Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE EL

Commission européenne - Communiqué de presse

Optimisme prudent du premier rapport trimestriel de la task force de la Commission chargée de la Grèce

Bruxelles, le 17 novembre 2011 - Outre l'assainissement des finances publiques, qui constitue un premier pas important dans son lent retour à la croissance, la Grèce a entamé un programme de réforme structurelle profonde et d'amélioration de l'efficacité de l'administration. Après le programme d'ajustement économique, le gouvernement grec a adopté une première série de mesures importantes dans cette direction au cours des 18 derniers mois.

Consciente de l'ampleur du défi, la Grèce a demandé à la Commission européenne de l'aider à organiser l'assistance technique dont elle a besoin pour opérer le changement et pour accélérer l'absorption des fonds de l'UE en faveur de la croissance et de la création d'emplois. La task force chargée de la Grèce a été mise en place pour répondre à cette demande. Elle a commencé ses travaux en août 2011 et a présenté son premier rapport ce mardi au Président de la Commission, José-Manuel Barroso, et aux autorités grecques. Par ailleurs, les participants au Sommet de la zone euro qui s'est tenu le 26 octobre dernier se sont félicités des résultats des travaux de la task force. À l'occasion de la présentation du premier rapport, le Président Barroso a déclaré: « La consolidation fiscale doit aller de pair avec les réformes structurelles nécessaires pour libérer le potentiel de croissance de la Grèce et générer les emplois dont son peuple a si urgemment besoin. Je veux réaffirmer ici que nos institutions européennes continueront à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour aider la Grèce. La task force mise en place par la Commission a rapidement instauré une bonne coopération avec les autorités grecques pour identifier leurs besoins prioritaires. Elle a mobilisé les nombreuses offres d'assistance technique, qui témoignent d'une volonté exceptionnelle de l'Europe d'aider la Grèce à relever les défis auxquels elle est confrontée. »

Faisant suite à une première demande des autorités grecques, la task force a immédiatement recueilli et coordonné des offres d'aide provenant des États membres, de la Norvège, de la BEI, du FMI, de l'OCDE et d'autres intervenants. Le soutien et la participation devront être maintenus sur toute la durée du processus d'ajustement, car des progrès significatifs impliqueront une volonté et un engagement sans faille durant un certain nombre d'années, et un investissement considérable de savoir-faire dans la réforme du secteur public.

Dans son premier rapport, la task force définit son programme de travail et présente ses premiers résultats concrets, notamment dans trois domaines prioritaires:

  • Tout d'abord, le soutien en faveur de l'activité économique: les efforts se sont concentrés sur l'amélioration de la planification et l'accélération du déboursement de l'aide accordée au titre de la politique de cohésion. Une attention particulière est accordée à un certain nombre de projets de travaux publics qui ont pris du retard, et qui sont susceptibles de relancer l'investissement et de maintenir un grand nombre d'emplois. L'accès aux sources de financement est également une préoccupation croissante pour bon nombre d'entreprises grecques. Une partie de l'assistance au titre de la politique de cohésion est réorientée de manière à soutenir les prêts des banques en faveur des PME.

  • Ensuite, l'efficacité de l'administration des impôts et une gestion saine des finances publiques: un système fiscal plus solide et plus équitable apportera une contribution significative à l'assainissement des finances publiques et à la justice sociale. Un vaste programme d'assistance technique a été entrepris afin de corriger les défaillances de l'administration fiscale et de la gestion des finances publiques.

  • Enfin, une administration plus performante. La bureaucratie et les lourdeurs administratives étouffent les entreprises et freinent la croissance et la création d'emplois. La task force prépare un programme cohérent d'assistance technique pour aider la Grèce à mettre en œuvre une véritable réforme administrative, améliorer l'environnement des entreprises, accroître l'efficacité de la santé publique, et améliorer des fonctions administratives de base comme les marchés publics et les paiements.

Horst Reichenbach, qui est à la tête de la task force chargée de la Grèce, a présenté son premier rapport trimestriel au Président Barroso et au gouvernement grec. Ce rapport sera également mis à la disposition des États membres et du Parlement européen. Pour le moment, la task force s'efforce de finaliser une feuille de route globale sur l'assistance technique avec les autorités grecques. Dans un certain nombre de domaines prioritaires comme l'administration fiscale et la réforme administrative, le rapport montre que les travaux entrent déjà dans une phase de mise en œuvre.

Le Vice Président Olli Rehn, qui supervise les travaux de la task force, s'est félicité de ce premier rapport, soulignant que « la task force est un outil à la disposition du gouvernement grec. Son succès dépend de la détermination des autorités grecques à l'utiliser pour soutenir la transformation de l'économie grecque.»

Contexte

La task force chargée de la Grèce a débuté ses activités le 1 er septembre 2011. Elle travaille depuis lors en étroite collaboration avec les autorités grecques pour définir les besoins du pays, ainsi qu’avec les États membres et les organisations internationales qui fournissent l’assistance technique. Elle rendra compte tous les trois mois à la Commission et au gouvernement grec des progrès accomplis.

La task force de la Commission a pour mission d'identifier et de coordonner l'assistance technique dont la Grèce a besoin pour réaliser le programme d’ajustement UE/FMI et d'accélérer l'absorption des fonds de l'UE en Grèce, en les orientant vers des mesures visant à relancer la croissance économique, la compétitivité, la création d'emplois et la formation. Cette initiative a reçu un soutien ferme de la part des chefs d'État de la zone euro (21 juillet, paragraphe 4), qui ont déclaré que «… les États membres et la Commission mobiliseront immédiatement toutes les ressources nécessaires pour offrir une assistance technique à la Grèce afin de l'aider à mettre en œuvre ses réformes….». Le sommet de la zone euro du 26 octobre 2011 a confirmé : «Nous soutenons totalement la task force mise en place par la Commission pour l'assistance technique. »

Un programme d’assistance technique visant à répondre aux besoins prioritaires des autorités grecques est actuellement en cours d’élaboration, en étroite collaboration avec ces dernières. Les contacts se sont multipliés avec les ministères grecs les plus concernés, de façon à déterminer les domaines prioritaires.

Plus d'informations:

Le rapport est disponible sur le site du Président Bar roso:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/president/news/documents/2011/11/20111117_documents_1_fr.htm

Contact :

Olivier Bailly (+32 2 296 87 17)

Pia Seppälä (+32 2 299 24 88)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website