Navigation path

Left navigation

Additional tools

IP/10/404

Bruxelles, le 31 mars 2010

Un nouvel élan pour la sécurité alimentaire: l'UE s’attaque à la faim dans les pays en développement

La Commission européenne a adopté ce jour deux nouveaux cadres stratégiques de l’UE pour aider les pays en développement à faire face au problème de la sécurité alimentaire, que ce soit dans les situations d'urgence ou à long terme. L’objectif est de progresser dans la réalisation de l’objectif du Millénaire pour le développement lié à l’éradication de la pauvreté et de la faim (OMD 1) et d'optimaliser l’efficacité de l’aide humanitaire dans les situations de crise où l’insécurité alimentaire met des vies en péril. La sécurité alimentaire suppose des ressources alimentaires disponibles, accessibles et de qualité. La Commission prône un modèle agricole durable et respectueux de l’environnement, adapté à la réalité des pays en développement et de leurs marchés et à même d’assurer la disponibilité et l’accessibilité de denrées alimentaires possédant les qualités nutritionnelles requises. Elle concentre donc ses efforts sur l’accroissement de la productivité des petites exploitations et des capacités d’adaptation des communautés rurales, sur l’amélioration de la gouvernance en matière de sécurité alimentaire et sur le renforcement des mécanismes d’aide en faveur des groupes de population extrêmement vulnérables.

M. Andris Piebalgs, commissaire européen responsable du développement, a déclaré: «L’amélioration de la sécurité alimentaire reste l’un des objectifs prioritaires de l’UE. Nous avons placé la sécurité alimentaire, l’agriculture durable et le développement rural au centre de notre politique à l’égard de nos partenaires en développement. Il est inacceptable qu’en 2010, un milliard de personnes souffrent encore de la faim et de la malnutrition. C’est pourquoi je présente aujourd’hui notre vision de la manière dont l’UE peut apporter une aide plus structurelle aux pays en développement dans leur combat contre ces maux étroitement liés que sont la faim et la pauvreté, dans la perspective de la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement.»

Le nouveau cadre pour l’aide alimentaire à caractère humanitaire, qui complète celui pour la sécurité alimentaire, énonce les objectifs, les principes et les approches qui sous‑tendent l’action de l’UE contre l’insécurité alimentaire et la malnutrition extrêmes en situation de crise. Le but premier est d'atteindre les personnes les plus vulnérables sur le plan alimentaire en cas de catastrophe, notamment les femmes et les enfants, ainsi que de préserver les moyens de subsistance pour permettre aux populations victimes d’une crise de subvenir à leurs besoins alimentaires à court et à long terme.

Mme Kristalina Georgieva, commissaire européenne chargée de l’aide humanitaire, a expliqué: «Même en situation de crise, il existe des moyens plus efficaces d'aider les gens que de simples distributions de nourriture. Nous pouvons par exemple fournir des semences et des outils aux agriculteurs sinistrés pour les aider à se remettre sur pied. Nous pouvons également accorder des dons d’urgence en espèces pour que la population puisse acheter la nourriture dont elle a besoin - et soutenir ainsi les producteurs locaux. Notre but est d'adapter notre réponse aux besoins spécifiques en recourant à un éventail d'instruments plus large pour lutter contre la faim en situation d'urgence.»

Lors d’un petit déjeuner avec des membres du Parlement européen et d’ONG, à New York, avant la Conférence internationale des donateurs pour Haïti, les commissaires Piebalgs et Georgieva ont eu l’occasion de discuter de l’application pratique des idées contenues dans ces communications sur l’aide et la sécurité alimentaires dans une des régions qui en ont le plus besoin: en Haïti.

La faim et la malnutrition ont gagné du terrain à l'échelle mondiale ces dernières années, mettant en péril le développement humain et la stabilité sociale et politique et menaçant la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement (outre le fait qu’elles causent beaucoup de souffrances et sèment la mort). De plus, les pays en développement ont ressenti durement les effets de la hausse des prix des denrées alimentaires observée en 2007-2008 et de la crise financière.

La nouvelle politique de l’UE aidera les pays en développement à renforcer les quatre piliers de la sécurité alimentaire dans un contexte de développement comme en situation d’urgence: i) accroître la disponibilité de la nourriture, ii) améliorer l’accès à la nourriture, iii) améliorer la qualité de la nourriture et assurer un apport nutritionnel suffisant et iv) renforcer l'efficacité de la prévention et de la gestion des crises. L’UE cherchera aussi à améliorer l’efficacité de la gestion mondiale de la sécurité alimentaire. La Commission propose donc:

  • de mettre l'accent sur l'appui à une intensification de l'agriculture, efficiente d’un point de vue environnemental, en faveur des petits exploitants agricoles et plus particulièrement des femmes;

  • d'accroître de manière substantielle, soit de 50 % d’ici 2015, l’aide à la recherche, à la vulgarisation et à l’innovation agricoles fondées sur la demande,

  • de lancer, avec l'Union africaine, une initiative conjointe pour accélérer la mise en œuvre des lignes directrices pour les politiques foncières en Afrique;

  • de soutenir la mise en place ou le développement de dispositifs de sécurité sociale ciblés et souples adaptés aux contextes locaux;

  • de promouvoir une meilleure prise en compte de la nutrition dans les politiques de développement, notamment dans les domaines de l’éducation et de la santé et du renforcement des capacités en la matière;

  • d'appuyer la réforme visant à faire du comité de la sécurité alimentaire mondiale l'institution internationale de référence en matière de sécurité alimentaire.

L’UE cherchera aussi à renforcer la capacité du système humanitaire international à faire face aux situations d’urgence en y apportant des réponses efficaces et adaptées, de manière rapide et efficiente.

La Commission européenne affectera par ailleurs près de 3 milliards € sur la période 2010-2012 à l’initiative sur la sécurité alimentaire mondiale convenue en 2009 par les dirigeants mondiaux réunis à l’occasion du sommet du G8.

Les communications adoptées ce jour seront examinées par le Conseil des ministres et le Parlement européen.

Pour en savoir plus:

Un cadre stratégique de l’UE pour aider les pays en développement à relever les défis liés à la sécurité alimentaire:

http://ec.europa.eu/development/services/dev-policy-proposals_fr.cfm

Communication de la Commission sur l'aide alimentaire à caractère humanitaire:

Page générale sur l’aide alimentaire à caractère humanitaire:

http://ec.europa.eu/echo/policies/food_assistance_fr.htm

Liens directs vers les documents:

- communication sur l’aide alimentaire à caractère humanitaire:

http://ec.europa.eu/echo/files/policies/foodaid/HFA_Communication_220310.pdf

- document de travail des services de la Commission sur l’aide alimentaire à caractère humanitaire:

http://ec.europa.eu/echo/files/policies/foodaid/HFA_SWD_220310.pdf


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website