Navigation path

Left navigation

Additional tools

Une récente enquête montre que de plus en plus de gens ont du mal à joindre les deux bouts

European Commission - IP/10/773   22/06/2010

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

IP/10/773

Bruxelles, le 22 juin 2010

Une récente enquête montre que de plus en plus de gens ont du mal à joindre les deux bouts

Un Européen sur six déclare avoir constamment des difficultés à payer les factures de son ménage et les trois quarts des citoyens pensent que la pauvreté a augmenté dans leur pays au cours de l’année passée. Tels sont les principaux résultats d’une nouvelle enquête Eurobaromètre sur les répercussions sociales de la crise, présentés aujourd’hui par la Commission européenne. La diffusion des résultats de cette enquête, réalisée en mai 2010, intervient alors que la première moitié de l’Année européenne de la lutte contre la pauvreté s’est déjà écoulée et que, le 17 juin, les dirigeants de l’Union européenne se sont donné pour objectif d’aider vingt millions d’Européens à sortir de la pauvreté et de l’exclusion sociale durant la prochaine décennie.

À Bruxelles, devant les médias, M. László Andor, commissaire européen à l’emploi, aux affaires sociales et à l’inclusion, a déclaré: «Les résultats de l’enquête confirment que la pauvreté est un enjeu majeur dans l’Union européenne et que la crise économique et financière actuelle aggrave encore la situation. Les effets de la crise se font sentir et une proportion significative d’Européens a aujourd'hui du mal à joindre les deux bouts.» Et d’ajouter: «Europe 2020, la nouvelle stratégie de l’Union pour la prochaine décennie, en se fixant comme objectif de faire sortir au moins vingt millions d’Européens de la pauvreté d’ici 2020, démontre clairement la volonté réelle de tous les pays d’obtenir des résultats visibles en faveur d’une Europe plus juste et plus solidaire».

Dans l’ensemble, les citoyens de l’Union jugent que la pauvreté a augmenté au cours de l'année précédant l'enquête, et ceci à tous les échelons: six sur dix pensent que c’est le cas dans leur région, 75 % dans leur pays et 60 % à l’échelle de l’Union.

La perception de la pauvreté est marquée par la crise et les appels à l’austérité. Les Grecs sont proportionnellement les plus nombreux (85 % des personnes interrogées) à penser que la pauvreté a augmenté sur leur territoire. Concernant leur propre pays, 83 % des Français, 82 % des Bulgares, 77 % des Roumains et 75 % des Italiens partagent cet avis. Si, dans certains pays, les citoyens s’attendent à des difficultés supplémentaires en Roumanie et en Grèce, sept personnes sur dix pensent que la situation financière de leur ménage va se détériorer dans d’autres, la perception de la situation s’est améliorée. Ainsi, seuls 23 % des Lettons, 32 % des Lituaniens et 20 % des Hongrois considèrent que la situation financière de leur foyer va empirer, contre respectivement 65 %, 58 % et 48 % d’entre eux en juillet 2009. Les personnes interrogées en Lettonie, en Pologne, au Royaume-Uni, en Belgique et en Finlande sont désormais moins nombreuses à penser qu'elles resteront au chômage si elles viennent à perdre leur emploi.

Une proportion significative des citoyens de l’Union confrontée à des problèmes financiers

Un Européen sur six a déclaré qu'au moins une fois au cours de l'année précédant l’enquête, son ménage avait manqué d'argent pour régler les factures habituelles ou acheter de la nourriture ou d’autres biens de consommation quotidiens; au moment de l’enquête sur le terrain (soit en mai 2010), 20 % des Européens avaient du mal à payer leurs factures et à rembourser leurs crédits.

Ainsi, 15 % d’entre eux étaient confrontés à des difficultés permanentes, 3 % étaient en retard de paiement pour quelques factures et remboursements et 2 % avaient de réels problèmes financiers et n'avaient pu honorer nombre de leurs obligations.

Environ 30 % des citoyens jugent qu’il leur est de plus en plus difficile de faire face à leurs dépenses de santé.

Quelque trois Européens sur dix ont déclaré qu’au cours des six mois précédents, ils avaient eu plus de mal à subvenir à leurs dépenses de santé, à payer leurs frais de garde d'enfant ou à financer des soins de longue durée pour leurs proches ou eux-mêmes: la situation était devenue «beaucoup plus difficile» pour 11 % des personnes interrogées, et «un peu plus difficile» pour 18 % d’entre elles.

Un Européen sur six n’est pas très sûr ou pas sûr du tout de conserver son emploi.

En mars 2010, 18 % des personnes interrogées qui avaient un emploi n’étaient pas très sûres ou pas sûres du tout de le conserver au cours des douze mois suivants; 49 % jugeaient assez peu probable ou même complètement improbable de retrouver un nouvel emploi au bout de six mois en cas de licenciement.

Les effets supposés de la crise sur les futures retraites

Enfin, concernant leurs revenus futurs, 73 % des citoyens de l’Union prévoient explicitement une baisse de leur retraite ou considèrent qu’ils auront à travailler plus longtemps ou à économiser davantage pour leurs vieux jours. Pour le moment, 20 % redoutent fortement que le revenu dont ils disposeront dans leur vieillesse ne leur permette pas de mener une vie décente, et 34 %  sont relativement inquiets face à cette perspective. Dans 17 États membres, la majorité des personnes interrogées se déclarent très ou assez inquiètes à l’idée que, dans leur vieillesse, leur revenu soit trop faible pour qu'elles puissent vivre dignement.

Contexte

Depuis juin 2009, la perception des répercussions sociales de la crise qui a éclaté à l'automne 2008 fait l’objet d’un suivi régulier auprès de la population, grâce à des enquêtes Eurobaromètre spécialement conçues à cet effet. L’objectif de ces enquêtes est d’évaluer la perception de la pauvreté, l’ampleur des difficultés financières des ménages, l’évolution du coût relatif des soins de santé et des services sociaux et le sentiment des personnes interrogées quant à leur situation financière dans leur vieillesse.

Lors de cette dernière enquête, 25 600 citoyens ont été interrogés dans tous les États membres de l'Union, principalement par téléphone, du 18 au 22 mai 2010, à la suite d’une sélection aléatoire, puis d’une pondération visant à corriger des déséquilibres démographiques connus.

Alors que les données sur lesquelles se fonde l’objectif de réduction de la pauvreté de l’Union européenne (statistiques EU/SILC sur le revenu, l’inclusion sociale et les conditions de vie) sont disponibles avec un décalage approximatif de deux ans, les enquêtes sur la perception de la pauvreté au sein de la population fournissent rapidement, à savoir au bout d’un mois seulement, une indication de l’évolution probable de la pauvreté et de l’exclusion.

Pour en savoir plus

Memo/10/268

Eurobarometer survey report :http://ec.europa.eu/public_opinion/flash/fl_289_en.pdf

European Year Against Poverty : www.2010againstpoverty.eu


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website