Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Autres langues disponibles: EN DE EL

IP/10/1715

Bruxelles, le 14 décembre 2010

La Commission nomme un coordonnateur européen de la lutte contre la traite des êtres humains

La Commission européenne a décidé ce jour de nommer Mme Myria Vassiliadou au poste de coordonnateur européen de la lutte contre la traite des êtres humains. Dans le même temps, le Parlement européen a voté en faveur de la directive relative à la lutte contre la traite des êtres humains que la Commission avait proposée en mars.

«Cette journée marque une date importante pour la lutte que l’Union mène contre cette forme d’esclavage moderne», a souligné Cecilia Malmström, la commissaire chargée des affaires intérieures. «L’accord politique dégagé aujourd’hui au Parlement européen est particulièrement bienvenu. Il témoigne d’une ambition largement partagée au sein de l’Union, celle d’intensifier nos efforts pour mettre en place une politique européenne globale en matière de lutte contre la traite des êtres humains. La nomination, intervenue aujourd’hui, de Mme Myria Vassiliadou au poste de coordonnateur européen de la lutte contre la traite des êtres humains constitue une étape majeure de la réalisation de cet objectif. Mme Vassiliadou jouera un rôle central dans la coordination de tous les aspects des actions que nous menons contre ce crime abominable. Je suis ravie qu’elle ait accepté d’assurer cette fonction et je me réjouis de travailler avec elle».

De nationalité chypriote, Mme Myria Vassiliadou est actuellement secrétaire générale du Lobby européen des femmes (LEF) établi à Bruxelles. Docteur en sociologie, elle possède une longue expérience de domaines tels que les droits fondamentaux, la lutte contre la traite des êtres humains, la migration, et les droits de la femme, grâce aux travaux qu’elle a menés au sein d’universités, d’institutions européennes et d’organisations non gouvernementales.

Le coordonnateur de la lutte contre la traite des êtres humains est chargé d’améliorer la coordination et la cohérence des actions menées par les institutions, les agences et les États membres de l’Union, et par les pays tiers et les acteurs internationaux. Il contribuera à l'élaboration des politiques actuelles et futures de l’Union en faveur de cette lutte et fournira des orientations stratégiques globales pour la politique extérieure de l’Union dans ce domaine. Le coordonnateur dépendra directement du directeur général de la DG Affaires intérieures.

Pour être efficace, la politique européenne de lutte contre la traite des êtres humains devra reposer sur différents domaines d’action, tels que la coopération policière et judiciaire, la protection des droits de l’homme, les relations extérieures, les politiques migratoires, législation sociale et le droit du travail. Il incombera au coordonnateur d’assurer une cohérence entre tous ces domaines d’action.

Contexte

La lutte contre la traite des êtres humains est une priorité absolue pour la Commission et l’Union européenne. En mars 2010, la Commission a proposé un instrument législatif contraignant les États membres de l'Union à agir sur trois fronts: les poursuites à l’encontre des responsables de la traite des êtres humains, la protection des victimes et la prévention des infractions (IP/10/380).

Après avoir été approuvée par le Parlement européen, la directive doit maintenant être adoptée formellement par le Conseil avant de pouvoir entrer en vigueur. Elle remplacera l’actuel instrument législatif de l’UE (décision‑cadre 2002/269/JAI), qui date de 2002, et s’appliquera à tous les États membres, à l’exception du Danemark et du Royaume‑Uni. Les États membres auront alors deux ans pour se conformer aux nouvelles dispositions.

Pour de plus amples informations:

Page d'accueil du site de Cecilia Malmström, commissaire chargée des affaires intérieures:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/malmstrom/welcome/default_fr.htm


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site