Navigation path

Left navigation

Additional tools

«Garantir une croissance forte et durable»: les présidents Barroso et Van Rompuy fixent les objectifs de l'UE pour le sommet du G20 de Toronto

European Commission - IP/10/784   23/06/2010

Other available languages: EN DE

IP/10/784

Bruxelles, le 23 juin 2010

«Garantir une croissance forte et durable»: les présidents Barroso et Van Rompuy fixent les objectifs de l'UE pour le sommet du G20 de Toronto

Les présidents de la Commission européenne et du Conseil européen, MM. José Manuel Barroso et Herman Van Rompuy, ont adressé une lettre commune aux autres dirigeants du G20 afin de leur présenter leurs réflexions sur les principaux thèmes figurant à l'ordre du jour du sommet qui se tiendra les 26 et 27 juin à Toronto. L'UE est un membre à part entière du G20 et du G8.

Le président José Manuel Barroso a exposé, le 13 mai 2010, les priorités de la Commission pour ce sommet du G20 dans une lettre adressée au Conseil européen (voir MEMO/10/192). Le Conseil européen s'est penché sur la préparation du sommet le 17 juin et a adopté la position de l'UE. Sur cette base, les présidents Van Rompuy et Barroso ont transmis une lettre aux autres dirigeants du G20 sur les points de l'ordre du jour les plus importants pour l'UE.

Les deux présidents soulignent que garantir une croissance forte et durable demeure leur priorité absolue et font observer que: «Compte tenu des risques considérables que ferait peser sur la viabilité des comptes publics le retrait tardif des mesures extraordinaires de relance budgétaire, il conviendrait que le G20 parvienne au sommet de Toronto à un accord sur une stratégie coordonnée et différenciée de sortie pour assurer la viabilité des finances publiques.» Ils réclament en outre une consolidation substantielle à partir de 2011 au plus tard, assortie de réformes structurelles destinées à favoriser la croissance. Soulignant la détermination des Européens à garantir la viabilité budgétaire sans nuire à la croissance, ils appellent toutes les grandes économies à œuvrer en faveur de l'objectif commun de croissance forte, durable et équilibrée. Dans ce contexte, ils «se félicitent [en outre] de la décision de la Chine de poursuivre sa réforme du régime de change du RMB et de rétablir la flexibilité du taux de change du RMB.»

Les deux présidents demandent au G20 de réaffirmer son attachement à la réforme des marchés financiers et expliquent le programme complet de réformes mis en place par l'Union européenne pour remplir les engagements du G20. Ils annoncent aussi l'intention de l'UE de rendre publics, au plus tard durant la deuxième quinzaine de juillet, les résultats des tests de tension actuellement réalisés par les contrôleurs bancaires européens. Ils se félicitent des progrès importants qui ont été accomplis dans la mise en œuvre des engagements du G20 concernant les capitaux additionnels de meilleure qualité et les nouvelles exigences en matière de liquidité, signalant que l'objectif de parvenir à un accord international à ce sujet avant 2010 est bien engagé: «Il convient d'accorder une attention particulière au calibrage et au séquençage des mesures correspondantes, compte tenu de l'impact cumulé et de l'effet macroéconomique des réformes financières.»

Ils insistent également sur le fait que «nous devons tout mettre en œuvre pour nous doter d'un cadre renforcé de gestion des crises au niveau mondial, y compris des instruments de règlement efficaces, des accords de financement et la coordination transfrontalière» et soulignent la profonde détermination de l'UE à prendre ces mesures.

L'attention est également attirée sur l'importance d'appliquer de façon uniforme les normes sévères en matière de compensation, qui ont été convenues l'année dernière. S'agissant des dérivés OTC, des propositions législatives à l'échelle de l'UE sont annoncées pour le mois de septembre. En ce qui concerne les normes comptables, ils rappellent la nécessité d'une convergence mondiale, fondée sur un ensemble de normes de grande qualité, dans le délai fixé à Pittsburgh, ainsi que la nécessité d'améliorer encore la gouvernance de l'International Accounting Standards Board (comité des normes comptables internationales). Ils demandent des progrès dans le renforcement de la gouvernance des établissements financiers et l'application rigoureuse de la réglementation financière, notamment des règles relatives aux abus de marché, ainsi que des efforts soutenus en vue de remédier au problème des juridictions non coopératives, notamment par l'établissement d'une liste publique de ces juridictions d'ici à la fin de 2010 et, au besoin, l'application de contre‑mesures.

Les présidents Barroso et Van Rompuy rappellent également qu'il a été convenu au niveau européen que les États membres doivent instaurer des prélèvements ou des taxes sur les établissements financiers, afin d'assurer un partage équitable des charges et de réduire le risque systémique, aux fins d'un cadre crédible de résolution des crises. «Nous estimons que les travaux consacrés, au niveau international, à l'instauration de prélèvements et de taxes sur les établissements financiers doivent se poursuivre afin de maintenir des conditions égales pour tous au niveau mondial. Il conviendrait par ailleurs de réfléchir à l'introduction d'une taxe mondiale sur les transactions financières et de faire avancer les travaux dans ce domaine.»

Ils appellent à l'achèvement de la réforme du Fonds monétaire international en tant qu'ensemble unique et global d'ici à novembre 2010 et soulignent la détermination de l'Union européenne à appuyer la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement dans le monde d'ici à 2015 et à atteindre les objectifs qu'elle s'est fixés en matière d'aide au développement.

Les deux présidents mettent également en avant le rôle central du commerce pour tout cadre pour une croissance forte, durable et équilibrée: «La réunion de Toronto ne doit pas être simplement l'occasion de réaffirmer notre engagement à conclure le cycle de Doha. Elle doit ouvrir la voie à de réelles avancées lors du sommet de Séoul. Nous devons charger nos ministres de travailler dans cette perspective, notamment dans les domaines où les avancées se font encore attendre. En ce qui concerne notre volonté commune de rejeter les réflexes protectionnistes, l'UE attend des dirigeants du G20 qu'ils renouvellent et renforcent leur promesse de ne pas introduire de nouvelles mesures susceptibles d'entraîner des distorsions des échanges et qu'ils continuent à honorer leurs précédents engagements d'abolir les mesures en vigueur.»

Enfin, s'agissant du changement climatique, les deux dirigeants de l'UE soulignent que «nous devons continuer à promouvoir des mesures énergiques concernant le changement climatique en mettant l'accent sur une croissance “verte”, en œuvrant conjointement à la mise en place d'un accord juridique global à l'échelle mondiale fondé sur l'accord de Copenhague pour la période postérieure à 2012, en réalisant le financement à mise en œuvre rapide et en agissant dans le cadre de l'Union afin d'atteindre l'objectif de 2 degrés Celsius.»

Pour plus d'informations:

Lisez la lettre dans son intégralité sur la page consacrée au G8 et au G20 sur le site internet du président Barroso:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/president/index_fr.htm

Suivez l'Union européenne au sommet sur Twitter:

http://twitter.com/Europe_at_G20

MEMO/10/271: l'Union européenne aux sommets du G8 et du G20 au Canada

MEMO/10/192: le président Barroso s'exprime sur les priorités de l'UE pour le G20 (13 mai 2010)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website