Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE ES IT MT

IP/10/1529

Bruxelles, le 19 novembre 2010

La Commission se félicite du redressement du secteur européen du tourisme

S'exprimant aujourd'hui à Malte, lors du Forum européen du tourisme, Antonio Tajani, vice‑président de la Commission, s'est félicité de données récentes attestant du redressement spectaculaire de l'industrie touristique européenne, signe de la reprise économique générale en Europe. Le thème du forum, à savoir «Le renforcement du rôle de l'Europe comme première destination touristique», reflète le même optimisme. Pour maintenir la croissance, le développement d'un tourisme durable, responsable et de qualité doit être encouragé dans l'ensemble de l'Europe. De nouvelles possibilités intéressantes doivent être mises à profit si l'on veut que l'Europe conserve sa place de première destination touristique au monde.

Antonio Tajani, vice‑président de la Commission européenne et commissaire chargé de l’industrie et de l’entrepreneuriat, a déclaré: «L'Europe est la première destination touristique au monde et nous devons faire en sorte qu'elle le reste. Les nouveaux pays émergents, comme le Brésil, la Russie, l'Inde et la Chine, peuvent offrir à l'Europe une possibilité de maintenir son taux de croissance, car l'industrie du tourisme est susceptible de contribuer à l'atténuation des effets de la crise. Aujourd'hui, nous examinons un plan pour une mise en œuvre réussie de la stratégie touristique de l'Europe. Il s'agit d'une feuille de route claire pour le développement d'actions clés, telles que l'observatoire européen du tourisme, la plateforme sur le tourisme et les TIC ou la marque européenne de qualité.»

Selon les estimations, le tourisme est à l'origine de plus de 5 % du PIB de l'UE et fournit des emplois à près de 10 millions de personnes. Pour poursuivre sa croissance, l'industrie touristique de l'Europe doit se tourner vers les marchés émergents prometteurs des pays BRIC, dont la Chine constitue un exemple marquant. Bien que, en chiffres absolus, le plus grand marché en termes de touristes entrant en Europe reste de loin l'Amérique du Nord, suivie du Japon et de la Russie, c'est la Chine qui, avec une population d'un peu plus de 1,3 milliard d'habitants et un taux de croissance de 21 % pour les dépenses du tourisme émetteur (OMT‑ONU 2009), recèle le plus fort potentiel. Afin de mettre à profit les possibilités offertes par les nouveaux marchés et de consolider sa position de tête, la destination Europe doit démontrer sa capacité de combiner haute qualité et durabilité.

Les derniers chiffres d'Eurostat concernant les arrivées internationales en 2010 indiquent que le redressement du secteur du tourisme est en cours, malgré les problèmes rencontrés, dont l'éruption du volcan islandais. Une comparaison des six premiers mois de 2009 et de 2010 fait apparaître une augmentation de respectivement 9 %, 8 %, 18 % et 19 % pour les arrivées en provenance de l'Amérique du Nord, du Japon, de la Fédération de Russie et de la Chine, ainsi qu'une impressionnante progression de 46 % pour celles en provenance du Brésil.

En outre, les taux d'occupation en Europe affichent une hausse de 5,4 % au troisième trimestre de cette année et les chiffres du secteur se sont améliorés dans chaque sous‑région.

Parmi les questions abordées cette année lors du Forum européen du tourisme (18 et 19 novembre) figurait celle de la valeur ajoutée que peut apporter une «marque Europe» pour compléter les activités promotionnelles régionales et nationales, renforcer l'image de l'Europe à l'étranger et encourager la coopération entre États membres dans le domaine du tourisme (comme, par exemple, dans le cas des itinéraires culturels IP/10/1177). Un débat au niveau ministériel a porté principalement sur la meilleure manière de mettre en œuvre l'ensemble d'actions proposées par la Commission dans sa communication du 30 juin dernier intitulée «L'Europe, première destination touristique au monde» (IP/10/858) et regroupées autour des quatre axes prioritaires suivants:

  • stimuler la compétitivité du secteur touristique en Europe;

  • promouvoir le développement d'un tourisme durable, responsable et de haute qualité;

  • consolider l’image de l'Europe en tant qu'ensemble de destinations durables et de haute qualité;

  • maximiser le potentiel des politiques et des instruments financiers de l’UE pour le développement du tourisme.

La réalisation de ces objectifs dépendra de l'engagement de tous les acteurs concernés et de leur capacité de travailler ensemble à différents niveaux. Cela a également été souligné récemment par le Conseil dans ses conclusions sur un nouveau cadre politique pour le tourisme européen (12/10/10), qui insistent sur l'importance de poursuivre les initiatives que la Commission a lancées avec succès dans ce domaine et sur la nécessité d'une approche intégrée aux niveaux européen, national et régional.

Contexte

Entré en vigueur en décembre 2009, le traité de Lisbonne confère à l'UE de nouvelles compétences en matière de tourisme, en disposant que «l'Union complète l'action des États membres dans le secteur du tourisme, notamment en promouvant la compétitivité des entreprises de l'Union dans ce secteur».

Pour en savoir plus

Site internet de la Commission:

http://ec.europa.eu/enterprise/sectors/tourism/index_fr.htm

Conclusions du Conseil:

http://www.eutrio.be/files/bveu/media/source1854/documents/117004EN.pdf


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website