Navigation path

Left navigation

Additional tools

IP/11/115

Bruxelles, le 1er février 2011

La Commission met en place un groupe d’experts de haut niveau sur la lutte contre l’illettrisme, présidé par la princesse Laurentien des Pays-Bas.

En Europe, un jeune de 15 ans sur cinq, à l’instar de nombreux adultes, est à peine capable de lire et écrire, ce qui constitue un handicap dans la recherche d’un emploi et renforce le risque d’exclusion sociale. La Commission saisit le problème à bras-le-corps et met en place un groupe indépendant d’experts chargé de tracer des pistes pour relever le niveau d’alphabétisation. Le groupe, dont la première réunion a eu lieu aujourd’hui à Bruxelles, est placé sous la présidence de la princesse Laurentien des Pays-Bas, Envoyée spéciale de l’UNESCO pour l’alphabétisation au service du développement. L’objectif fixé par les ministres de l’UE est de réduire, d’ici 2020, à moins de 15 % la part des élèves ayant des difficultés dans des matières comme la lecture, les mathématiques et les sciences.

La commissaire européenne à l’éducation, à la culture, au multilinguisme et à la jeunesse, Mme Androulla Vassiliou, a déclaré: «La mise en place de ce groupe marque le début d’une campagne européenne destinée à s’attaquer aux causes profondes de ces faibles niveaux d’alphabétisation. Trop d’européens se sentent exclus du marché de l’emploi et jouent difficilement un rôle à part entière dans la société parce qu’ils sont à peine capables de lire et écrire. Si nous voulons atteindre les objectifs «Europe 2020» pour une croissance intelligente, durable et inclusive, nous devons prendre des mesures maintenant pour résoudre ce problème.»

La princesse Laurentien a ajouté: «Je me félicite de cette initiative car il est grand temps que l’Europe affronte la dérangeante réalité des niveaux élevés d’illettrisme à l’intérieur de ses frontières. Cette initiative permettra de mettre fin à un tabou qui persiste de nos jours. L’illettrisme est une entrave à la croissance économique et à l’inclusion. Lutter contre l’illettrisme, c’est aussi contribuer à trouver des solutions dans d’autres domaines, tels que la pauvreté, l’aptitude à l’emploi et la santé publique. Avec les experts, nous espérons dégager une vision ambitieuse des problèmes à régler et déterminer de quelle manière l’alphabétisation peut, dans l’UE, contribuer au renforcement de nos économies et de leur compétitivité et à la bonne santé de nos sociétés.»

Relever le niveau d’alphabétisation en Europe

Les derniers résultats du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA), une enquête menée à l’échelle mondiale auprès de jeunes de 15 ans dans le but d’évaluer leurs performances dans les domaines de la lecture, du calcul et des sciences, indiquent qu’un jeune sur cinq a des problèmes en lecture, soit un taux de 20 %. Ces résultats, recueillis tous les trois ans par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), révèlent une légère amélioration de la situation en Europe depuis 2000. Mais pour passer d’ici 2020 sous les 15 % d’élèves ayant des difficultés en lecture, en mathématiques et en sciences, les États membres de l’UE doivent renforcer leurs efforts.

Pour les adultes, il est tout aussi urgent d’agir. On estime le nombre d’adultes peu ou pas qualifiés en Europe à environ 80 millions, soit un tiers de la population active, tandis que la proportion d’emplois hautement qualifiés devrait passer de 29 % à l’heure actuelle à 35 % d’ici la fin de la décennie. Les compétences en lecture et en écriture sont cruciales, d’autant plus qu’elles sont déterminantes pour la poursuite de la formation.

Les projets de l’UE en vue de relever le niveau d’alphabétisation sont à mettre en liaison avec les initiatives phares d’Europe 2020 «Jeunesse en mouvement» et «Une stratégie pour des compétences nouvelles et des emplois», visant toutes deux à améliorer le niveau de qualification en Europe en améliorant la qualité de l’éducation et de la formation.

Objectif du groupe de haut niveau sur la lutte contre l’illettrisme

Le groupe de haut niveau sur la lutte contre l’illettrisme a pour objectif de conférer visibilité et importance politique au redressement du niveau d’alphabétisation en Europe. Il analysera les éléments de connaissance scientifiques et déterminera les politiques les plus efficaces. Les 11 membres composant le groupe sont des experts en matière d’alphabétisation et proviennent des milieux universitaires, politiques ou économiques. Vous trouverez ici les biographies et les commentaires exprimés par des membres du groupe.

Prochaines étapes

Le groupe de haut niveau se réunira régulièrement au cours des 18 prochains mois et soumettra ses propositions à la Commission dans le courant de l’année 2012. Se fondant sur les propositions du groupe, la commissaire Vassiliou présentera des recommandations aux ministres de l’éducation à l’automne 2012. Sur cette base, les États membres et la Commission intégreront ce volet dans leur cadre stratégique pour la coopération européenne dans le domaine de l’éducation et de la formation («Éducation et formation 2020»).

Pour en savoir plus:

Commission européenne Éducation et formation

Commission européenne Europe 2020

ANNEXE

1) Pourcentage d’élèves ayant de mauvais résultats en lecture, PISA 2000-20091

2000

2003

2006

2009

Change 2006-2009 (percentage points)

Austria

19.3

20.7

21.5

27.5

 +6.0

Belgium

19.0

17.9

19.4

17.7

-1.7

Bulgaria

40.3

 :

51.1

41.0

-10.1

Czech Republic

17.5

19.4

24.8

23.1

-1.7

Denmark

17.9

16.5

16.0

15.2

-0.8

Estonia

 :

13.6

13.3

-0.3

EU (25 countries)

 

 

23.1

19.6

 -3.5

Finland

7.0

5.7

4.8

8.1

+3.3

France

15.2

17.5

21.7

19.8

-1.9

Germany

22.6

22.3

20.0

18.5

-1.5

Greece

24.4

25.2

27.7

21.3

-6.4

Hungary

22.7

20.5

20.6

17.6

-3.0

Ireland

11.0

11.0

12.1

17.2

+5.1

Italy

18.9

23.9

26.4

21.0

-5.4 

Latvia

30.1

18.0

21.2

17.6

-3.6

Lithuania

 :

25.7

24.3

-1.4

Luxembourg

(35.1)

22.7

22.9

26.0

+3.1

Netherlands

(9.5)

11.5

15.1

14.3

-0.8

Poland

23.2

16.8

16.2

15.0

-1.2

Portugal

26.3

22.0

24.9

17.6

-7.2

Romania

41.3

:

53.5

40.4

-13.1

Slovakia

:

24.9

27.8

22.3

-5.5

Slovenia

:

:

16.5

21.2

+4.7

Spain

16.3

21.1

25.7

19.6

-6.1

Sweden

12.6

13.3

15.3

17.4

+2.1

UK

(12.8)

 :

19.0

18.4

-0.4

: No data available

UK, LU, NL: 2000 results not comparable to later years

2) Élèves ayant de mauvais résultats en lecture (2009)

Figures and graphics available in PDF and WORD PROCESSED


Source: OCDE, Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA).

3) Variation de la performance des élèves en lecture entre 2006 et 2009

Figures and graphics available in PDF and WORD PROCESSED

Source: OCDE, Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA).

1 :

On entend par élèves ayant de mauvais résultats en lecture, les élèves capables d’accomplir seulement les tâches de lecture les moins complexes, comme localiser un seul élément d’information, identifier le thème principal d’un texte ou établir une relation simple avec des connaissances familières de la vie de tous les jours. Ces éléments reposent sur le Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA), enquête menée par l’OCDE et dont les résultats sont présentés sur une échelle de 1 à 5 (scores les plus élevés). Les élèves ayant de mauvais résultats en lecture sont ceux dont les résultats n’atteignent pas le niveau 2.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website