Navigation path

Left navigation

Additional tools

Appels d’urgence: la Commission se réjouit du nombre croissant d’États membres qui s’engagent à déployer le système embarqué eCall

European Commission - IP/10/488   04/05/2010

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

IP/10/488

Bruxelles, le 4 mai 2010

Appels d’urgence: la Commission se réjouit du nombre croissant d’États membres qui s’engagent à déployer le système embarqué eCall

La Commission européenne se réjouit que cinq États membres supplémentaires aient apporté leur soutien au système d’appel d’urgence embarqué eCall. Ce système compose automatiquement le numéro d’appel d’urgence unique européen (le 112) lorsqu’une voiture a un accident sérieux, et il permettrait de sauver jusqu’à 2 500 vies par an en Europe s’il était pleinement mis en œuvre. Au cours d’une cérémonie qui se déroule ce 4 mai à Bruxelles, la Belgique, le Danemark, le Luxembourg, Malte et la Roumanie signent le protocole d’accord de l’UE relatif à la mise en œuvre du système eCall en Europe, rejoignant le groupe des quinze pays européens qui l’ont déjà signé.

Neelie Kroes, vice-présidente de la Commission européenne chargée de la stratégie numérique, se déclare «très satisfaite que vingt États membres s’engagent à déployer le système eCall; ce système illustre parfaitement la manière dont les technologies de l’information et de la communication peuvent améliorer, voire sauver la vie des citoyens».

Et Siim Kallas, vice-président de la Commission européenne chargé des transports, d’ajouter: «Le système eCall peut sauver la vie de nombreux usagers de la route chaque année et je suis dès lors ravi qu’un nombre croissant d’États membres s’engagent à le mettre en place.»

Le système eCall compose automatiquement le numéro d’appel d’urgence unique européen (le 112) en cas d’accident grave et communique la localisation exacte de celui-ci et d’autres informations essentielles au service d’urgence le plus proche. Selon les estimations, eCall, une fois déployé, permettrait, de sauver jusqu’à 2 500 vies par an et d’atténuer les conséquences d’accidents graves dans plus de 15 % des cas en réduisant le temps de réaction des services de secours.

Au cours d’une cérémonie qui se déroule ce 4 mai à Bruxelles, cinq États membres (la Belgique, le Danemark, le Luxembourg, Malte et la Roumanie) signent le protocole d’accord relatif à la mise en œuvre du système eCall en Europe. Ce faisant, ils rejoignent le groupe des quinze États membres de l’Union européenne et des trois autres pays européens qui se sont déjà engagés à déployer eCall (l’Allemagne, l’Autriche, Chypre, l’Espagne, l’Estonie, la Finlande, la Grèce, l’Italie, la Lituanie, les Pays-Bas, le Portugal, la République tchèque, la Slovaquie, la Slovénie, la Suède, l’Islande, la Norvège et la Suisse).

Ce 4 mai, le protocole est également signé par une série d’organisations, à savoir Agoria, ATX, le Conseil européen pour la sécurité des transports (ETSC), DEKRA, Electronics Solutions, EUROSMART, GMV, ITS Belgium, OctoTelematics, Romanian-American University, la Société nationale des autoroutes et routes nationales de Roumanie, Special Telecommunications Service (STS), Touring (Automobile Club de Belgique), UTI Systems. Le système bénéficie du soutien formel de 90 signataires, dont les opérateurs de téléphonie mobile (IP/09/1290) et les constructeurs automobiles installés en Europe.

Plus de 1,2 million d’accidents ont été enregistrés sur les routes européennes en 2008. Bilan: quelque 39 000 morts et plus de 1,7 million de blessés. L’installation du système eCall devrait coûter moins de 100 euros par voiture neuve.

Afin d’assurer le déploiement optimal de eCall, les administrations nationales doivent veiller à ce que leurs centres de secours disposent de l’équipement nécessaire pour traiter les appels et tous les nouveaux véhicules doivent être dotés de la technologie eCall.

La Commission avait prôné un déploiement volontaire du système à travers l’Europe pour 2009 (IP/09/1245), mais le peu de soutien que lui ont accordé certains États membres a retardé sa mise en place.

Contexte

La Commission a soutenu des projets de recherche connexes destinés à assurer le fonctionnement transfrontalier du système eCall (par exemple, les projets E-MERGE et GST-Rescue) et elle a favorisé la coopération entre les secteurs public et privé dans le cadre de son initiative eSafety et de la plateforme européenne de mise en œuvre du système eCall. Ce système est l’une des priorités de l'initiative concernant la voiture intelligente et du plan d'action sur les systèmes de transport intelligents, qui encouragent l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) pour rendre le transport routier plus intelligent, plus sûr et plus propre (IP/06/191, IP/10/353).

Au cours des trois dernières années, l’Union européenne a investi environ 160 millions d’euros dans la recherche sur les TIC appliquées aux transports (systèmes de sécurité, systèmes de véhicules intelligents et services de mobilité).

Le protocole d’accord de l’UE et la liste des signataires sont consultables à l’adresse suivante:

http://ec.europa.eu/information_society/activities/esafety/doc/esafety_library/mou/list_of_signatures.pdf

De plus amples informations sur eCall sont disponibles à l’adresse suivante:

http://ec.europa.eu/information_society/activities/esafety/ecall/index_en.htm


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website