Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

IP/10/432

Bruxelles, le 15 avril 2010

La Commission annonce l’octroi d’une nouvelle enveloppe de 21 millions d’euros en faveur de la lutte contre le cancer du sein et le cancer du rein

La Commission européenne a décidé d’allouer 21 millions d’euros à deux nouveaux projets de recherche sur le cancer, dans le cadre d’un effort international de recherche coordonné depuis 2007 par l’International Cancer Genome Consortium (ICGC), qui vise à élucider pleinement les mutations du génome humain (soit les informations héréditaires de l’organisme, exprimées par les gènes) intervenant dans de nombreuses formes de cancer. Il est en effet fondamental de comprendre ces mutations pour améliorer la prévention, la détection précoce, le suivi et le traitement d’une maladie qui a tué 7,5 millions de personnes dans le monde en 20071.

Máire Geoghegan-Quinn, membre de la Commission chargée du portefeuille «Recherche, innovation et science», a déclaré à ce sujet: «Dans son effort de lutte contre le cancer, l’UE prend aujourd’hui une nouvelle mesure au titre du septième programme-cadre de recherche. La politique européenne de recherche a la capacité de sauver et d’améliorer des vies humaines, en voici un exemple parfait. D’ici à 2050, si aucun progrès n’est fait dans la compréhension et le traitement de cette maladie, le monde verra 27 millions de personnes déclarer un cancer et 17,5 millions en mourir chaque année. Pour l’UE et ses partenaires au niveau international, faire reculer ces chiffres doit être une priorité absolue.»

Un effort de recherche ambitieux et une nouvelle approche de la lutte contre le cancer

Avec ces deux projets de recherche, l’Union européenne contribuera à un effort mondial tendant à établir un catalogue des mutations génomiques à l’origine des tumeurs se développant dans 50 types ou sous-types de cancer. Cet effort de recherche ouvrira la voie à une médecine plus personnalisée, où le traitement se fondera sur l’empreinte génétique de la tumeur et du patient. Afin que le fruit des travaux de recherche conduits par les membres de l’ICGC bénéficie au plus grand nombre, les données recueillies après examen de plus de 10 000 tumeurs cancéreuses seront communiquées le plus rapidement possible à l’ensemble de la communauté scientifique.

Le cancer du sein et le cancer du rein, priorités de la recherche collaborative financée par l’UE

Les deux projets concernés, BASIS et CAGEKID, devraient chacun recevoir 10,5 millions d’euros de l’Union européenne et fédérer 27 instituts de recherche de 10 pays différents (Europe et États-Unis). Ils mettront l’accent sur le déchiffrage du code génétique du cancer du sein (qui est le cancer le plus fréquemment diagnostiqué chez les femmes du monde entier, avec plus d’un million de nouveaux cas chaque année) et du cancer du rein (particulièrement important en Europe, où l’on observe les plus hauts taux d’incidence au monde).

Contexte

En 2007, plus de 7,5 millions de personnes sont mortes du cancer, et plus de 12 millions de nouveaux cas ont été diagnostiqués dans le monde2.

Dans l’Union européenne, le cancer, responsable de deux décès sur dix chez les femmes et de trois décès sur dix chez les hommes, a été la deuxième cause de décès en 20063. Ces chiffres devraient croître avec le vieillissement démographique.

L’International Cancer Genome Consortium (ICGC) a été fondé en 2007. Le but était de créer un forum de collaboration réunissant les grands noms de la recherche mondiale sur le cancer et le génome et de faciliter la coordination de projets à grande échelle pour comprendre les mutations génomiques intervenant dans le cancer. Pour plus d’informations, voir: www.icgc.org.

Depuis 2002, l’Union européenne a accordé plus de 660 millions d’euros de financements à la recherche sur le cancer, et une nouvelle enveloppe de 100 millions d’euros devrait être allouée à des projets dans ce domaine dans les mois à venir. Pour plus d’informations concernant la recherche sur le cancer conduite au titre du septième programme-cadre, voir: http://ec.europa.eu/research/health/medical-research/cancer/index_en.html

Depuis 2007, près de 2 milliards d’euros de crédits ont été engagés par l’UE en faveur de la recherche médicale.

Les nouveaux projets de recherche sur le cancer annoncés aujourd’hui

BASIS – Breast Cancer Somatic Genetics Study

Selon les estimations, le cancer du sein aurait causé 465 000 décès dans le monde en 20074. Le cancer du sein est la première cause de décès chez les femmes atteintes d’un cancer, de même que la cause de décès la plus fréquente chez toutes les femmes de moins de 40 ans.

Selon le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), 331 000 femmes ont déclaré un cancer du sein et 90 000 ont succombé à cette maladie en 2006 dans l’Union européenne.

Le cancer du sein est une maladie hétérogène, comptant un grand nombre de sous‑types. Le projet BASIS vise à établir des catalogues complets des mutations somatiques intervenant dans 500 cancers du sein. Ces catalogues donneront aux scientifiques un moyen statistique d’identifier les gènes cancérigènes mutant à une fréquence de plus de 3 % dans cette catégorie de cancers du sein. Les résultats de cet ensemble d’études très complet auront une incidence majeure sur la compréhension des causes et de la biologie du cancer du sein.

Durée: 48 mois

Contribution que l’UE prévoit d’apporter: 10,5 millions d’euros

Coordonnateur: Prof. Mike Stratton, Wellcome Trust Sanger Institute, Royaume-Uni

Personne de contact: Don Powell, don@sanger.ac.uk

13 partenaires de 8 pays: Royaume-Uni, Pays-Bas, États-Unis, France, Norvège, Suède, Allemagne, Belgique

CAGEKID – Cancer Genomics of the Kidney

Le cancer des cellules rénales est particulièrement important en Europe, où l’on observe les plus hauts taux d’incidence au monde. L’incidence de la maladie a augmenté au cours des vingt dernières années, et le cancer du rein est désormais le huitième cancer le plus courant dans l’Union européenne. Dans le cadre du projet CAGEKID, il est prévu de réaliser la première analyse systématique de ce site tumoral, afin d’acquérir une compréhension nouvelle des origines de la maladie, avec des applications diagnostiques et thérapeutiques. Le projet répond à un besoin majeur, qui est d’identifier des marqueurs biologiques pour le cancer des cellules rénales. Il s’agit en effet de l’un des très rares types de tumeur pour lesquels il n’existe actuellement pas de marqueur biologique en routine clinique. Aucun membre de l’ICGC ne soutient actuellement la recherche sur le cancer du rein.

Durée: 48 mois

Contribution que l’UE prévoit d’apporter: 10,5 millions d’euros

Coordonnateur: Prof. Mark Lathrop, Fondation Jean Dausset-CEPH, France

Personne de contact: Prof. Mark Lathrop, mark.lathrop3@gmail.com

14 partenaires de 7 pays: France, République tchèque, Russie, Royaume-Uni, Suède, Lettonie, Allemagne

Plus d'information:

http://ec.europa.eu/health-eu/health_problems/cancer/index_en.htm

ANNEX

Detailed lists of participants

BASIS - Breast Cancer Somatic Genetics Study

Figures and graphics available in PDF and WORD PROCESSED
CAGEKID - Cancer Genomics of the Kidney

Figures and graphics available in PDF and WORD PROCESSED

1 :

Global Facts and Figures 2007, The American Cancer Society.

2 :

Global Facts and Figures 2007, The American Cancer Society.

3 :

Eurostat 2006.

4 :

Global Facts and Figures 2007, The American Cancer Society.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website