Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne – communiqué de presse

L’UE alloue 214 millions d’euros à la lutte contre les maladies et les zoonoses pour mieux protéger la santé de l’homme et des animaux

Bruxelles, le 10 novembre 2011 — Pour mieux protéger la santé de l’homme et des animaux en 2012, l’UE a alloué hier plus de 203 millions EUR au financement de programmes de lutte, d’éradication et de surveillance concernant des maladies animales et des zoonoses. La décision a été prise par les États membres réunis dans le cadre du comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale (CPCASA), qui ont de plus approuvé à l’unanimité les propositions de la Commission portant sur une contribution de 11,5 millions EUR aux interventions et plans de vaccination d’urgence menés ces quatre dernières années contre certaines maladies animales.

Le commissaire européen à la santé et à la politique des consommateurs, M. John Dalli, se félicite de l’appui des États membres en ces termes: «Il est gratifiant de constater que l’action de l’Union porte ses fruits et a entraîné une amélioration sensible de la situation concernant les EST, les salmonelles, la rage, la fièvre catarrhale du mouton, la peste porcine classique, l’influenza aviaire, la tuberculose et la brucellose. Vu les contraintes budgétaires actuelles, la Commission a fait son possible pour prolonger son aide, surtout dans les zones où des difficultés persistent, et pour maintenir la vigilance dans le but de mieux protéger les consommateurs.»

Programmes d’éradication

Le succès des programmes d’éradication se traduit dans les faits par une moindre prévalence des maladies, nécessitant en retour un apport de fonds moins important en cofinancement (45 millions EUR de moins en 2012 par rapport à 2011).

Au total, 138 programmes annuels ou pluriannuels ont été retenus en vue d’un financement par l’Union européenne pour lutter contre les maladies animales qui ont une incidence sur la santé humaine et animale et sur les échanges.

Avec environ 65 millions EUR, c’est le financement dans cinq États membres de programmes de lutte contre la tuberculose bovine qui se taille la part du lion.

En ce qui concerne les encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST), la tendance est globalement positive grâce à une stricte exécution des mesures de gestion des risques, comme l’interdiction alimentaire, et à une bonne application des mesures de surveillance et d’éradication obligatoires. Ces bons résultats ont permis d’assouplir un peu plus les exigences en matière de surveillance des bovins (baisse de 30 % par rapport aux années précédentes). Dès lors, la Commission a libéré plus de 54 millions EUR sur le budget de l’Union européenne pour continuer à soutenir les États membres en 2012.

En ce qui concerne la rage (une maladie mortelle transmise à l’homme par les animaux), la situation continue de s’améliorer dans l’Union. Le taux de cofinancement relevé (à 75 %) sera maintenu en 2012 pour permettre aux États membres de mener à terme leur politique de santé publique axée sur l’éradication de la rage. Pour lutter contre le risque d’introduction de la rage depuis des pays limitrophes, l’Union européenne continuera en 2012 de financer la vaccination dans des régions biélorusses, ukrainiennes et russes.

L’éradication de la fièvre catarrhale du mouton est en très bonne voie. Les États membres sont passés d’une vaccination obligatoire financée par l’État à un régime volontaire, entraînant ainsi une nouvelle baisse des besoins de financement pour les programmes de lutte contre cette maladie (97 millions EUR en 2010 et 16,2 millions EUR en 2011; 7 millions EUR sont alloués en 2012).

Concernant la peste porcine classique, une maladie dont les répercussions économiques et sociales sont désastreuses pour la filière porcine, la situation est assez favorable et 3,7 millions EUR lui sont alloués en 2012.

La salmonellose est la deuxième zoonose la plus fréquemment signalée chez l’homme avec plusieurs milliers de cas annuels, mais depuis cinq ans la tendance est à la baisse. En 2012, le budget de l’UE consacre environ 16 millions EUR à la lutte contre cette maladie.

Les États membres continueront également à surveiller l’influenza aviaire chez les volailles et les oiseaux sauvages en 2012, grâce à un concours financier de 2,3 millions EUR provenant du budget de l’UE. La mise en œuvre de programmes de surveillance est le moyen le plus efficace de détecter rapidement les foyers et elle s’avère d’une extrême utilité pour prévenir la propagation de cette maladie, qui peut avoir de graves conséquences économiques pour l’aviculture.

Mesures d’urgence

Les 11,5 millions EUR alloués au soutien des mesures d’urgence seront ventilés comme suit:

  • Influenza aviaire

  • Pays-Bas (54 000 EUR),

  • Allemagne (4 millions EUR)

  • Espagne (500 000 EUR),

  • Pologne (750 000 EUR),

  • Maladie vésiculeuse du porc en Italie (93 000 EUR),

  • Maladie de Newcastle en Espagne (103 000 EUR),

  • Fièvre catarrhale du mouton en Allemagne (1 950 000 EUR),

  • Vaccination d’urgence contre la fièvre catarrhale du mouton:

  • Pays-Bas, Luxembourg, Autriche, Suède, Italie et France (au total, environ 4 millions EUR).

Fièvre aphteuse en Bulgarie:

En 2011, des foyers de fièvre aphteuse sont apparus en Bulgarie. La fièvre aphteuse est une maladie virale hautement contagieuse qui frappe les animaux à sabots fendus sauvages et domestiques (par exemple les porcs, les sangliers) et a de lourdes répercussions pour les éleveurs et les échanges.

L’Union a accordé une contribution financière de 890 000 EUR à la Bulgarie pour l’aider à appliquer certaines mesures de surveillance, de collecte de données, de sensibilisation, de travaux en laboratoire ou de désinfection, afin d’endiguer la propagation de la maladie chez les animaux sauvages dans le Sud-Est du pays en 2011-2012.

Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site:

http://ec.europa.eu/food/animal/diseases/eradication/index_en.htm

Personnes de contact:

Frédéric Vincent (+32 2 298 71 66)

Aikaterini Apostola (+32 2 298 76 24)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website