Navigation path

Left navigation

Additional tools

IP/10/54

Bruxelles , le 27 janvier 2010

L'UE et l'OTAN conjuguent leurs efforts pour que les femmes deviennent des acteurs de la paix et de la sécurité

La vice-p résidente Margot Wallström et le secrétaire général de l'OTAN Anders Fogh Rasmussen ont été les hôtes de la conférence de haut niveau sur les femmes, la paix et la sécurité qui s'est tenue aujourd'hui dans les bâtiments de la Commission européenne. La conférence a réuni la première vice-présidente espagnole Maria Teresa Fernández de la Vega, l'ancienne secrétaire d'État américaine Madeleine Albright, des représentants de la société civile, des responsables militaires, des décideurs politiques de haut niveau ainsi que des personnes venues apporter leur témoignage. Les participants sont parvenus à la conclusion que toutes les opérations menées par l'UE et l'OTAN devaient respecter les résolutions des Nations unies concernant les femmes, la paix et la sécurité et s'appuyer sur des mécanismes appropriés dans les domaines de la formation, de l'éducation, du suivi et de l'évaluation.

« Je me félicite vivement de la coopération renforcée avec l'OTAN concernant les femmes, la paix et la sécurité et de notre engagement commun à faciliter l'application de la législation internationale existante. Ce n’est qu’en travaillant ensemble, aux niveaux international, régional et avec la société civile, que nous pourrons lutter contre cette réelle menace pour la sécurité mondiale que représente la marginalisation des femmes» a déclaré Catherine Ashton, haute représentante de l'Union et vice-présidente de la Commission européenne.

« Je me suis rendu compte que la sécurité des femmes était le meilleur indicateur de la sécurité d'une Nation. Bon nombre de nos objectifs de politique étrangère resteront hors de portée et nous ne serons pas en mesure d’assurer la pérennité de nos réalisations tant que nous n’aurons pas renforcé les droits et les responsabilités des femmes dans le monde. Les dispositions des Nations unies nous garantissent déjà un cadre juridique solide pour traiter la violence à caractère sexiste, le moment est venu de traduire les mots par des faits» a ajouté Margot Wallström, vice-présidente de la Commission européenne.

Comme l 'a souligné Maria Teresa Fernández de la Vega, première vice-présidente du gouvernement espagnol, «Dans les zones de conflit, de nombreux combats se mènent sans armes. Les femmes sont souvent en première ligne de ces luttes visant à offrir des conditions de vie décentes à leur famille et à leur entourage. L'un des objectifs de la présidence espagnole de l'UE est de promouvoir le rôle des femmes dans le développement durable et la construction de la paix».

Selon le secrétaire général de l'OTAN Anders Fogh Rasmussen, « Si nous voulons relever les défis du 21 e siècle en matière de sécurité, il faut donner plus de pouvoir aux femmes et lutter contre la victimisation. Ce n'est pas uniquement l'affaire de l'OTAN mais un problème que l'Alliance, l'Union européenne et la société civile doivent résoudre ensemble. L'approche commune à laquelle nous sommes parvenus aujourd'hui me donne de l'espoir en ce sens».

C onçue comme une action de sensibilisation à la veille du dixième anniversaire de la résolution 1325 des Nations unies sur les femmes, la paix et la sécurité, la conférence, qui a été organisée conjointement avec le SDA (Security and Defence Agenda), a attiré près de 500 participants. Des échanges de vues ont eu lieu entre les membres des groupes de travail et les membres de l'assistance sur la façon de mettre fin à l'impunité, de renforcer la position des femmes et d'appliquer la législation existante. Les participants aux groupes de travail ont reconnu que les acteurs internationaux tels que l'OTAN, l'UE et les Nations unies jouaient un rôle clé dans la pleine intégration de la dimension hommes-femmes dans leurs actions.

Dans la perspective de la conférence ministérielle de suivi qui sera organisée par les Nations unies en 2010, il a été conclu que la communauté internationale devait redoubler d'efforts pour mettre pleinement en œuvre la résolution 1325 des Nations unies et la législation qui a suivi. Il faut donc œuvrer pour protéger les femmes dans les zones de conflit et renforcer leur rôle dans les opérations de maintien et de consolidation de la paix. Les moyens d'y parvenir sont d'augmenter la représentation des femmes aux postes de direction, de recourir plus souvent, dans le cadre de missions ou d'opérations, à des conseillers sur les questions d'égalité hommes-femmes et de soutenir les activités de la société civile dans ces domaines.

Pour plus de renseignements:

La liste complète des conclusions de la conférence peut être téléchargée à l'adresse http://www.securitydefenceagenda.org .

La conférence a été diffusée en totalité sur Internet et peut être visionnée à l'adresse http://www.nato.int/cps/en/natolive/news_61039.htm .


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website