Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE DA ET

IP/11/126

Bruxelles, le 3 février 2011

La Commission est prête à plaider pour une issue favorable des négociations de l'Organisation maritime internationale sur les émissions de CO2

Après s'être entretenus avec un groupe d'experts de haut niveau, M. Siim Kallas, vice‑président de la Commission européenne chargé des transports, et Mme Connie Hedegaard, membre de la Commission chargée de l'action pour le climat, ont déclaré: «Nous sommes persuadés que le secteur du transport maritime doit mener à bien la lutte contre le changement climatique. Nous avons discuté de la meilleure manière pour l'Europe de progresser et de faire en sorte que le secteur maritime contribue à la diminution des émissions de gaz à effet de serre s'il s'avérait impossible de parvenir à un accord international. Mais il ne fait aucun doute que l'Europe doit tout mettre en œuvre pour aider l'OMI à parvenir, cette année, à un accord sur les mesures à adopter au niveau mondial en vue de diminuer les émissions de gaz à effet de serre produites par les navires, tant dans l'immédiat qu'à long terme.»

Le transport maritime international représente près de 3 % des émissions mondiales de CO2, chiffre qui devrait plus que doubler à l'horizon 2050. L'Organisation maritime internationale (OMI), agence spécialisée des Nations unies, a commencé à examiner les questions climatiques au milieu des années 1990 mais, jusqu'à présent, il s'est avéré impossible de conclure un accord sur les mesures de réduction.

M. Kallas et Mme Hedegaard se sont entretenus aujourd'hui avec un groupe réunissant eurodéputés, représentants des gouvernements et éminents conseillers d'horizons divers; ensemble, ils ont fait le bilan de la situation et ont débattu les options stratégiques de l'UE tant au sein de l'OMI que dans les négociations parallèles menées sous les auspices de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Cette réunion a permis de montrer que, dans un secteur mondial tel que le transport maritime, l'OMI est l'organisation la plus apte à mettre en œuvre les mesures les plus écologiques et rationnelles sur le plan économique. L'UE continuera à s'efforcer de parvenir à une solution internationale.

Dans l'hypothèse où il ne serait pas possible, avant la fin de l'année 2011, de parvenir à une solution satisfaisante au sein de l'OMI concernant les émissions produites par le transport maritime, la Commission assumera ses responsabilités.

Le groupe devrait se revoir deux fois en 2011.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website