Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

IP/10/1644

Bruxelles, le 2 décembre 2010

Recherche: OpenAIRE donne accès aux résultats de la recherche scientifique de l'UE

Grâce à OpenAIRE (Open Access Infrastructure for Research in Europe), lancé aujourd'hui à l'Université de Gand en Belgique par la Commission européenne, les chercheurs, les entreprises et les citoyens de l'UE ont accès aux rapports de la recherche financée par l'UE. OpenAIRE offrira un réseau de bases documentaires publiques donnant libre accès en ligne aux connaissances produites par des scientifiques bénéficiant d'un soutien financier de l'UE au titre du septième programme-cadre (7e PC) et du Conseil européen de la recherche, en particulier dans les domaines de la santé, de l'énergie, de l'environnement, certains secteurs des technologies de l'information et des communications et des infrastructures de recherche, des sciences sociales et humaines et de la science et la société. Il s'agit d'un progrès notable vers l'accès total et libre aux écrits scientifiques qui pourrait, par exemple, permettre aux personnes souffrant d'une maladie rare de s'informer des derniers résultats de la recherche médicale ou aux scientifiques de disposer d'informations mises à jour en temps réel concernant les progrès accomplis dans leur domaine. Le développement d'infrastructures de recherche et d'infrastructures de recherche en ligne (e-Infrastructures), notamment celles servant à la diffusion de résultats de la recherche scientifique, dans le but de stimuler la compétitivité de l'Europe, est l'une des priorités de la stratégie numérique pour l'Europe (voir IP/10/581, MEMO/10/199 et MEMO/10/200) et de l'initiative «L'union pour l'innovation» (voir IP/10/1288 et MEMO/10/473).

Neelie Kroes, vice-présidente de la Commission européenne chargée de la stratégie numérique, a déclaré: «Le lancement d'OpenAIRE est un réel progrès vers le partage des résultats des travaux de recherche financés par l'UE, pour le bien-être de tous. L'information scientifique, qui peut transformer nos vies en les améliorant, est trop précieuse pour être mise sous clef. Qui plus est, tous les citoyens de l'UE ont le droit d'accéder aux connaissances produites grâce à des fonds publics et d'en tirer profit.»

Mme Máire Geoghegan-Quinn, membre de la Commission européenne responsable de la recherche, de l’innovation et de la science, a déclaré: «Les scientifiques doivent pouvoir accéder aux travaux de recherche pour exploiter au maximum les possibilités offertes par d'autres travaux dans le même domaine. Les entreprises, en particulier les PME, ont besoin de savoir où trouver les résultats des recherches scientifiques pour pouvoir les utiliser afin de créer des emplois et d'améliorer la qualité de la vie. OpenAIRE contribuera grandement à faciliter la diffusion des connaissances scientifiques en Europe, et donc à développer une véritable Union pour l'innovation.»

Quelque 2,5 millions d'articles de recherche sont publiés dans 25 000 revues à comité de lecture et actes de conférences à travers le monde chaque année. Actuellement, seuls 15 à 20 % de ces articles sont disponibles dans des bases documentaires accessibles au public ou dans des revues en libre accès. Les autres ne peuvent être lus qu'à condition de souscrire à un système payant de lecture à la demande ou de s'abonner à la revue. L'infrastructure OpenAIRE financée par l'UE, inaugurée aujourd'hui à l'Université de Gand, pourrait, à terme, donner accès à tous les rapports et données scientifiques produits par des chercheurs bénéficiant d'aides financières de l'UE au titre du septième programme-cadre de recherche (7e PC), y compris des aides financières du Conseil européen de la recherche (CER), et davantage encore. Environ 10 000 projets ont été financés depuis le lancement du 7e PC en 2007.

Conformément aux conditions des subventions de l'UE qu'ils reçoivent au titre du 7e PC, les chercheurs actifs dans les domaines de la santé, de l'énergie, de l'environnement, des technologies de l'information et des communications, des infrastructures de recherche, des sciences sociales et humaines et de la science et la société sont censés déposer le texte intégral de leurs publications dans un référentiel public qui les rendra accessible dans le monde entier de manière permanente. Cela concerne environ 20 % de tous les projets financés au titre du 7e PC. Les chercheurs travaillant dans d'autres domaines pourraient aussi choisir de déposer leurs textes dans le référentiel public.

Le projet pourrait également déboucher sur de nouvelles méthodes d'indexation, d'annotation, de tri et de rapprochement de résultats de recherche, et de nouvelles méthodes d'automatisation de ces opérations. Ce faisant, il pourrait donner une impulsion à la création de nouveaux services en plus de l'infrastructure d'information offerte par OpenAIRE. Le projet s'appuie sur un helpdesk, fonctionnant dans 27 pays d'Europe, qui est composé d'un réseau d'experts et d'un portail d'outils apportant une assistance aux chercheurs désireux de mettre leurs articles en ligne.

Contexte

OpenAIRE est le fruit d'une initiative pilote de la Commission européenne sur l'accès libre lancée en août 2008. Pour les projets financés au titre du 7e PC, il est demandé aux chercheurs de verser dans des référentiels en ligne les écrits revus par des pairs et de les rendre librement accessibles dans un délai de 6 à 12 mois après leur publication, selon le domaine thématique.

Il complète d'autres infrastructures de recherche financées par l'UE comme GÉANT (IP/10/1448), qui offre aux chercheurs européens un réseau de recherche à haut débit, et PRACE (IP/10/706), qui développe une capacité de calcul intensif pour des applications très exigeantes. Les résultats et rapports de la recherche financée par l'UE peuvent aussi être consultés sur CORDIS, le service d'information de l'Union européenne sur la recherche et le développement.

Pour de plus amples informations sur OpenAIRE, veuillez consulter

http://www.openaire.eu/


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site