Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

La Commission européenne redouble d'efforts pour lutter contre l'extrémisme violent

Commission Européenne - IP/11/1011   09/09/2011

Autres langues disponibles: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

Commission européenne – Communiqué de presse

La Commission européenne redouble d'efforts pour lutter contre l'extrémisme violent

Bruxelles, le 9 septembre 2011 — Aujourd'hui, Mme Cecilia Malmström, membre de la Commission européenne chargée des affaires intérieures, inaugure le Réseau de sensibilisation à la radicalisation, dont le but est de lutter contre l'extrémisme violent. Cette initiative viendra étayer les efforts des États membres visant à prévenir la radicalisation violente et le recrutement de personnes à des fins terroristes. Le réseau mettra en relation les principaux acteurs engagés dans la lutte contre la radicalisation dans l'UE, comme les travailleurs sociaux, les responsables religieux, les animateurs de jeunesse, les agents de police, les chercheurs et autres, qui travaillent sur le terrain auprès des populations vulnérables.

«L'Union européenne doit renforcer son action contre le risque d'expansion de l'extrémisme violent. C'est la raison pour laquelle nous inaugurons aujourd'hui le Réseau de sensibilisation à la radicalisation. Il appuiera les efforts des États membres destinés à mieux faire connaître le phénomène de la radicalisation et à renforcer les moyens de contrecarrer les idéologies et la propagande extrémistes. L'expérience a montré qu'il n'était pas possible d'établir un lien entre le terrorisme et une confession ou des convictions politiques données, ni avec une région en particulier. Dans nos efforts de lutte contre l'extrémisme violent, nous devons donc tenir compte des différentes formes de radicalisation. Il est également important d'avoir à l'esprit que les idées politiques de certains mouvements populistes dans l'Union européenne constituent une source d'inspiration idéologique et des points de référence en faveur d'une radicalisation» a déclaré Mme Cecilia Malmström, membre de la Commission européenne chargée des affaires intérieures.

L'inauguration du réseau se déroulera à Bruxelles et sera suivie d'une première séance de travail. Celle-ci rassemblera les premiers membres du réseau et les représentants des États membres, de la Norvège et des institutions européennes. La réunion inaugurale permettra aux participants de discuter de la manière de rendre le réseau opérationnel et d'échanger leurs points de vues quant aux priorités de celui-ci.

L'objectif du réseau est de recenser les bonnes pratiques et de favoriser l'échange d'information et d'expérience concernant différents aspects de la radicalisation violente comme, par exemple, le recours à l'internet et aux réseaux sociaux pour la propagande extrémiste et l'utilisation par les terroristes des technologies de l'information et de la communication. Le réseau s'attachera à lutter contre la radicalisation avant qu'elle n'engendre un extrémisme violent.

Le réseau s'appuiera sur un forum en ligne et sur la tenue de conférences à l'échelle de l'Union européenne pour recueillir expériences et connaissances, afin de sensibiliser davantage à la radicalisation et aux techniques de communications qu'elle utilise. Il encouragera des personnalités exemplaires crédibles et les guides d'opinion à adresser des messages positifs proposant d'autres voies que la propagande violente et extrémiste. Le réseau prendra également part au processus décisionnel au niveau national et européen, assistera la Commission européenne et les États membres dans leur travaux et leur fournira des instruments appropriés pour la prévention du terrorisme.

Contexte

Le 22 novembre 2010, la Commission a adopté une «Stratégie de sécurité intérieure de l'UE en action» (IP/10/1535 et MEMO/10/598 en anglais), dans laquelle elle qualifie de priorité la prévention de la radicalisation, qui peut conduire à des actes de terrorisme, et annonce la mise en place d'un Réseau européen de sensibilisation à la radicalisation (RSR).

D'autres actions ont en outre été prévues, comme la tenue, en 2012, d'une conférence ministérielle sur la prévention de la radicalisation et des recrutements à des fins terroristes.

La Commission joue un rôle essentiel dans la coordination et la facilitation du travail de toutes les parties prenantes au réseau. Elle fournira les moyens nécessaires à la mise en place de la plate-forme RSR et de son secrétariat, ainsi qu'au fonctionnement du réseau. Plus de 20 millions d'euros seront alloués au projet sur 4 ans, sous la forme d'un soutien direct des États membres et du financement de différents projets.

En tant que «réseau de réseaux», le RSR inclura des groupes, des associations et des plates-formes impliquées de façon très concrète dans la prévention de la radicalisation. Leur travail sera organisé par groupes avec, notamment, des décideurs politiques, des agents des services répressifs et de sécurité, des procureurs, des représentants des autorités locales, des universitaires, des experts de terrain et des organisations de la société civile, y compris des membres d'associations de victimes.

Pour de plus amples informations:

Page d'accueil du site de Mme Cecilia Malmström, membre de la Commission européenne chargée des affaires intérieures:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/malmstrom/welcome/default_fr.htm

Page d'accueil du site de la DG Affaires intérieures:

http://ec.europa.eu/dgs/home-affairs/index_en.htm

Contacts :

Michele Cercone (+32 2 298 09 63)

Tove Ernst (+32 2 298 67 64)


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site