Navigation path

Left navigation

Additional tools

IP/10/695

Bruxelles, le 7 juin 2010

Les stéréotypes traditionnels restent l'obstacle majeur à l'égalité hommes-femmes dans l'éducation

La Commission européenne a présenté aujourd'hui une nouvelle étude sur la manière dont les pays européens abordent les inégalités entre les hommes et les femmes dans l'éducation. Il en ressort que des différences liées au sexe persistent tant dans le choix des études que dans le niveau d’instruction atteint.

La commissaire européenne chargée de l'éducation, Mme Androulla Vassiliou, a déclaré: "La relation entre les spécificités de genre et le niveau d’instruction s'est sensiblement modifiée au cours des 50 dernières années et les différences liées au sexe revêtent aujourd'hui des formes plus complexes. Le personnel scolaire est très majoritairement féminin, mais les systèmes éducatifs sont dirigés par des hommes. La plupart des diplômés sont des filles et les abandons scolaires sont plus nombreux chez les garçons. Nos politiques en matière d'égalité hommes-femmes doivent tenir compte de ces réalités."

L'étude de la Commission s’appuie sur les travaux du réseau Eurydice, qui recueille et analyse des données concernant les systèmes éducatifs. Elle porte sur 29 pays (tous les États membres de l'UE à l'exception de la Bulgarie, ainsi que l'Islande, le Liechtenstein et la Norvège).

Principales conclusions

L'obstacle majeur: les rôles et stéréotypes féminins et masculins

Hormis quelques exceptions, tous les pays d’Europe appliquent ou prévoient d'appliquer une politique égalitaire entre les hommes et les femmes dans le domaine de l'éducation. L'objectif premier est de battre en brèche les stéréotypes et le partage traditionnel des rôles masculins et féminins, mais il s'agit aussi de renforcer la représentation des femmes dans les instances de décision, de contrecarrer les schémas classiques concernant le niveau d’instruction atteint par les garçons et les filles, ou encore de lutter contre le harcèlement lié au sexe en milieu scolaire (voir figure 1 de l'annexe). Les États prennent peu d’initiatives pour informer les parents sur les questions d'égalité entre les sexes et les associer plus étroitement à la promotion de l'égalité hommes-femmes dans l'éducation.

Habituellement, les filles décrochent des diplômes d'un niveau supérieur et obtiennent des taux de réussite plus élevés que les garçons dans les examens de fin d'études. Les garçons, quant à eux, sont plus nombreux à quitter prématurément l'école ou à redoubler une classe. Selon des études internationales menées dans près d'un tiers des systèmes éducatifs européens, les garçons ont plus souvent des lacunes en lecture, alors que les filles semblent moins douées pour les mathématiques. Quoi qu'il en soit, le facteur le plus important demeure la situation socio-économique.

Les faibles résultats des garçons ne constituent une priorité de l’action publique que dans quelques pays (la Communauté flamande de Belgique, l'Irlande et le Royaume-Uni). Plus rares encore sont ceux qui disposent de programmes destinés spécifiquement à relever le niveau de compétence des garçons en lecture et à améliorer les résultats des filles dans les mathématiques et les sciences (Autriche, Royaume-Uni (Angleterre)).

La Commission européenne lutte contre les inégalités hommes-femmes dans l'éducation à la fois en encourageant la coopération entre les États membres de l'UE et en réalisant ses propres programmes de financement. La lutte contre l'exclusion sociale et l'inégalité entre les femmes et les hommes est l'une des grandes priorités de l'aide financière accordée par l'UE aux projets et partenariats éducatifs multinationaux au travers du programme pour l'éducation et la formation tout au long de la vie.

Les filles au centre d'une orientation professionnelle spécifique en fonction du sexe

Beaucoup de jeunes, hommes ou femmes, qui suivent un enseignement professionnel ou un enseignement secondaire général choisissent encore des filières correspondant aux rôles masculins et féminins traditionnels. Pour remédier à cette situation, il faut que l’orientation professionnelle soit plus efficace et que les conseillers d'orientation prennent davantage conscience des différences liées au sexe, afin d’être mieux à même de faire abstraction des stéréotypes.

Une orientation professionnelle tenant compte des spécificités de chaque sexe n'est pratiquée aujourd'hui que dans la moitié des pays européens (voir figure 2 de l'annexe). Plus souvent axée sur les filles que sur les garçons, elle vise généralement à inciter les premières à s'engager dans les filières des technologies et des sciences naturelles. Des initiatives et projets intéressants sont menés à titre individuel, mais les stratégies nationales globales de lutte contre les stéréotypes liés au sexe dans le choix des filières font défaut, de même que les initiatives ciblées sur les garçons.

Les politiques relatives à l'enseignement supérieur visent essentiellement à augmenter le nombre de femmes dans les filières mathématiques, scientifiques et techniques

Dans la quasi-totalité des pays, la population d'étudiants et de diplômés est essentiellement constituée de femmes, lesquelles sont majoritaires dans les domaines de l'éducation, de la santé et du bien-être, des sciences humaines et des arts. Les hommes, quant à eux, ont pour secteurs de prédilection l'ingénierie, l'industrie de transformation et la construction.

Deux tiers environ des pays (voir figure 3 de l'annexe) mènent des politiques en faveur de l'égalité entre les sexes dans l’enseignement supérieur. Toutefois, ces politiques et ces projets sont pratiquement tous axés uniquement sur les femmes. Par ailleurs, la proportion de femmes dans le personnel enseignant des établissements d’enseignement supérieur diminue à mesure que l’on gravit les échelons de la carrière académique. Pourtant, un tiers seulement des pays ont mis en place des politiques concrètes pour résoudre ce problème et lutter contre cette ségrégation verticale.

Des politiques dans ce sens sont en place dans la Communauté flamande de Belgique, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Autriche, en Suède, au Royaume-Uni et en Norvège.

Le Réseau Eurydice (www.Eurydice.org) fournit des informations et effectue des analyses sur les politiques et systèmes d’éducation des pays européens. Composé de 35 bureaux nationaux établis dans les 31 pays participant au programme européen pour l’éducation et la formation tout au long de la vie (les États membres de l'UE, les pays de l'EEE et la Turquie), il est coordonné et géré par l'agence exécutive «éducation, audiovisuel et culture» de l'UE, installée à Bruxelles, qui rédige ses publications et gère ses bases de données.

Pour en savoir plus:

Texte intégral de l'étude Gender Differences in Educational Outcomes: study on the measures taken and current situation in Europe

http://eacea.ec.europa.eu/education/eurydice/thematic_studies_en.php

http://eacea.ec.europa.eu/education/eurydice/thematic_studies_fr.php

http://eacea.ec.europa.eu/education/eurydice/thematic_studies_de.php

Une description détaillée des politiques nationales en matière d’égalité hommes-femmes sera disponible sur le site www.eurydice.org.

Des exemplaires imprimés de l'étude en anglais peuvent être obtenus dès aujourd’hui. Les versions française et allemande suivront rapidement.

Commission européenne: Éducation et formation.

ANNEXE

ÉDUCATION: Égalité hommes-femmes

Figure 1: Politiques d'égalité hommes-femmes visant à lutter contre les stéréotypes et le partage traditionnel des rôles masculins et féminins dans l'enseignement primaire et secondaire en 2008-2009

Lutte contre le harcèlement lié au sexe

Amélioration de la représentation des femmes dans la gestion de l'enseignement

Action ciblée sur le niveau d’instruction atteint en fonction du sexe

Tous les pays présents dans cette figure ont mis en place des politiques visant à lutter contre les stéréotypes et le partage traditionnel des rôles. Les pays figurant dans un ou plusieurs cercles ont en outre adopté le ou les objectifs spécifiques correspondants.

Les pays qui ne mènent aucune politique substantielle en matière d'égalité hommes-femmes dans l'enseignement sont EE, IT, HU, PL, SK.

Source: Eurydice.

Figure 2: Orientation professionnelle spécifique visant à lutter contre les choix de filière traditionnels en Europe en 2008-2009

Orientation professionnelle spécifique en fonction du sexe

Pas d'orientation professionnelle spécifique

Données non disponibles

Source: Eurydice.

Figure 3: Politiques ou projets en faveur de l'égalité entre les sexes dans l'enseignement supérieur en 2008-2009

Politiques / projets portant sur:

la ségrégation verticale

la ségrégation horizontale

Pas de politique spécifique en la matière dans l'enseignement supérieur

Données non disponibles

Source: Eurydice.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website