Navigation path

Left navigation

Additional tools

Équilibre hommes-femmes: les écoles de commerce jouent un rôle essentiel dans l'accès d'un nombre accru de femmes aux postes à responsabilités

European Commission - IP/11/1073   26/09/2011

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

Commission européenne - Communiqué de presse

Équilibre hommes-femmes: les écoles de commerce jouent un rôle essentiel dans l'accès d'un nombre accru de femmes aux postes à responsabilités

Bruxelles, le 26 septembre 2011 – Mme Viviane Reding, membre de la Commission européenne chargé de la justice, a rencontré ce jour les directeurs d'écoles de commerce établies en Europe pour débattre des moyens d'améliorer l'équilibre entre les hommes et les femmes au sein des conseils d'administration des sociétés en incitant un plus grand nombre de jeunes femmes à embrasser une carrière dans les affaires. Bien que les femmes représentent près de 60 % des titulaires de diplômes universitaires, elles ne sont que 12 % à siéger dans les conseils d'administration des principales sociétés européennes cotées en bourse et 3 % à les présider. Les écoles de commerce jouent un rôle clé pour doter les jeunes femmes des compétences nécessaires à une carrière en entreprise et leur permettre de se hisser aux fonctions les plus élevées. Elles aident les étudiantes à préparer leur carrière professionnelle en organisant des séminaires, en offrant des programmes de formation et en créant les conditions favorables à la constitution de réseaux. Leurs initiatives font suite à l'appel que Mme Reding, vice‑présidente de la Commission, a adressé aux sociétés pour que celles‑ci s'engagent à porter volontairement la proportion de femmes au sein des conseils d'administration à 30 % d'ici à 2015 et à 40 % d'ici à 2020 (MEMO/11/124).

«Les écoles de commerce contribuent à façonner l'esprit des dirigeants de demain. C'est dans ces enceintes que les jeunes gens posent les jalons de leur future carrière en entreprise», a déclaré Mme Reding, vice présidente et membre de la Commission européenne chargé de la justice, avant d'ajouter: «Nous devons tous veiller à ce que nos jeunes talents féminins envisagent ne serait-ce que de suivre cette voie. Je me réjouis tout particulièrement de voir des écoles de commerce européennes associées à ce processus. Il est rassurant de constater la détermination du secteur éducatif à relever le défi de la lutte contre les causes de cette inégalité

«Cette excellente initiative de la Commission européenne est en parfaite harmonie avec notre objectif de concentrer nos efforts sur ce qui constitue un problème de premier plan pour les écoles de commerce et les entreprises en Europe: comment éliminer le plafond de verre qui empêche nos diplômées de poursuivre une carrière internationale de haut niveau bien qu'elles reçoivent la même formation de qualité que leurs condisciples masculins», a déclaré le doyen de l'École des hautes études commerciales (EDHEC), M. Olivier Oger.

La rencontre de ce jour réunit les doyens d'écoles de commerce européennes et des femmes chefs d'entreprise pour discuter du rôle des femmes dans la gouvernance des entreprises en Europe. Elle est organisée par l'École des hautes études commerciales, le Global Telecom Women's Network (GTWN, réseau mondial de femmes occupant des postes de direction dans le secteur des télécommunications) et le cabinet de conseil McKinsey & Company.

Contexte

Face au vieillissement de la population européenne, les femmes jouent un rôle capital dans la réalisation de l'objectif d'un taux d'emploi de 75 % que l'Union s'est fixé dans sa stratégie Europe 2020 (voir IP/10/225). Il est indispensable que gouvernements, partenaires sociaux et entreprises unissent leurs efforts pour améliorer la situation actuelle.

Au sein des plus grandes sociétés européennes, les femmes ne représentent que 12 % des membres des conseils d'administration qui, dans 97 % des cas, sont présidés par un homme. Peu d'avancées ont été enregistrées ces dernières années dans l'Union: la part des femmes siégeant au sein de ces conseils n'a augmenté que d'un demi‑point de pourcentage par an au cours des sept dernières années. À ce rythme et si aucune mesure n'est prise, il faudra encore un demi‑siècle pour que la composition des conseils de surveillance atteigne un équilibre raisonnable (40 % au moins de représentants de chaque sexe). En attendant, les entreprises européennes cotées en bourse continuent à ne pas tirer profit des talents féminins.

Le 1er mars dernier, Mme Reding, commissaire européenne chargée de la justice, a rencontré des PDG et des présidents de conseils d'administration de sociétés cotées en bourse pour débattre de la sous‑représentation des femmes au sein des conseils d'administration. Elle a lancé à toutes les sociétés cotées en bourse en Europe le défi de signer la déclaration d'engagement «Davantage de femmes dans les conseils d'administration, une promesse pour l'Europe» et de prendre l'engagement volontaire de porter la proportion de femmes au sein des conseils d'administration à 30 % d'ici à 2015 et à 40 % d'ici à 2020 (voir IP/11/242 et MEMO/11/124).

La déclaration d'engagement «Davantage de femmes dans les conseils d'administration, une promesse pour l'Europe» figure sur le site internet de la vice‑présidente Mme Reding. Elle contribuera au suivi de l'action des entreprises en faveur de l'augmentation du nombre des femmes exerçant des fonctions de direction. Toutes les sociétés cotées en bourse peuvent signer cette déclaration d'engagement et, ainsi, montrer l'exemple. Au mois de mars 2012, la Commission européenne réévaluera la situation pour voir si des progrès réels auront été accomplis et si des initiatives d'autorégulation crédibles auront été élaborées pour accroître la participation des femmes au processus de décision. Sur la base des résultats recensés, la Commission décidera alors des étapes ultérieures.

Pour de plus amples informations:

SPEECH/11/604

Déclaration d'engagement «Davantage de femmes dans les conseils d'administration, une promesse pour l'Europe»:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/reding/index_fr.htm

Commission européenne – l’équilibre entre les femmes et les hommes dans la prise de décision:

http://ec.europa.eu/justice/gender-equality/gender-decision-making/index_fr.htm

Page d'accueil du site de Mme Viviane Reding, vice-présidente et membre de la Commission européenne chargé de la justice:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/reding/index_fr.htm

ANNEXE: Liste des participants

Écoles de commerce et universités représentées

Cambridge University: Judge Business School

EDHEC

Université Érasme: Rotterdam School of Management

ESMT

IESE

IMD

Université de St. Gallen – Institute for Leadership and Human Resource Management

London Business School

Oxford University: Center for Corporate Reputation

Femmes membres de conseils d'administration

Bridget Boone – membre des conseils d'administration de Fortis Private Equity Group, FB Acquisition Finance Holding B.V., Fortis Private Equity Holding Nederland B.V. et NeSBIC Groep B.V., BGL Société Anonyme

Bridget Cosgrave – membre du conseil d'administration des sociétés SES, Essinor et Steria, et présidente du GTWN

Hélène Deslauriers – membre des conseils d'administration de Southwest Water (UK) et Fluxys

Candace Johnson – présidente du conseil d'administration de Succes Europe, Croissance Europe et Innovation Europe, membre fondateur du conseil d'administration de SES, présidente fondatrice du GTWN

Lady Barbara Judge (CBE) – membre du conseil d'administration des sociétés Statoil ASA, NV Bekaert SA et Magna International Inc.

Organisations représentées

EPWN – European Professional Women’s Network

Financial Times Non‑Executive Director's Club

GTWN – Global Telecom Women’s Network

GUBERNA – association belge d'administrateurs qui œuvre en faveur d'une gouvernance de qualité

Institut des Administrateurs

WOB – Women on Board

EFMD – European Federation of Management Development

McKinsey & Co.

Luis Enriquez – associé mondial

Scott Beardsley – associé mondial

Astrid Marechal – associée (responsable de l'étude «Women Matter»)

Mieke van Oostende – associée (responsable de l'étude «Women Matter»)

Contacts :

Matthew Newman (+32 2 296 24 06)

Mina Andreeva (+32 2 299 13 82)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website