Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

IP/10/621

Bruxelles, le 27 mai 2010

La Commission européenne propose la libéralisation du régime des visas pour l'Albanie et la Bosnie‑et‑Herzégovine

La Commission européenne a adopté aujourd'hui une proposition visant à permettre aux citoyens d'Albanie et de Bosnie‑et‑Herzégovine de se rendre dans les pays de l'espace Schengen munis d'un passeport biométrique, sans qu'ils aient besoin d'un visa. Cette proposition est conditionnée au respect, par ces deux pays, de trois exigences non encore satisfaites jusqu'ici.

«Je sais toute l'importance qu'attachent les citoyens d'Albanie et de Bosnie‑et‑Herzégovine à la possibilité de se déplacer sans visa. L’octroi d’un régime de déplacement sans obligation de visa est une pierre angulaire de la politique d’intégration menée par l’Union européenne en faveur des Balkans occidentaux. Faciliter les contacts entre les peuples améliore les perspectives économiques et permettra aux populations de la région de mieux connaître l’Union européenne», a déclaré Cecilia Malmström, commissaire européenne chargée des affaires intérieures. Et d'ajouter: «La proposition adoptée aujourd’hui est le fruit d’efforts intenses et soutenus de la part des autorités et des citoyens de ces pays pour remplir les conditions requises. Je suis certaine que les deux pays, forts des excellents résultats déjà atteints, seront en mesure de satisfaire aux critères restants dans les délais fixés, de manière à permettre au Parlement européen et au Conseil des ministres de l'UE de donner rapidement le feu vert définitif à cette proposition. Permettez-moi également de souligner que cette liberté ira de pair avec une certaine responsabilité. J'encourage donc les autorités nationales d'Albanie et de Bosnie‑et‑Herzégovine à continuer à informer leurs citoyens de leurs droits et obligations découlant du régime de déplacement sans obligation de visa de courte durée.»

Štefan Füle, commissaire chargé de l'élargissement et de la politique européenne de voisinage, a quant à lui souligné: «Cette proposition de régime de déplacement sans obligation de visa revêt une importance de premier plan pour les citoyens des pays concernés puisqu'elle aura pour effet de les rapprocher de l'UE. Le régime de déplacement sans obligation de visa contribuera à rendre la perspective européenne plus tangible. Tout comme la commissaire Malmström, je suis certain que les autorités nationales concernées en Albanie et en Bosnie‑et‑Herzégovine seront rapidement en mesure de remplir toutes les exigences auxquelles elles ne satisfont pas encore et qu'elles continueront à garantir des résultats réguliers dans la mise en œuvre des feuilles de route.»

La proposition de la Commission vise à simplifier les déplacements des citoyens d'Albanie et de Bosnie‑et‑Herzégovine à destination des pays de l'UE (à l'exception de la Grande‑Bretagne et de l'Irlande qui ne participent pas à la politique commune en matière de visas) et des pays associés à l'espace Schengen (la Suisse, la Norvège et l'Islande), en supprimant l'obligation d'obtenir un visa à court terme.

Elle est le fruit de plus de deux années d'efforts intenses et soutenus dans le cadre du dialogue sur la libéralisation du régime des visas entamé avec ces deux pays au cours du premier semestre de 2008. Sur la base des feuilles de route proposées par la Commission européenne, l'Albanie et la Bosnie‑et‑Herzégovine ont en effet réalisé des avancées significatives sur plusieurs fronts: amélioration de la sécurité des passeports, renforcement des contrôles aux frontières ainsi que consolidation du cadre institutionnel pour la lutte contre la criminalité organisée et la corruption. Des progrès substantiels ont également été accomplis dans le domaine des relations extérieures et des droits fondamentaux.

En dépit de ces bons résultats, les deux pays doivent encore progresser dans certains domaines dans lesquels des lacunes subsistent (voir MEMO/10/218) pour plus d'informations). La Commission européenne continuera à suivre de près les efforts consentis pour traiter efficacement les problèmes non encore résolus et transmettra en temps utile ses conclusions au Parlement européen et au Conseil. Le suivi pourrait avoir lieu durant l'été, de manière à permettre au Conseil et au Parlement de prendre une décision définitive à l'automne.

La proposition fait suite à la décision prise l'an dernier par le Conseil d'exempter les citoyens de l'ancienne République yougoslave de Macédoine, du Monténégro et de la Serbie de l'obligation de visa de courte durée.

Il revient désormais au Parlement européen et au Conseil de l'Union européenne de prendre une décision finale sur la proposition de la Commission.

Page d'accueil du site de Cecilia Malmström, commissaire chargée des affaires intérieures:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/malmstrom/welcome/default_fr.htm

Salle de presse «Justice et affaires intérieures»:

http://ec.europa.eu/justice_home/news/intro/news_intro_en.htm

Pour de plus amples informations:

MEMO/10/218


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website