Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

«Union pour l'Innovation» et recherche: progrès dans la lutte contre une pathologie humaine grâce à une étude de la maladie chez les chiens financée par l'UE

Commission Européenne - IP/10/1689   09/12/2010

Autres langues disponibles: EN DE DA ES NL SV FI NO

IP/10/1689

Bruxelles, le 9 décembre 2010

«Union pour l'Innovation» et recherche: progrès dans la lutte contre une pathologie humaine grâce à une étude de la maladie chez les chiens financée par l'UE

Une équipe de chercheurs financée par l'UE a découvert un nouveau gène responsable du développement d'une maladie respiratoire grâce à l'étude de la même maladie survenant naturellement chez le chien. Cette maladie génétique rare, appelée dyskinésie ciliaire primitive (DCP), touche une personne sur 20 000 et engendre des infections respiratoires chroniques. Cette découverte a été faite grâce au projet LUPA, qui a pour but d'améliorer notre connaissance de l'origine génétique d'un large éventail de pathologies humaines, en collectant et en comparant des échantillons d'ADN prélevés sur des chiens de pure race, sains ou souffrant de maladies qui affectent aussi les humains. L'étude sur la DCP a été conduite par l'Université de Liège, en Belgique, qui coordonne également l'ensemble du projet. Le projet LUPA, qui reçoit une aide de 12 millions d'euros au titre du septième programme-cadre de l'UE, rassemble des partenaires originaires de 12 pays européens: Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Irlande, Norvège, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède et Suisse (voir l'annexe pour la liste complète).

Mme Máire Geoghegan-Quinn, membre de la Commission européenne chargée de la recherche, de l’innovation et de la science, a déclaré: «Ce projet montre que les chiens ne sont pas seulement le meilleur ami de l'homme, mais qu'ils peuvent aussi souffrir de plusieurs maladies affectant l'homme et ainsi nous être utiles pour comprendre et traiter ces maladies. Je félicite tous ceux qui ont participé à cette étude. LUPA est un excellent exemple de recherche médicale innovante, dont les résultats profiteront aussi bien aux hommes qu'aux chiens et feront progresser la connaissance médicale.»

Progrès dans la lutte contre la dyskinésie ciliaire primitive

Cette découverte éclaire les mécanismes qui sous-tendent le développement de la dyskinésie ciliaire primitive. On savait que plusieurs mutations dans environ 10 gènes étaient à l'origine de la maladie. Les chercheurs du projet LUPA ont décelé 15 autres mutations dans le gène CCDC39 qui expliquent au moins 5 % de tous les cas de DCP dans le monde. Cette découverte permettra d'améliorer le conseil génétique aux familles touchées, ainsi que le diagnostic des personnes présentant des symptômes cliniques. Elle est aussi un signal très encourageant pour les ambitions plus larges du projet LUPA, dont le but ultime est d'avoir une meilleure compréhension d'au moins 18 pathologies humaines dont le cancer, les maladies cardiaques, l'épilepsie et le diabète.

Utiliser le modèle canin: une approche nouvelle offrant de grandes possibilités

L'identification des gènes qui prédisposent certaines personnes à des maladies particulières est difficile en raison de la complexité des causes sous-jacentes. Utiliser des chiens comme modèles d'étude est une nouvelle méthode prometteuse,

car les chiens souffrent des mêmes pathologies que les humains, mais les causes génétiques possibles sont souvent plus faciles à identifier chez les chiens. En effet, en raison de la consanguinité, les chiens à pedigree ont un patrimoine génétique moins complexe que le nôtre: le nombre de marqueurs nécessaires en vue d'effectuer des analyses du génome entier d'un chien est au moins divisé par dix par rapport aux patients humains, ce qui permet de réduire considérablement le nombre d'échantillons à analyser.

C'est pourquoi le projet LUPA repose sur le principe selon lequel faire l'analyse génétique de maladies sur des chiens peut parfois permettre aux chercheurs d'obtenir plus facilement de premières informations sur les voies de ces pathologies que d'essayer d'effectuer des analyses complexes et difficiles directement sur des génomes humains.

Les chiens peuvent aussi être un modèle utile pour évaluer l'efficacité d'un traitement individualisé dans le cas de maladies complexes comme le cancer, car en tant qu'animaux de compagnie choyés, ils reçoivent souvent des soins vétérinaires très poussés.

Bénéfices pour la population canine

Le projet LUPA pourrait avoir un impact majeur sur la future médecine vétérinaire en Europe. Les chercheurs participant au projet ont mis au point avec succès un test génétique visant à détecter les vecteurs de mutation génétique afin d'éviter que des reproducteurs n'engendrent des chiots potentiellement malades. Aucun chien n'a souffert durant l'étude, les chercheurs ayant simplement prélevé leur ADN.

Contexte

La dyskinésie ciliaire primitive (DCP) est caractérisée par un mauvais fonctionnement des cellules ciliées. Les cils tapissent en grand nombre la surface des voies respiratoires et leur battement permet l'élimination progressive des micro-organismes véhiculés par l'air respiré. Lorsqu'il n'y a pas de battement des cils, ou un battement faible, les individus malades développent souvent des infections respiratoires chroniques.

Dans l'étude en question, les chercheurs ont analysé et comparé le matériel génétique de 20 chiens Bobtail (ou chien de berger anglais ancestral), 5 malades et 15 en bonne santé, et ont ainsi identifié une mutation sur le gène CCDC39 du chromosome 34. Ils ont ensuite cherché à déterminer si des mutations de ce gène pourraient expliquer la maladie chez l'homme. 50 échantillons d'ADN provenant d'individus souffrant de la DCP ont été séquencés et 15 mutations différentes ont été identifiées.

Site web du projet LUPA: http://www.eurolupa.org

Photos du projet LUPA:

http://ec.europa.eu/research/index.cfm?pg=newsalert&year=2010&na=na-091210#photos

Nature Genetics:

http://www.nature.com/ng/journal/vaop/ncurrent/full/ng.726.html

http://www.nature.com/ng/journal/vaop/ncurrent/pdf/ng.726.pdf

Site internet sur la recherche médicale:

http://ec.europa.eu/research/health/index_en.html

Annexe – Liste des participants et contacts

Personne de contact pour la presse:

Pr Michel Georges
Université de Liège
GIGA-Recherche,
+32 4 366 41 51
Michel.Georges@ulg.ac.be

UNIVERSITÉ DE LIÈGE (coordinateur)

BELGIQUE

ÉCOLE NATIONALE VÉTÉRINAIRE D'ALFORT

FRANCE

THE UNIVERSITY OF MANCHESTER

R-U

THE UNIVERSITY OF LIVERPOOL

R-U

THE CHANCELLOR, MASTERS AND SCHOLARS OF THE UNIVERSITY OF CAMBRIDGE

R-U

UNIVERSITEIT UTRECHT

PAYS-BAS

ANTAGENE

FRANCE

ANIMAL HEALTH TRUST

R-U

CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE (CNRS)

FRANCE

UNIVERSITAT AUTONOMA DE BARCELONA

ESPAGNE

UNIVERSITAET ZUERICH

SUISSE

UNIVERSITY COLLEGE DUBLIN

IRLANDE

KOBENHAVNS UNIVERSITET

DANEMARK

UNIVERSITAET BERN

SUISSE

HELSINGIN YLIOPISTO

FINLANDE

COMMISSARIAT À L'ÉNERGIE ATOMIQUE (CEA)

FRANCE

THE UNIVERSITY OF NOTTINGHAM

R-U

LUDWIG-MAXIMILIANS-UNIVERSITÄT MÜNCHEN

ALLEMAGNE

THE ROYAL VETERINARY COLLEGE

R-U

SVERIGES LANTBRUKSUNIVERSITET

SUÈDE

UPPSALA UNIVERSITET

SUÈDE

NORWEGIAN SCHOOL OF VETERINARY SCIENCE

NORVÈGE


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site