Navigation path

Left navigation

Additional tools

IP/10/1614

Bruxelles, le 29 novembre 2010

Prévisions d'automne pour 2010-2012: la reprise économique de l'UE s'installe, mais les progrès sont inégaux

Selon les prévisions d'automne de la Commission, la reprise économique actuellement en cours dans l'UE va se poursuivre. Une croissance d'environ 1¾% du PIB est attendue pour 2010-2011, tandis qu'elle devrait être d'environ 2% en 2012. Cette année, les performances de l'économie ont été meilleures que ce qui était attendu et les prévisions de croissance réalisées au printemps pour l'année 2010 ont été nettement revues à la hausse. Cependant, dans le contexte d'un ralentissement de l'économie mondiale et d'un début d'assainissement budgétaire, l'activité devrait encore se réduire à la fin de l'année et en 2011. Mais elle devrait reprendre en 2012 grâce à un renforcement de la demande privée. Avec la reprise économique en cours dans l'UE, la situation sur le marché du travail devrait, durant la période de prévision, connaître une embellie progressive et il en va de même pour la situation budgétaire. Le taux de chômage devrait tomber à environ 9% en 2012, tandis que le déficit public devrait reculer à environ 4¼% du PIB. L'économie des États membres devrait cependant continuer de connaître une évolution inégale.

Selon Olli Rehn, membre de la Commission européenne chargé des affaires économiques et monétaires, «la reprise économique se confirme. Pour l'année prochaine, les perspectives d'amélioration sur le marché de l'emploi européen sont encourageantes. Grâce aux mesures d'assainissement qui ont été prises et à la reprise de la croissance, les déficits publics commencent également à se réduire. Cependant, cette reprise est inégale et de nombreux États membres traversent une période d'ajustement difficile. Il est essentiel que nous continuions avec la même détermination à assainir les finances publiques et à soutenir la croissance par des politiques volontaristes afin de poser des bases saines à une croissance durable et à l'emploi. Les turbulences sur les marchés des dettes souveraines soulignent la nécessité d'une action politique forte des pouvoirs publics.

Une évolution globalement encourageante pour l'instant

Conformément aux modèles précédents de reprise à la suite d'une crise financière, le renversement actuel de la conjoncture paraît relativement mitigé dans son ensemble. Cela étant dit, la situation économique de l'UE s'est considérablement améliorée ces derniers temps, avec une croissance inespérée du PIB pour 2010, surtout au deuxième trimestre. En outre, la reprise paraît s'étendre. Alors que les exportations connaissent une croissance stable depuis un certain temps (première phase du scénario de reprise traditionnel), l'économie de l'UE entre maintenant dans la phase suivante où la reprise des exportations commence à stimuler la demande d'investissement (en équipement).

Une reprise progressive et inégale

Avec le ralentissement attendu de l'économie mondiale qui devrait freiner la croissance des exportations et les mesures de soutien temporaires qui arrivent à leur terme, ces perspectives optimistes à court terme pour l'économie européenne sont à relativiser. La part des exportations nettes dans la croissance du PIB devrait diminuer au cours de la période de prévision, tandis que celle de la demande intérieure devrait augmenter grâce à une intensification progressive des investissements et à une augmentation de la consommation privée. En ce qui concerne les investissements, l'amélioration du taux d'utilisation des capacités et de la rentabilité des entreprises fait partie des facteurs qui devraient soutenir la croissance, tandis que l'ajustement des bilans et l'assainissement budgétaire devraient constituer des freins. En ce qui concerne la consommation privée, une lente amélioration des perspectives dans le domaine de l'emploi, une croissance modérée des revenus et une inflation modérée sous-tendent la reprise attendue, même si là aussi, l'assainissement et le désendettement du côté des ménages devraient constituer un frein.

Si la reprise devient globalement de plus en plus viable, les États membres continuent de connaître une évolution inégale avec une croissance qui devrait se poursuivre à un rythme relativement soutenu dans certains d'entre eux, tandis que d'autres devraient rester à la traîne. Cette situation reflète l'ampleur variable des difficultés d'ajustement des économies et le rééquilibrage continu au sein de l'UE et de la zone euro.

Le marché du travail et les finances publiques commencent à voir leur état s'améliorer

En règle générale, les évolutions sur le marché du travail sont décalées d'au moins un semestre par rapport à celles du PIB. Conformément à ce scénario, ces derniers mois ont vu un début de stabilisation sur le marché du travail de l'UE et une légère amélioration est attendue au cours de la période de prévision. Les années 2011 et 2012 devraient respectivement connaître une croissance de l'emploi de près de ½% et d'environ ¾%, tandis que le taux de chômage devrait progressivement reculer, passant de 9,5% cette année à environ 9% en 2012. Les conditions générales devraient cependant rester fragiles, eu égard notamment à la fin des mesures prises par les pouvoirs publics pour contrer la récession et aux ajustements structurels en cours, en particulier dans le secteur public. Quelques améliorations sont également notables du côté des finances publiques puisque cette année, environ la moitié des États membres devraient afficher un déficit public inférieur à celui de l'année 2009. Alors que les mesures de relance arrivent à leur terme et que la phase d'assainissement s'installe de plus en plus fermement, 24 États membres devraient réduire leur déficit l'an prochain. Pour l'UE dans son ensemble, le déficit devrait se situer légèrement au-dessus de 5% du PIB en 2011, et devrait se réduire d'environ un point en 2012 grâce à une intensification de la reprise. Le taux d'endettement devrait cependant continuer de croître au cours de la période de prévision.

L'inflation reste modérée

Au cours de la période à venir, l'inflation des prix à la consommation dans l'UE et dans la zone euro devrait être relativement faible. Pour cette année et l'année prochaine, la hausse des IPCH devrait être de 2% en moyenne dans l'UE, puis se réduire à 1¾% en 2012 (pour la zone euro, la hausse de l'IPCH devrait être de 1¾% en 2011-2012). La morosité persistante de l'économie ainsi que la croissance peu marquée des salaires et des coûts unitaires de la main-d'œuvre devraient contenir l'inflation, malgré une légère augmentation des prix des produits de base ainsi qu'une hausse de la taxation indirecte et des prix administrés dans certains États membres.

Malgré une incertitude élevée, les risques s'annulent dans l'ensemble

Avec une incertitude toujours élevée, les risques pesant sur les perspectives de croissance de l'UE ne sont pas négligeables. Cependant, ils semblent se compenser dans l'ensemble. D'un point de vue positif, le rééquilibrage de la croissance du PIB vers la demande intérieure et les retombées de la reprise de l'activité en Allemagne dans les autres États membres pourraient se concrétiser dans une plus grande mesure qu'on ne le prévoit actuellement. Les mesures prises par les pouvoirs publics pour contenir les déficits élevés et la dette pourraient également s'avérer plus efficaces que prévu pour dissiper les inquiétudes des marchés et renforcer la confiance des entreprises et des consommateurs. D'un point de vue plus sombre, la situation des marchés financiers reste préoccupante puisque de nouvelles turbulences y sont possibles, comme l'a rappelé récemment la réapparition de tensions sur les marchés d'obligations d'État. En outre, il n'est pas à exclure que la demande extérieure soit plus faible que prévu, tandis que les mesures d'assainissement budgétaire pèseraient plus lourdement sur la demande intérieure des pays concernés que cela n'avait été estimé. Les risques pesant sur l’inflation semblent eux aussi se neutraliser mutuellement.

Pour un rapport plus détaillé, consulter:

http://ec.europa.eu/economy_finance/eu/forecasts/2010_autumn_forecast_en.htm

Figures and graphics available in PDF and WORD PROCESSED

Figures and graphics available in PDF and WORD PROCESSED

Figures and graphics available in PDF and WORD PROCESSED

Figures and graphics available in PDF and WORD PROCESSED


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website