Navigation path

Left navigation

Additional tools

Une conférence sur la PAC après 2013 en point d'orgue d'une consultation publique fructueuse

European Commission - IP/10/958   16/07/2010

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

IP/10/958

Bruxelles, le 16 juillet 2010

Une conférence sur la PAC après 2013 en point d'orgue d'une consultation publique fructueuse

Quelque 600 délégués venus des quatre coins de l'Union européenne se réuniront à Bruxelles lundi et mardi prochains afin de discuter de l'avenir de la politique agricole commune (PAC) après 2013. Cette conférence devrait permettre de débattre et de tirer quelques conclusions de la consultation publique sur la période post-2013 qui avait été lancée en avril par la Commission, sous la forme de quatre questions tout à fait essentielles: «Pourquoi avons-nous besoin d'une politique agricole commune? Qu’attendent les citoyens de l’agriculture? Pourquoi réformer la PAC? De quels outils avons-nous besoin pour la PAC de demain?». Ces échanges créeront une plateforme de discussion très utile avant que la Commission ne présente sa communication sur l'avenir de la PAC, dont la publication est prévue pour novembre 2010. Parallèlement à la conférence, une foire agricole organisée place Sainte-Catherine, dans le centre de Bruxelles, illustrera la diversité des produits agricoles européens de qualité; chacun des États membres disposera d'un emplacement pour présenter certaines de ses spécialités au grand public.

En prélude à cet événement, M. Dacian Cioloș, membre de la Commission chargé de l'agriculture et du développement rural, a attiré l'attention sur les très nombreuses réactions que cette consultation a suscitées: en deux mois, près de 6 000 contributions par internet ont été reçues du grand public et quelque 80 groupes de réflexion et 93 organisations non gouvernementales (ONG) ont exprimé leur position à ce sujet. «Ces chiffres montrent que la PAC est un sujet qui suscite un vif intérêt chez beaucoup de gens; les réponses que nous avons reçues montrent que notre politique ne concerne pas "seulement" la production de denrées alimentaires, mais également la fourniture de biens publics d'intérêt plus général», a-t-il affirmé. «Je me réjouis à l'avance d'assister à la foire, ouverte à tous, qui se tiendra dimanche et lundi prochains place Sainte-Catherine et qui célébrera la diversité de l'Europe. Je suis une fois encore intimement convaincu que la PAC n'est pas destinée aux seuls agriculteurs, mais à l'ensemble des citoyens de l'UE, qui sont à la fois des contribuables et des consommateurs.»

Consultation publique: «Vos idées comptent»

Entre le 12 avril et le 11 juin dernier, la Commission a organisé une consultation publique sur l'avenir de la politique agricole commune, dont l'objectif était de sonder le grand public sur ce sujet à travers quatre questions essentielles. En deux mois, la Commission a reçu plus de 5 800 contributions du grand public, ainsi que 93 avis formulés par des parties prenantes et 80 autres par des groupes de réflexion. Les réponses en provenance d'Allemagne et de Pologne ont dépassé le millier, et la centaine pour celles adressées depuis la France, la Lettonie, l'Autriche, l'Espagne, la Belgique, le Royaume-Uni et l'Irlande. Une synthèse de ces contributions sera présentée lundi à la conférence, mais l'on peut d'ores et déjà en dégager les grandes lignes suivantes:

Pourquoi avons-nous besoin d’une politique agricole commune? Afin de garantir la sécurité alimentaire, mais pas seulement. De nombreux citoyens, ONG et groupes de réflexion ont rappelé qu'il était important d'assurer des conditions de concurrence loyale entre les agriculteurs, l'industrie alimentaire et les distributeurs. Ils ont également insisté sur l'importance de préserver la diversité de l'agriculture sur le territoire de l'UE.

Qu’attendent les citoyens de l’agriculture? Qu'elle fournisse des produits alimentaires sûrs à des prix abordables, qu'elle exploite les terres selon les principes du développement durable et qu'elle contribue au dynamisme des communautés rurales: telles sont les principales attentes qui ressortent de la consultation publique.

Pourquoi réformer la PAC? Afin de faire face à la volatilité des prix des produits alimentaires et de garantir un niveau de vie décent aux agriculteurs européens. Cette réforme doit également aider à relever le défi de nourrir la population mondiale; elle doit aussi permettre de renforcer notre capacité de résoudre les problèmes liés à l'environnement, à la qualité et à la sécurité alimentaire; d'améliorer la compétitivité du secteur agricole et de préserver la richesse des paysages, qui constituent notre patrimoine commun.

De quels outils avons-nous besoin pour la PAC de demain? Les avis convergent sur la nécessité de développer encore les mécanismes existants. Certains préconisent de mettre davantage l'accent sur la nécessité de rémunérer les agriculteurs pour la fourniture de «biens publics» liés en particulier à la protection et à la conservation de l'environnement.

Conférence des 19 et 20 juillet: la PAC après 2013

La conférence, organisée sur deux jours, s'ouvrira par une synthèse des contributions au débat public et se poursuivra par la présentation d'une nouvelle enquête Eurobaromètre sur l'attitude des citoyens à l'égard de la PAC et par la tenue d'une table ronde avec plusieurs experts des différents domaines abordés. L'après-midi du lundi sera consacré à des ateliers sur la sûreté alimentaire, sur l'avenir de la société rurale, sur l'environnement et la fourniture de biens publics par l'agriculture et sur la qualité, la diversité et la santé. La session du mardi matin, qui sera présidée par le directeur général de la direction générale de l'agriculture, M. Jean-Luc Demarty, examinera les idées qui auront émergé des ateliers. Se tiendront ensuite d'autres ateliers sur le maintien de la capacité de production alimentaire et de la diversité de la société rurale, sur la fourniture de biens publics par l'agriculture et sur la promotion de la qualité et de la diversité de l'offre alimentaire. L'après-midi du mardi, les participants s'efforceront de tirer des conclusions de ces discussions.

Pour en savoir plus…

«Le goût de la vie»: une foire à la gloire de la diversité de l'agriculture européenne

M. Freddy Thielemans, maire de Bruxelles, se joindra au commissaire européen Dacian Cioloș et au ministre fédéral de l'agriculture belge, Mme Sabine Laruelle, pour inaugurer, dimanche à 11 heures, la foire agricole «Le goût de la vie» qui se tiendra place Sainte-Catherine. Cette foire proposera notamment des stands présentant des spécialités alimentaires de l'ensemble des États membres, des animations culturelles ainsi qu'une dégustation d'huiles d'olive espagnoles, des démonstrations de danse folklorique et de chant portugais (fado), ainsi que d'autres performances musicales. Cet événement s'achèvera lundi soir par une réception donnée à l'intention des délégués de la conférence; y seront décernés les prix du récent concours pour le logo pour les produits biologiques européens, logo devenu officiel le 1er juillet 2010.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website