Navigation path

Left navigation

Additional tools

IP/10/ 32

Bruxelles, le 19 janvier 2010

Quel avenir pour la protection de la biodiversité dans l’UE?

La publication par la Commission européenne d’une communication exposant les scénarios possibles pour l’avenir de la politique en matière de biodiversité a marqué aujourd’hui l'ouverture de l'année internationale de la biodiversité. En dépit des efforts consentis par le passé, les extinctions d’espèces se poursuivent à un rythme inquiétant, et une nouvelle perspective est nécessaire si l’on veut mettre fin à ce déclin. Dans sa communication, la Commission définit cette perspective et présente quatre objectifs envisageables pour la concrétiser, chacun d’un niveau d’ambition différent. Le but est de susciter et de faciliter un débat entre les États membres en vue d'élaborer, avant la fin de l'année, un cadre stratégique de l’UE en matière de biodiversité pour l’après-2010. De nouveaux objectifs sont nécessaires, car les objectifs actuels fixés au niveau de l’Union européenne et à l’échelon international expirent à la fin de cette année.

Stavros Dimas, membre de la Commission européenne chargé de l’environnement, a déclaré: «Nous allons redoubler d’efforts pour mettre en place une nouvelle politique et une nouvelle stratégie pour l'après-2010. Nous avons besoin, en matière de biodiversité, d'une nouvelle perspective et d'un nouvel objectif qui tiennent compte des extinctions continues d’espèces et reflète l’importance que nous attachons à cette question. Nous ne pouvons nous permettre de négliger la lutte contre la perte de biodiversité, et il est essentiel que notre politique pour la période à venir soit résolument ambitieuse.»

Quelles sont les mesures proposées?

La Communication adoptée aujourd’hui propose une perspective à long terme (2050) en matière de biodiversité, ainsi que quatre possibilités d’objectif intermédiaire (2020), étape indispensable dans la concrétisation de cette perspective. Selon cette dernière, la biodiversité et les services écosystémiques que la nature nous offre sont préservés, évalués et, dans toute la mesure du possible, rétablis pour leur valeur intrinsèque, au bénéfice de la prospérité économique et du bien-être humain, permettant ainsi d'éviter les changements catastrophiques liés à la perte de biodiversité.

L'objectif intermédiaire (2020) censé concrétiser cette perspective se décline selon quatre options, d’un niveau d’ambition croissant:

Option 1: ralentir significativement le rythme de perte de biodiversité et de services écosystémiques dans l’UE d’ici à 2020.

Option 2: enrayer la perte de biodiversité et de services écosystémiques dans l’UE d’ici à 2020.

Option 3: enrayer la perte de biodiversité et de services écosystémiques dans l’UE d’ici à 2020 et assurer leur rétablissement dans la mesure du possible.

Option 4: enrayer la perte de biodiversité et de services écosystémiques dans l’UE d’ici à 2020 et assurer leur rétablissement dans la mesure du possible, et renforcer la contribution de l’UE à la prévention de la perte de biodiversité.

Cette perspective et cet objectif intermédiaire permettront à l’UE de définir une position commune forte en vue des prochaines négociations internationales sur une stratégie et un objectif mondiaux en matière de biodiversité pour l’après-2010, qui se tiendront à l’automne à Nagoya, au Japon.

Dans la communication, la Commission décrit l’ampleur de la crise qui frappe la biodiversité ainsi que l’état de cette dernière dans l’Union européenne et au niveau mondial. Elle met également en évidence les principales causes de la perte de biodiversité et les conséquences de celle-ci sur l’environnement, l’économie et la société dans son ensemble. Elle donne un aperçu des principaux résultats et lacunes de la politique actuelle et établit un lien avec les négociations internationales.

Contexte: quel est le problème?

La biodiversité mondiale est gravement menacée, le rythme d’extinction des espèces étant entre cent et mille fois plus important que la normale. Plus d’un tiers des espèces évaluées sont menacées d’extinction et on estime que 60 % des services écosystémiques ont été dégradés au cours des cinquante dernières années. Les activités humaines sont à l’origine de cette situation, en raison des changements de l’affectation des sols, de la surexploitation des ressources, des pratiques non durables, de la pollution et de l'introduction d'espèces envahissantes, qui entraînent la destruction, la dégradation et la fragmentation des habitats ainsi que la disparition des espèces qu’ils abritent. Le changement climatique joue également un rôle dans ce phénomène.

En 2001, l’Union européenne s’est fixé comme objectif d’enrayer la perte de biodiversité dans l’UE d’ici à 2010. Cependant, en dépit d’efforts considérables, tout indique que cet objectif ne sera pas atteint. Les conséquences de la perte de biodiversité vont de microévolutions à l’effondrement d’écosystèmes entiers et la disparition des services qui y sont associés, comme la fourniture d’eau et de nourriture ou la régulation du climat, ce qui compromet notre prospérité et notre bien-être futurs. La biodiversité joue également un rôle essentiel dans la réalisation d’autres objectifs stratégiques, notamment en matière de sécurité alimentaire et de lutte contre le changement climatique, et est source de revenus dans des secteurs aussi variés que l'agriculture, la pêche et le tourisme. Comme l’a indiqué une étude récente consacrée à l’économie des écosystèmes et de la biodiversité (TEEB - The economics of ecosystems and biodiversity), l’appauvrissement du milieu naturel a des répercussions économiques directes qui sont largement sous-estimées. La biodiversité et les services écosystémiques sont des richesses naturelles qui ont un rôle essentiel à jouer dans les stratégies économiques futures destinées à favoriser la croissance et la prospérité. Pour toutes ces raisons, il est urgent de définir un nouvel objectif en matière de biodiversité pour l'après-2010.

Étapes suivantes

Des discussions approfondies entre les États membres, les institutions européennes et d’autres parties prenantes vont maintenant avoir lieu. Elles seront lancées lors d’une conférence européenne à haut niveau sur le thème «L’après 2010: Vision et objectifs en matière de biodiversité», qui sera organisée par l’Espagne à Madrid les 26 et 27 janvier 2010. Elles se poursuivront par la suite, l'objectif étant de parvenir à un accord à haut niveau dans les mois à venir. Sur la base de cet accord et de travaux ultérieurs, la Commission présentera, d’ici la fin de l’année, une nouvelle stratégie de l’UE en matière de biodiversité, destinée à permettre la réalisation de l’objectif fixé.

Pour en savoir plus:

http://ec.europa.eu/environment/nature/biodiversity/policy/index_en.htm


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website