Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE SV FI

IP/10/523

Bruxelles, 5 mai 2010

Environnement: la Commission demande à la Finlande de protéger une espèce indigène de phoque

La Commission européenne adresse une première mise en demeure à la Finlande, qui n'a pas pris les mesures de protection nécessaires en ce qui concerne le phoque annelé de Saimaa, l'une des espèces de phoque les plus menacées au monde. Préoccupée par le déclin de cette espèce en danger et consciente de la nécessité d'agir rapidement, la Commission collabore étroitement avec les autorités finlandaises afin de garantir la mise en œuvre de mesures de protection appropriées et l'application de la législation sur la protection de la nature.

M. Janez Potočnik, membre de la Commission chargé de l’environnement, a déclaré à ce propos: «Nous savons que la Finlande a consenti beaucoup d'efforts pour appliquer la législation en matière de protection de la nature et nous saluons les progrès qui ont été accomplis. Néanmoins, il est urgent de prendre les mesures qui s'imposent pour sauvegarder cette espèce importante, qui constitue un exemple de plus de la richesse et de la valeur de la biodiversité en Europe.»

Première mise en demeure adressée à la Finlande pour défaut de protection d'une espèce de phoque menacée

La Commission adresse un premier avertissement écrit à la Finlande, qui n'a pas pris les mesures de protection adéquates pour protéger le phoque annelé de Saimaa (Phoca hispida saimensis), considéré comme une espèce en danger. La population de cette sous-espèce de phoque d'eau douce, que l'on ne rencontre que dans le lac Saimaa dans le sud-est de la Finlande, est en déclin et ne compte plus aujourd'hui que quelque 260 individus.

Le phoque annelé de Saimaa figure sur la liste des espèces qui requièrent des mesures de conservation prioritaires au sens de la directive «Habitats»1, et notamment la désignation de zones spéciales de conservation et une protection stricte.

Un certain nombre de sites ont été désignés au titre de Natura 2000, le réseau de zones de protection de la nature de l'Union européenne, et des mesures de restriction de la pêche, tant contraignantes que facultatives, ont été mises en place à l'intérieur comme à l'extérieur de ces sites. Cependant, certaines méthodes de pêche potentiellement néfastes demeurent autorisées et les restrictions ne s'appliquent pas à tous les sites Natura 2000.

Les filets de pêche sont communément utilisés dans le cadre de la pêche sportive. Les filets maillants se révèlent particulièrement dangereux pour les phoques. Malgré les mesures de restriction qui ont été prises, un grand nombre de phoques, jeunes et adultes, continue de se faire prendre et de se noyer dans ces filets chaque année. En outre, les phoques sont beaucoup dérangés, en particulier durant la période de reproduction, et les sites de reproduction ne bénéficient pas d'une protection adéquate.

La Commission estime que, si la pratique durable de la pêche est en principe parfaitement compatible avec le respect des dispositions de la directive «Habitats», dans ce cas particulier, le système actuel demeure incomplet et manque de cohérence, d'où la nécessité d'adopter des mesures mieux ciblées pour préserver cette espèce indigène de grande importance. Un premier avertissement écrit est donc adressé à la Finlande à ce titre.

Pour obtenir des statistiques actualisées relatives aux procédures d'infraction en général, voir la page:

http://ec.europa.eu/community_law/infringements/infringements_fr.htm

1 :

Directive 92/43/CEE du Conseil concernant la conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website