Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

IP/10/894

Bruxelles, le 6 juillet 2010

Stratégie numérique: les générations futures pourront-elles profiter du patrimoine cinématographique européen?

Un rapport publié aujourd'hui par la direction générale de la société de l'information et des médias de la Commission européenne tire la sonnette d'alarme: la survie du patrimoine cinématographique européen est en jeu. On estime que 80 % des films muets sont déjà perdus, mais même les nouveaux films de l'ère numérique ne sont pas à l'abri du danger. Bien que le numérique offre de nouveaux moyens de réaliser et de présenter des films, il remet également en question les pratiques habituelles en matière de collecte et de préservation des œuvres. Les technologies numériques évoluent constamment, et ce qui semble révolutionnaire aujourd'hui pourrait se révéler dépassé en 2020, comme le sont désormais les cassettes ou les magnétoscopes. Les institutions du patrimoine cinématographique doivent rester en phase avec les nouvelles technologies, les adopter et les faire progresser pour assurer la préservation des films européens.

Neelie Kroes, vice-présidente de la Commission européenne chargée de la stratégie numérique, a déclaré: «Les films doivent rester à la disposition de tous et pour toujours. La production cinématographique européenne fait partie des trésors culturels de notre temps. Les technologies numériques viennent au secours de ce patrimoine fragile, mais nous devons veiller à ce que le processus de préservation suive les meilleures pratiques afin d'obtenir les meilleurs résultats possibles dans l'ensemble de l'Union.»

Le rapport publié aujourd'hui, établi par la direction générale de la société de l'information et des médias de la Commission, conclut que les institutions du patrimoine cinématographique européen devraient revoir leur approche de la sauvegarde et de l'accès à ce patrimoine. Le modèle traditionnel (consistant à conserver les supports fragiles dans des boîtes scellées entreposées dans des chambres spéciales) ne peut pas en garantir la préservation ou l'accessibilité pour la postérité. Selon le rapport, l'avènement du numérique doit donner lieu à un nouveau modèle d'accès afin que les auteurs et le public puissent continuer à profiter de la culture cinématographique européenne.

La stratégie numérique pour l'Europe (voir les communiqués IP/10/581, MEMO/10/199 et MEMO/10/200), dans le cadre de ses actions destinées à encourager la diversité culturelle et la présence de contenu créatif sur l'internet, appelle les institutions du patrimoine cinématographique à poursuivre leurs efforts pour augmenter le nombre de films et autres documents cinématographiques accessibles par l'intermédiaire d'Europeana, la bibliothèque numérique publique de l'Union (voir le communiqué MEMO/10/166).

Les technologies numériques modifient radicalement les modes de collecte, de reconstitution et de préservation du patrimoine cinématographique à long terme. Elles influencent également la manière de diffuser le patrimoine cinématographique, à la fois en ligne et par projection numérique. L'une des difficultés à surmonter pour exploiter pleinement le potentiel des nouvelles technologies réside toutefois dans l'absence de mécanismes juridiques permettant l'utilisation à bon escient des films et autres documents cinématographiques à des fins culturelles et pédagogiques. Les frais administratifs et le temps nécessaire pour obtenir les droits de diffusion empêchent souvent les institutions du patrimoine cinématographique d'assurer ce type d'accès à leurs précieuses archives.

Le rapport met en lumière les meilleures pratiques mises en place dans les États membres pour faire face aux défis que pose le patrimoine cinématographique analogique et numérique. Par exemple, certains mécanismes de financement nationaux et régionaux soutenant la production cinématographique comprennent une clause imposant au producteur bénéficiaire d'accorder des droits d'utilisation à des fins non commerciales pour l'Union européenne à l'organisme de financement ou à une institution publique chargée du patrimoine cinématographique. L'Espagne et le Danemark peuvent être cités en exemple sur ce point: l'institut cinématographique danois a le droit de projeter des films subventionnés dans ses propres salles et de mettre en ligne des documentaires et des courts métrages subventionnés, tandis que l'Espagne peut organiser des projections à des fins culturelles de films subventionnés deux ans après leur première mise en distribution.

Les résultats présentés dans ce rapport ne sont qu'une première évaluation des enjeux du numérique pour le patrimoine cinématographique européen. La Commission a lancé une étude indépendante, qui analysera la question d'une manière plus détaillée. Après avoir examiné les résultats de l'étude, la Commission se prononcera sur l'opportunité d'une révision de la recommandation sur le patrimoine cinématographique.

Contexte

L'analyse présentée aujourd'hui constitue le deuxième rapport de mise en œuvre de la recommandation sur le patrimoine cinématographique (2005/865/CE). Celle-ci, adoptée en 2005 par le Parlement européen et le Conseil, recommande que les œuvres cinématographiques du patrimoine européen soient systématiquement collectées, cataloguées, préservées et restaurées pour assurer leur transmission aux générations à venir. Les États membres de l'Union européenne sont invités à informer la Commission tous les deux ans des mesures prises à cette fin.

Dans ses rapports bisannuels, la direction générale de société de l'information de la Commission fait le point sur l'efficacité des mesures exposées dans la recommandation et examine le bien-fondé de nouvelles initiatives. Le premier rapport a été adopté en août 2008.

Cette année, l'analyse est fondée sur les réponses à un questionnaire couvrant tous les aspects de la recommandation sur le patrimoine cinématographique. Elle aborde en outre deux autres aspects: les défis posés et les perspectives offertes au patrimoine cinématographique européen par la transition de l'analogique au numérique, et les rapports entre les politiques de financement du cinéma et le patrimoine cinématographique.

Pour de plus amples informations:

http://ec.europa.eu/avpolicy/reg/cinema/report_2/index_en.htm


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website