Navigation path

Left navigation

Additional tools

IP/10/1524

Bruxelles, le 18 novembre 2010

Stratégie numérique: Europeana permet l’accès en ligne à plus de 14 millions d’éléments du patrimoine culturel européen

Grâce à Europeana, la bibliothèque numérique de l’Europe, plus de 14 millions de livres, cartes, photographies, tableaux, films et clips musicaux numérisés provenant d’institutions culturelles de toute l’Europe sont désormais accessibles à tous, aux quatre coins du monde. Lancée en 2008 avec deux millions d’objets, Europeana a déjà dépassé l’objectif des 10 millions d’œuvres initialement fixé pour 2010. Aujourd’hui, le comité de réflexion créé par la Commission pour étudier de nouveaux moyens de mettre en ligne le patrimoine culturel de l’Europe (Comité des sages, composé de Maurice Lévy, Elisabeth Niggemann et Jacques de Decker, IP/10/456) s’adresse au Conseil des ministres de la culture de l’Union européenne et à la commission de la culture du Parlement européen. Le rapport du Comité des sages est attendu pour début 2011.

Pour Neelie Kroes, vice-présidente de la Commission européenne chargée de la stratégie numérique, «Europeana est un parfait exemple de la manière dont la coopération au niveau européen peut enrichir la vie de tous. La mise en ligne de 14 millions d’objets est une bonne nouvelle pour tous les internautes qui souhaitent accéder à des œuvres culturelles provenant des bibliothèques, musées et archives d’Europe. Europeana pourrait cependant être encore améliorée si davantage d’institutions culturelles numérisaient leurs collections et en assuraient la publication sur ce portail européen. Je suis convaincue que le Comité des sages nous présentera bientôt des recommandations ambitieuses afin d’accélérer ce processus».

Europeana a été lancée en tant que prototype en novembre 2008. Ce portail européen devait permettre aux internautes de rechercher et de consulter directement, sous une forme numérisée, des livres, cartes, tableaux, journaux, photographies, extraits de films et toutes sortes de documents audiovisuels provenant des institutions culturelles européennes. Plus de 14 millions de ces œuvres, auxquels ils convient d'ajouter des clips musicaux, sont aujourd'hui accessibles sur www.europeana.eu. L’objectif initial de 10 millions d’objets fixé par la Commission pour 2010 a donc été largement dépassé.

Parmi les objets ajoutés cette année, citons un manuscrit sur parchemin bulgare de 1221, témoin de l’histoire de la langue bulgare; «Catechismusa prasty szadei», le premier livre en lituanien, publié en 1547; une copie du «Technē rētorikēs» d’Aristote, en grec ancien et en latin, datant de 1588; des tableaux de Jan Steen, peintre néerlandais du XVIIe siècle; les œuvres complètes des auteurs allemands Goethe et Schiller; un film de 1907 sur les festivités organisées pour l’anniversaire de la constitution danoise; et une série de photographies sur le monastère de Glendalough, en Irlande, réalisées avant la Première Guerre mondiale (voir MEMO/10/586 pour d'autres exemples).

La collection Europeana se compose à 64 % de photographies, cartes, tableaux, pièces de musées et autres images numérisés. La part des textes numérisés, dont plus de 1,2 million de livres complets pouvant être consultés en ligne et/ou téléchargés, s’élève à 34 %. Ces textes proviennent notamment de milliers de manuscrits rares ainsi que des premiers livres imprimés (incunables), publiés avant 1500. Le contenu vidéo et audio représente moins de 2 % des collections. L’essentiel du matériel accessible sur Europeana se compose d’éléments plus anciens qui ne sont plus protégés par un droit d’auteur. Cela s’explique par les difficultés et par les coûts inhérents à l’autorisation des droits, qu’il convient d’obtenir pour numériser et publier des œuvres qui sont soumises au droit d’auteur (même pour les ouvrages épuisés ou qui ne sont plus commercialisés) ou dont les détenteurs de droits potentiels ne sont pas connus (œuvres orphelines).

Si tous les États membres de l’Union ont alimenté cette bibliothèque, les contributions restent inégales. La France reste le principal contributeur (18 % de tous les objets) et l’Allemagne est en progression, avec 17 %. Pour représenter le patrimoine culturel européen dans toute sa diversité, Europeana doit recevoir d’autres œuvres de qualité de tous les États membres.

Les participants aux récents prix eLearning organisés par European Schoolnet ont démontré tout le potentiel d’utilisation d’Europeana dans les écoles. Dans le cadre du projet lauréat, présenté par l’école publique de Portmarnock, en Irlande, les étudiants devaient créer leur propre blog consacré à des personnages historiques en utilisant des ressources numériques.

L’année prochaine, Europeana devrait s’ouvrir, à titre expérimental, au contenu produit par les utilisateurs. Ces derniers seront invités à l’alimenter en objets sur le thème de la Première Guerre mondiale.

Deux expositions virtuelles sont actuellement accessibles sur Europeana: «Reading Europe» présente une riche collection de livres et d’œuvres littéraires rares originaires d’Europe, et l’exposition «Art nouveau» témoigne du potentiel qu’offre le regroupement d’objets culturels provenant de différents pays.

Contexte

Europeana (www.europeana.eu) est une entreprise de collaboration entre institutions culturelles européennes - elles sont plus de 1 500 à travers l’Europe à lui fournir des objets numérisés. Lancée en tant que prototype en novembre 2008, Europeana offrait à l'origine un accès en ligne à 2 millions d’objets culturels (IP/08/1747).

Le bureau Europeana est hébergé par la Bibliothèque nationale des Pays-Bas, à La Haye. Il est géré par la Fondation Europeana et est financé à 80 % par l’Union européenne. Lors du lancement d'Europeana, en 2008, il a été dépassé par l’intérêt inattendu des utilisateurs, ce qui a entraîné la fermeture du portail pendant un mois.

Voir le MEMO/10/586 pour de plus amples informations concernant Europeana.

Contenu d’Europeana par pays
(contributions des différents pays, en pourcentage du nombre total d’objets contenus dans Europeana)

États membres de l’UE

Pourcentage

France

17,98 %

Allemagne

17,10 %

Suède

9,69 %

Espagne

8,85 %

Pays-Bas

7,89 %

Italie

7,03 %

Irlande

6,47 %

Royaume-Uni

6,14 %

Pologne

2,81 %

Belgique

1,45 %

Grèce

1,40 %

Finlande

1,31 %

Slovénie

0,98 %

Autriche

0,32 %

Estonie

0,27 %

Roumanie

0,17 %

Slovaquie

0,15 %

Danemark

0,11 %

Portugal

0,11 %

Bulgarie

0,08 %

République tchèque

0,08 %

Hongrie

0,07 %

Lituanie

0,05 %

Luxembourg

0,04 %

Lettonie

0,01 %

Chypre

<0,01 %

Malte

<0,01 %

Collections européennes sans attribution nationale (provenant par exemple de projets européens)

2,91 %

Pays non membres de l’UE

Norvège

5,76 %

Autres

0,85 %


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website