et d'éducation. En effet, pour assurer sa prospérité, l'Europe doit devenir une destination plus attrayante dans le cadre de la course mondiale aux talents;

  • elle placera davantage l'accent sur la politique en matière de mobilité et de visas;

  • elle ajoutera aux trois piliers traditionnels de la précédente approche globale – migration légale, migration illégale, migration et développement – un quatrième pilier consacré à la protection internationale et à la dimension extérieure de la politique d'asile ;

  • elle centrera davantage l'action de l'UE sur les migrants, dans le but de favoriser leur autonomisation et de renforcer les droits de l'homme dont ils bénéficient dans les pays d'origine, de transit et de destination. La migration interrégionale en dehors de l'Union sera également prise en compte;

  • elle continuera à établir des priorités en ce qui concerne le voisinage de l'UE, le partenariat UE-Afrique et les pays situés à l'Est;

  • elle recensera les sujets de préoccupation et les intérêts que l'Union partage avec ses partenaires et elle intensifiera la coopération. Depuis 2005, environ 300 projets liés à la migration ont été financés dans les pays tiers par la Commission européenne, pour un montant de 800 millions d'euros (voir MEMO/11/801 pour des exemples concrets).

Adoptée en 2005, la première approche globale de la question des migrations a été conçue comme un cadre d'action permettant une prise en compte équilibrée et complète de tous les aspects pertinents de la migration, en partenariat avec les pays tiers.

Elle a été évaluée durant le premier semestre de 2011 grâce à une large consultation publique qui a confirmé son utilité, tout en soulignant la nécessité d'une plus grande cohérence avec d'autres domaines d'action et d'un meilleur équilibre thématique et géographique.

Nourrie par six ans d'expérience, la proposition présentée aujourd'hui par la Commission réaffirme les priorités politiques définies dans les communications du 4 mai ( IP/11/532 et MEMO/11/273 ) et du 24 mai 2011 ( IP/11/629 ).

Pour de plus amples informations

MEMO/11/800 : Encourager le dialogue et les partenariats stratégiques avec les pays tiers (en anglais uniquement)

MEMO/11/801 : Exemples dans le contexte de l'AGMM (en anglais uniquement)

IP/11/1370 : IP concernant le portail de l'UE sur l'immigration

Page d'accueil du site de M me  Cecilia Malmström, commissaire chargée des affaires intérieures:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/malmstrom/welcome/default_fr.htm

Page d'accueil du site de la DG Affaires intérieures:

http://ec.europa.eu/dgs/home-affairs/index_en.htm

Contacts :

Michele Cercone (+32 2 298 09 63)

Tove Ernst (+32 2 298 67 64)


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site