Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne – Communiqué de presse

10e Journée européenne des langues: ce qu’il se passe près de chez vous

Bruxelles, le 23 septembre 2011 – «Avec chaque nouvelle langue que vous parlez, c’est une autre vie que vous vivez; si vous ne connaissez qu’une seule langue, vous ne vivez qu’une fois.» Ce proverbe tchèque est un des slogans de la 10e Journée européenne des langues, qui sera célébrée plusieurs jours d’affilée autour du 26 septembre avec des événements tels que des conférences, des jeux questionnaires, des récitations de poèmes et des jeux de rue (pour la liste complète des événements, cliquer ici). Le but est de promouvoir l’apprentissage des langues et de célébrer la diversité linguistique de l’Europe, qu’il s’agisse des 23 langues «officielles» de l’UE ou de la profusion de langues co-officielles et de langues et dialectes régionaux et minoritaires. Androulla Vassiliou, commissaire européenne à l’éducation, la culture, le multilinguisme et la jeunesse, signera une déclaration commune avec Thorbjørn Jagland, secrétaire général du Conseil de l’Europe, afin de réaffirmer leur engagement envers le multilinguisme. La présidence polonaise de l’UE a placé l’apprentissage des langues au centre de ses préoccupations et recommande vivement aux jeunes d’apprendre deux langues en plus de leur langue maternelle afin de promouvoir leurs objectifs personnels et professionnels.

«On voit aisément quels sont les avantages de parler une langue autre que sa langue maternelle. Que vous travailliez en Allemagne, que vous étudiiez en France ou que vous soyez en vacances à Chypre, pouvoir communiquer directement avec la population locale est un énorme avantage. Les langues élargissent l’esprit, ouvrent de nouveaux horizons et augmenteront vos capacités d’insertion professionnelle», a déclaré la commissaire Vassiliou.

L’UE investit un milliard d’euros par an dans des programmes visant à promouvoir les compétences linguistiques et autres au moyen d’initiatives telles qu’Erasmus, qui permet à des étudiants de l’enseignement supérieur de suivre une partie de leurs études ou de leur formation dans un autre pays. Chaque année, ce sont 400 000 Européens, en grande majorité des jeunes, qui bénéficient de bourses de mobilité de l’UE dans le cadre du programme Erasmus et d’autres programmes tels que Leonardo da Vinci (formation professionnelle) et Jeunesse en action (volontariat/travail des jeunes). Dans le cadre de son engagement en faveur de l’apprentissage des langues et des compétences linguistiques, la Commission souhaite doubler le nombre de ces bourses au titre de son budget proposé pour 2014-2020 (voir IP/11/857). En outre, l’UE investit environ 50 millions d’euros par an dans des activités et des projets liés aux langues.

Contexte

La première Journée européenne des langues, célébrée dans 45 pays, s’est tenue en 2001, à l’initiative du Conseil de l’Europe. Elle vise à sensibiliser le public aux langues parlées en Europe, à promouvoir la diversité culturelle et linguistique et à encourager les gens à apprendre des langues.

La Commission et la présidence polonaise organisent une conférence sur l’apprentissage des langues à Varsovie, les 28 et 29 septembre. À cette occasion, elles organiseront une cérémonie pour récompenser les meilleures initiatives linguistiques nationales et européennes (le prix du label des langues, 28 septembre), ainsi qu’un déjeuner pour sensibiliser au potentiel qu’offrent les langues pour les petites entreprises et leur personnel (29 septembre).

Les antennes de traduction de la Commission à travers l’UE organisent de nombreux événements, dont, parmi les plus importants, un festival de la musique sur le thème des langues, qui sera lancé à Londres dans le cadre de l’Olympiade culturelle 2012, une table ronde sur le rôle des compétences linguistiques dans l’intégration, à Berlin, et des récitations de poèmes par des traducteurs et des artistes dans différentes langues, dans quatre villes en Lettonie. Une campagne visant à attirer davantage d’interprètes néerlandophones dans les institutions de l’UE sera lancée à Bruxelles et à La Haye.

Pour de plus amples informations:

Site web de la conférence de Varsovie:

http://konferencje.frse.org.pl/multilingualism/program/lang:en

Programme pour l’éducation et la formation tout au long de la vie: Site web sur les langues

http://ec.europa.eu/education/languages/funding/index_fr.htm

Les langues dans les entreprises:

http://ec.europa.eu/languages/languages-mean-business/index_fr.htm

Label européen des langues:

http://ec.europa.eu/education/languages/european-language-label/index_fr.htm

Annexe 1 – Paroles de sagesse au sujet des langues

«Un homme qui ne sait pas de langues, à moins d’être un homme de génie, a nécessairement des lacunes dans ses idées» - Victor Hugo, romancier et poète français (1802-1885)

«Si vous parlez à un homme dans une langue qu’il comprend, vous parlez à sa tête. Si vous lui parlez dans sa langue, vous parlez à son cœur» – Nelson Mandela, ancien Président de l’Afrique du Sud, dirigeant du mouvement anti-apartheid (1918-)

«Avec chaque nouvelle langue que vous parlez, c’est une autre vie que vous vivez. Si vous ne connaissez qu’une seule langue, vous ne vivez qu’une fois.» (Kolik jazyků znáš, tolikrát jsi člověkem) – proverbe tchèque.

«Les limites de ma langue sont les limites de mon monde» (Die Grenzen meiner Sprache bedeuten die Grenzen meiner Welt) - Ludwig Wittgenstein, philosophe et enseignant autrichien (1889-1951)

«Qui ne connaît pas de langues étrangères ne connaît rien de la sienne» (Wer fremde Sprachen nicht kennt, weiß nichts von seiner eigenen) - Johann Wolfgang von Goethe, écrivain, artiste et humaniste allemand (1749-1832)

«Une langue différente est une vision de la vie différente» - Federico Fellini, directeur de film italien, célèbre pour son film «La Dolce Vita» (1920-1993)

Annexe 2 – Dix faits concernant la politique de l’UE en matière linguistique

  • Les politiques de l’UE en matière linguistique visent à protéger la diversité linguistique et à promouvoir la connaissance des langues pour des raisons liées à l’identité culturelle et à l’intégration sociale, mais également parce que les citoyens, s’ils sont multilingues, sont mieux armés pour tirer parti des opportunités en matière d’enseignement et d’emploi sur le marché unique.

  • Mais essentiellement, le but est de parvenir à une Europe où chacun apprend au moins deux langues, en plus de sa langue maternelle, dès le plus jeune âge. L’objectif «langue maternelle + 2» a été fixé par les chefs d’État et de gouvernement européens au sommet de Barcelone, les 15 et 16 mars 2002.

  • L’Union européenne compte 23 langues officielles et de travail: allemand, anglais, bulgare, danois, espagnol, estonien, finnois, français, grec, hongrois, irlandais, italien, letton, lituanien, maltais, néerlandais, polonais, portugais, roumain, slovaque, slovène, suédois et tchèque.

  • Les droits et obligations de l’UE vis-à-vis des langues sont préservés par le droit européen. Ainsi, le traité de l’UE (article 3) et la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne (articles 21 et 22) interdisent la discrimination fondée sur la langue et proclament que l’Union respecte la diversité linguistique.

  • Le premier règlement communautaire, adopté en 1958, exige des institutions communautaires qu’elles traduisent la législation dans toutes les langues officielles de l’UE (article 4) et répondent aux questions des citoyens dans la même langue (article 2, ainsi que les articles 20 et 24 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne).

  • Le coût total des activités de traduction et d’interprétation dans toutes les institutions de l’UE (y compris la Commission européenne, le Parlement européen, le Conseil, la Cour de justice de l’Union européenne, la Cour des comptes européenne, le Comité économique et social européen et le Comité des régions) s’élève à environ un milliard d’euros par an. Ce chiffre représente moins de 1 % du budget de l’UE ou à peine plus de 2 euros par citoyen. La Commission européenne emploie près de 3 000 traducteurs et interprètes.

  • Pour ce qui est des sites web de la Commission, il n’existe aucune obligation légale d’en traduire le contenu. Toutefois, la Commission fait tout ce qui est en son pouvoir pour fournir le plus d’informations possible sur ses sites web, dans le plus de langues possible.

  • La langue maternelle la plus parlée dans l’UE est l’allemand, tandis que 51 % des adultes déclarent comprendre l’anglais.

  • D’après une enquête Eurobaromètre réalisée en 2006 sur les Européens et leurs langues, 56 % des citoyens européens sont capables de tenir une conversation dans une autre langue que leur langue maternelle et 28 % maîtrisent deux langues en plus de leur langue maternelle. Quarante-quatre pour cent des Européens admettent ne parler aucune autre langue que leur langue maternelle.

Le pays de l’UE le plus multilingue est le Luxembourg, où 99 % des citoyens maîtrisent au moins une langue étrangère, suivis de 97 % des Slovaques et de 95 % des Lettons. Les pays de l’UE les moins multilingues sont l’Irlande (34 %) et le Royaume-Uni (38 %).

Contacts :

Dennis Abbott (+32 2 295 92 58)

Dina Avraam (+32 2 295 96 67)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website